Accueil » Un Kawasaki P-1 au Salon du Bourget ?

100

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Un Kawasaki P-1 au Salon du Bourget ?

Les Japonais ne font pas mystère de leurs ambitions aéronautiques et l’avion de patrouille maritime P-1 fait partie des appareils qu’ils cherchent à promouvoir à l’étranger. Il est tout à fait possible, pour ne pas dire probable, qu’un appareil de la marine japonaise pourrait se rendre au Salon du Bourget en juin prochain.

2.04.2017

Le P-1 étonne par ses dimensions, sa motorisation redondante et le volume de sa pointe avant ! Il a quelque chose d’un mariage monstrueux entre un A380 et un Atl2… © Kawasaki H.I.

L’avion avait déjà fait ses débuts européens remarqués en juillet 2015 avec une participation au Royal International Air Tattoo sur la base de Fairford en Grande Bretagne. Londres souhaitait alors se rééquiper d’avions de patrouille maritime, mais le P-1 n’avait pas pesé lourd face au Boeing P-8 finalement choisi.

Le P-1 est un appareil expressément conçu pour la mission de patrouille maritime, avec notamment une formule quadriréacteur qui semble aujourd’hui bien «riche ». Il est aussi une bizarrerie industrielle, avec seulement huit appareils en service (et deux autres en commande) au sein des forces d’auto-défense japonaise. Les Japonais évoquent la possibilité d’en commander jusqu’à soixante pour remplacer à terme leurs P-3 Orion.

Les programmes aéronautiques japonais ne se sont jamais distingués jusqu’à présent par le souci de la rentabilité économique. Mais les coups de sonde donnés hors des frontières de l’archipel montrent que les choses changent… F.L.

4 commentaires

  • Jean-Louis Chollet

    Bonjour,
    S’agissant du design, je ne vois pas bien le mariage entre un A-380 et un ATL-2 (ou ATL-1, j’aurais, pour ma part, évoqué l’ATL tout simplement. 1 ou 2 ne change rien à l’affaire… ).
    Tout est affaire de goût, bien sûr, la couleur restant ici du domaine militaire imposé pour la Marine, mais je le trouve particulièrement réussi. Même « le volume de sa pointe avant » ne me choque pas.
    Maintenant, pour « sa motorisation redondante », j’imagine que pour un patrouilleur maritime, l’utilisation en long range d’un bas régime équilibré sur quatre moteur est préférable à un régime supérieur sur deux moteurs… Le choix ne me semble pas idiot pour plusieurs raisons, dont celle-ci ! Mais… je ne suis pas un spécialiste, même si je peux dire qu’en général, à vitesse constante, un moteur six cylindres fatigue moins qu’un quatre et dure plus longtemps car il est moins sollicité… Peut-être la consommation… Mais même sur ce point, je ne suis pas certain que deux grosses unités consomment moins que quatre petites…

  • vitet

    Des quadriréacteurs pour la surveillance maritime ,ne sont t’ils pas trop rapide pour des passages de surveillances ( photos ,films détections de sous-marins ect…? Un quadrimoteur assez puissant ferait bien affaire une vitesse calculée pour que l’électroniques embarquées à bord aient le temps de détecter et d’analyser Je ne sais pas c’est une question que je me pose ?

    • Stéphane Vander Veken

      Sur le HS Nimrod en patrouille au long cours, il était prévu d’arrêter un ou deux réacteurs extérieurs (sur les 4) au fur et à mesure de l’allègement de la machine, afin d’optimiser le fonctionnement des réacteurs restants. Les systèmes hydrauliques et électriques étaient conçus en conséquence. Peut-être le Kawasaki P-1 a-t-il un système similaire?

    • DLG

      à priori les moteurs sur le P-1 sont pas bien gros, voir surprenamment petits pour des turbofans, ils ont même été construit spécifiquement pour l’avion si je ne m’abuse.Du coup je pense que la contrainte de vitesse est prise en compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.