Accueil » Les pilotes d’hélicoptères du Samu en grève

Les pilotes d’hélicoptères du Samu en grève

Les pilotes d'hélicoptères du Samu sont en grève. Ils ont été réquisitionnés et les missions sont bien assurées. Néanmoins ils espèrent attirer l'attention sur leurs conditions de travail et l'absence de revalorisation de leurs salaires.

6.12.2019

Les pilotes d'hélicoptère du SAMU sont en grève pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail. © F. Marsaly / Aerobuzz.fr

Les deux principaux opérateurs du Service Médical Urgent par Hélicoptères, Babcock et SAF, sont dans le viseur du SNPL France ALPA. Selon le syndicat, 200 pilotes, soit 90% des pilotes concernés, ont répondu à l’appel à la grève.

Ils dénoncent l’intensité des permanences, 7 jours consécutifs avec des amplitudes de travail de 12 à 14h, soit un total annuel d’heures travaillées de 2.000 par an sans prise en compte des heures supplémentaires par rapport au temps de travail légal, la faiblesse des grilles des salaires, l’absence de revalorisation cette année et la faiblesse de son évolution au cours de la dernière décennie (9%, le SMIC ayant évolué de son côté de 16% sur la même période).

Les pilotes, qui opèrent des missions complexes dans des conditions parfois difficiles, en IFR ou même bientôt sous JVN (jumelles de vision nocturne), expliquent être bien souvent basés loin de leurs domiciles et confrontés à une forme de précarité puisque les contrats avec les hôpitaux, renégociés tous les 5 à 8 ans, n’entraînent aucune obligation des nouveaux opérateurs de conserver les pilotes en poste.

Le SNPL France ALPA affirme que si la revalorisation du travail des pilotes n’est pas obtenue, le mouvement se poursuivra en 2020.

FrM

Les assistants de vol SAMU préparent la grève

Retrouvez nous en podcast et vidéo

3 commentaires

  • XIII BP

    …avec une demande à l’embauche d’une expérience de 15 ans de vol, de jour comme de nuit.
    L’historique de la négociation du salaire du pilote smuh tient surtout au fait que nos aînés anciens militaires percevaient une rente (retraite militaire) cumulable avec leur salaire de pilote smuh, raison pour laquelle ils ont négocié leur rémunération de pilote smuh au plus bas et malheureusement non pas en fonction des compétences exigées .
    Évidemment, il est dur de retourner en arrière même si les anciens pilotes militaires actuels au smuh ne perçoivent pas tous cette retraite, et il y a également quelques pilotes civils qui n’ont pas ce complément de revenus.
    Il suffirait de mettre la grille salariale à 3000- 3500€ nets par mois pour la responsabilité du commandant de bord, ainsi que la pénibilité liée à l’exposition au risque biologique, aux contraintes de nuit (pour les bases volant de nuit), et pour la communication avec l’équipe médicale qui n’est pas toujours évidente (pressions, non compréhension des contraintes liées à l’aéronautique) du pilote SMUH avec 15 années d’expérience, pour revenir à un système de rémunération à la hauteur des compétences exigées…
    On ne va pas comparer à celle d’un commandant de bord avion (en Europe de l’ouest) CPL/IR par exemple…
    La grille salariale du pilote offshore ou du pilote vip frise pour certains les 10000€ par mois, avec d’autres contraintes, certes…

  • Weber gerard

    Loin de moi de vouloir remettre en cause le bien fondé de ces revendications.
    Tous les journalistes lorsqu’il s’agit de chiffres parle en pourcentage.
    Le lecteur pourrait avoir une meilleure information en donnant le chiffre réel avec ce pourcentage.
    Combien gagne un pilote du SAMU exactement?
    Quelqu’un peut il nous éclairer?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.