Accueil » Une formation ciblée sur les missions aériennes pour les professionnels de santé

Une formation ciblée sur les missions aériennes pour les professionnels de santé

L’objectif de cette formation (sanctionnée par un Diplôme Universitaire de 3ème cycle) est d’amener les acteurs des évacuations médicales (MEDEVAC) à pouvoir faire face à des situations complexes lors d’une mission aérienne, que le problème soit médical, aéronautique ou logistique ; et plus encore les anticiper lors de la préparation de chaque mission.

28.04.2021

La formation proposée par la faculté de santé de l'université d'Angers s’articule en trois modules : médecine (40 heures), aéronautique (27 h) et logistique (9h). © Gil Roy / Aerobuzz.fr

La finalité de cette nouvelle formation proposée par l’université d’Angers est multiple. En premier lieu, elle vise à donner un complément de formation aux médecins et infirmiers exerçant dans les SAMU/SMUR, le Service de Santé des Armées, les compagnies d’assistance et de transports médicalisés privées pour prendre en charge tous types de situations et adapter ses connaissances au milieu aéronautique. Elle traite aussi bien les prises en charges brèves et sur courtes distances en hélicoptère, que les prises en charges plus longues sur longues distances lors d’évacuations sanitaires en avion de ligne ou avion ambulance, pour des patients nécessitant des soins intensifs face à des pathologies variées fréquemment rencontrées (polytraumatisme, décompensation cardio-pulmonaire, choc septique…) et parfois compliqués de pathologies secondaires (delirium tremens, paludisme…).

Cette formation doit permettre aux médecins et infirmiers formés d’organiser tout type d’évacuation sanitaire aérienne, aussi bien en avion de ligne qu’en vol affrété, en ayant les connaissances des contraintes liées à ces missions, en particulier sur les plans aéronautique, financier, politique, logistique et médical.

La formation s’articule en trois modules : médecine (40 heures), aéronautique (27 h) et logistique (9h). Le module 1 est principalement un échange entre les conférenciers, spécialistes dans leur domaine hospitalier mais sans expérience de vol et les apprenants, autour de pathologies rencontrées lors d’évacuations. Les modules 2 et 3, enseignés par des professionnels, souvent non-médecins, vont apporter des réflexions sur les contraintes rencontrées en mission, particulièrement liées à la réglementation aérienne, et comment minimiser les risques pour tous, et en optant pour des normes de Qualité.

Deux premières journées en présentiel sont consacrées à la rencontre de professionnels des voilures tournantes et fixes (Le Bourget, Issy les Moulineaux) avec des enseignements dirigés en parallèle en demi-groupe axés sur des retours d’expériences. Ces deux jours permettront (à mi-parcours du DU) aux apprenants de faire connaissance et se rencontrer. Une journée à Angers en présentiel à la fin de la formation sera consacrée à de la simulation et un travail sur la base hélico du SAMU49 en demi-groupe. Elle sera suivie de l’examen écrit (2 heures) le lendemain.

Faire face à des situations complexes lors d’une mission aérienne… © Gil Roy / Aerobuzz.fr

Contenu de la formation

  • Durée : 54 heures de cours théorique en visioconférence + 3 jours (soit 24 heures) en présentiel à Angers ou région parisienne (dont 1 jour en simulation)
  • Calendrier : classes virtuelles à raison de 2 séances par mois de 9h30 à 13h (de Novembre 2021 à Mai 2022) + 3 journées présentielles (1er et 2 février + 16 juin 2022)
  • Intervenants : médecins, infirmiers, professionnels de l’aéronautique impliqués dans la réanimation et / ou dans les rapatriements sanitaires.
  • Lieux de la formation : visioconférence, Angers ou région parisienne
  • Candidature en ligne du 4 mai au 13 juin 2021
  • Sélection des dossiers : 17 juin 2021
  • Début de la formation : 16 novembre 2021
  • Droits de scolarité : 1.800 euros (+ droits universitaires)
  • Contact : Hakim Oubayda : hakim.oubayda@univ-angers.fr
  • Informations complémentaires 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le module 1 est principalement un échange entre les conférenciers, spécialistes dans leur domaine hospitalier mais sans expérience de vol et les apprenants, autour de pathologies rencontrées lors d’évacuations.

Les modules 2 et 3, enseignés par des professionnels, souvent non-médecins, vont apporter des réflexions sur les contraintes rencontrées en mission, particulièrement liées à la réglementation aérienne, et comment minimiser les risques pour tous, et en optant pour des normes de Qualité.

Deux premières journées en présentiel sont consacrées à la rencontre de professionnels des voilures tournantes et fixes (Le Bourget, Issy les Moulineaux) avec des enseignements dirigés en parallèle en demi-groupe axés sur des retours d’expériences. Ces deux jours permettront (à mi-parcours du DU) aux apprenants de faire connaissance et se rencontrer. Une journée à Angers en présentiel à la fin de la formation sera consacrée à de la simulation et un travail sur la base hélico du SAMU49 en demi-groupe. Elle sera suivie de l’examen écrit le lendemain.

Objectifs

Donner un complément de formation aux médecins et infirmiers exerçant dans les SAMU/SMUR, le Service de Santé des Armées, les compagnies d’assistance et de transports médicalisés privées pour prendre en charge tous types de situations et adapter ses connaissances au milieu aéronautique :

Sur des prises en charges brèves et sur courtes distances en hélicoptère ;

Sur des prises en charges plus longues sur longues distances lors d’évacuations sanitaires en avion de ligne ou avion ambulance, pour des patients nécessitant des soins intensifs face à des pathologies variées fréquemment rencontrées (polytraumatisme, décompensation cardio-pulmonaire, choc septique…) et parfois compliqués de pathologies secondaires (delirium tremens, paludisme…)

Permettre aux médecins et infirmiers formés d’organiser tout type d’évacuation sanitaire aérienne, aussi bien en avion de ligne qu’en vol affrété, en ayant les connaissances des contraintes liées à ces missions, en particulier sur les plans aéronautique, financier, politique, logistique et médical.

 

 

 

 

Retrouvez nous en podcast et vidéo

4 commentaires

  • Claude DUVIVIER

    Professionnel de santé libéral, il me paraît plus juste de donner envie aux jeunes d’ embrasser une carrière dans le médical au sens large par des salaires attractifs et ainsi maintenir et non supprimer des lits d’hôpitaux par manque de personnel.

    Les lits nous les avons, le matériel nécessaire nous pouvons l’avoir assez rapidement, le bémol C est l’absence de « rêve de gosses » dans ce domaine.
    Il est vrai que pour gagner ce que que gagne certain joueurs pro en foot en 1 mois il faut travailler 10 à 12 heures par jour pendant 40 ans. La pierre angulaire de l’hôpital, la clef de voûte de cet édifice reste l’infirmière.

  • LOTSER68

    D’accord avec LUC: qu’est ce que c’est que cet espèce de Volapuk (comme disait De Gaulle) pour exprimer des idées dans une langue transformée par des esprits proches de la débilité.. ?pour des gens qui ne seraient pas assez intelligents pour comprendre?. N’avons nous pas assez de mots précis dans notre langue française ? Ils n’ont pas du jouer souvent dans leur enfance avec des « référents bondissants  » (ballons) pour être à la portée de tout le monde? C’est vraiment du grand n’importe quoi pour paraitre instruits.. Et dire que ces gens grouillent au ministère de l’Education Nationale..

  • Luc Gramsch

    Note de français.
    Ne pouvez-vous pas utiliser autre chose que:
    Présentiel? le remplacer par présence ou en présence?
    Distenciel? par à distance ou Internet?
    Apprenant? par stagiaires ou élèves?
    Et maintenant on ne voit que « les territoires ».
    Franchement « ras le bol » de ces « avancées » de la langue.
    Les médias et vous y compris vous psittacisez…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.