Accueil » Amerrissage maîtrisé pour un Boeing 737 cargo

Amerrissage maîtrisé pour un Boeing 737 cargo

Un Boeing 737-200 s’est abîmé en mer, à trois kilomètres des côtes d’Honolulu, le 2 juillet 2021. Les deux pilotes, seuls à bord, sont grièvement blessés.

5.07.2021

La capture d'écran de Flightradar24.com montre la trajectoire de vol du Boeing 737-200 de Rhodes Air. © Flightradar24.com

Le 737-200 de Rhoades Express (opérant sous le nom de vol 810 de Transair) s’est posé dans l’océan Pacifique, en pleine nuit, vers 2 h 30. Il venait de quitter Honolulu pour Kahului, sur l’île de Maui (Hawaï). Selon la FAA (Federal Aviation Administration), les pilotes ont signalé des problèmes de moteur et ont tenté de retourner à Honolulu lorsqu'ils ont été contraints d'amerrir. Les deux pilotes ont été secourus par les garde-côtes américains.  ...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

4 commentaires

  • Pierre DOVONOU LOKOSSOU

    Prompt rétablissement à ces héros de l’aviation civile

  • Claude Alexandre d'Albronn

    Amerrissage maitrisé, les deux pilotes grièvement blessés !
    ya comme un défaut, comme dirait Fernand Reynaud !!

    • Jean-Mi

      Les anglais disent : « Every landing you can walk away from is a good landing ».
      Ce qui se traduit par : « tout atterrissage dont vous pouvez sortir en marchant est un bon atterrissage ».
      Ici, il faudrait corriger par « nager »…
      En dehors de la plaisanterie mal placée, poser à 2h30 du mat’ un 737 sans moteur (le 1) dans l’eau sans se tuer est déjà une certaine forme de maîtrise.
      Pearl Harbor a décidément une histoire aéronautique chargée !

      • Greg765

        Et je pense qu’ils avaient même plus ou moins perdu les 2 moteurs.

        Dans les communications radio ils parlent d’une surchauffe sur le moteur restant. Si il avait fonctionné de manière nominale ils auraient dû pouvoir rentrer à l’aéroport en N-1. Donc je pense que la situation sur le moteur qui leur restait s’est dégradée.

        Était il complètement en panne ou fournissait il toujours une poussée partielle lors de l’amerrissage, à voir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.