Accueil » Bénéfices de Ryanair en baisse de 7%

Bénéfices de Ryanair en baisse de 7%

Sur le premier semestre (d’avril à septembre 2018) de son exercice fiscal en cours, Ryanair accuse le contrecoup des grèves de ses navigants. La low cost irlandaise, revoit à la baisse ses prévisions et redoute une hausse du pétrole et les conséquences d’un Brexit dur.

24.10.2018

Entre 2017 et mai 2018, Ryanair a réceptionné 64 nouveaux Boeing 737-800NG et confirmé 25 options de versions MAX-200 (premières livraisons au printemps 2019), dans un contexte économique incertain. © Boeing

Malgré un trafic record (+6% avec 76 millions de passagers transportés en 6 mois), et un chiffre d’affaires en hausse de + 8%, sur la première moitié de son exercice fiscal, les marges de la première compagnie européenne reculent. Début octobre 2018, les prévisions ont été réduites de 12% pour un bénéfice net annuel attendu entre 1,10 et 1,20 milliards. Loin du record de 1,45 milliards du précédent exercice. Depuis un an, le ciel de Ryanair s’est assombri. La compagnie irlandaise...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

Un commentaire

  • Pilotaillon

    Les actionnaires ne semblent pas redouter les effets de « comportements primaires » de certains passagers et accompagner le « désintérêt » de l’état major(1) en de telles circonstances…
    Le low cost s’impose comme un modèle pour hacker le marché mais reste fragile si un repositionnement ou une diversification n’est pas opéré ensuite.
    D’ailleurs les équipages de 737 s’essoufflent, des marges si étroites (= politique orientée investissement) qu’elles sont à la merci du premier imprévu, quel sera le prochain épisode ?
    Le pétrole n’a pas fini de faire parler de lui, et pas seulement outre manche…

    (1) A croire que le modèle low cost est le propre de sociétés immorales, capables de traiter à égalité les passagers de couleur et leurs équipages. Cela devrait motiver ceux qui portent d’autres valeurs, à inventer une formule qui reprenne des passagers à ces zombies profitables +380% en 10 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.