Accueil » La low cost Primera Air placée en liquidation judiciaire

La low cost Primera Air placée en liquidation judiciaire

L’horizon s’est brutalement assombri pour Primera Air et pour ses clients qui risquent de ne jamais être remboursés. Le ciel est libre pour les concurrents Level, French Blue, Eurowings, Norwegian. © Primera Air

La compagnie scandinave a informé ses clients d’un simple message sur sa page d’accueil. Ses opérations cessent à partir du 2 octobre 2018. Il y a quelques jours encore, Primera Air annonçait l’ouverture de nouvelles lignes au départ de Paris CDG vers Montréal et Tel Aviv.

Depuis mai 2018, Primera Air reliait New York, Boston et Toronto à Paris avec ses A321neo et des prix d’appels de 99 euros. Créée 2003, la compagnie avait connue une belle ascension avec ses activités charter à travers le monde. Ces dernières semaines la direction invoquait des difficultés liées au retard des livraisons de ses Airbus.

Le très concurrentiel marché du low cost couplé à une conjoncture difficile (en particulier le coût du carburant) auront certainement eu raison de la compagnie....

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

6 commentaires

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Je fais partie des personnes qui avaient un billet d’avion New-York/ Paris le 2 octobre. Je suis arrivée à l’aéroport de Newark en provenance de Houston pour faire ma correspondance, et pour seule info, les écrans des guichets de check-in qui informaient de la faillite de la compagnie, point à la ligne.
    Je peux vous assurer que cela fait un choc quand on est coincé à des milliers de kilomètres de chez soi, dans l’incapacité de joindre des proches à cause du décalage horaire, et une carte bancaire qui a atteint ses plafonds de retraits et paiements.
    Je n’ai pas beaucoup d’espoir de récupérer mon argent, ni même de dédommagement pour la situation impossible dans laquelle cette compagnie m’a mise. Comment peut-on faire faillite du jour au lendemain, et ne pas avoir la décence de prévenir les voyageurs à l’avance?

    Répondre
  • Quand le moindre billet d’avion, moyen ou long courrier, avec 1 escale, génère des taxes d’aéroports de l’ordre de 250 à 350 €uros, comment nous faire croire qu’une low cost peut vendre des billets à de tels prix bas (moins de 100 voir moins de 50 €uros)sans qu’il y ai un jour de la casse!…..
    Les dirigeants des low cost font les « cador » se faisant photographier signant des contrats d’achat mirifiques auprès d’Airbus ou de Boeing avec de l’argent qu’ils sont loin d’être sur de gagner….

    Répondre
  • Quand on fait la course au « moins disant » en tirant sur les « coûts » … ! Il n’est pas sûr qu’il n’ont pas mis des pépètes ailleurs.
    C’est : Prends l’oseille et tire toi — un titre de filme de Woody Allen.

    Répondre
  • Justement, faisant partie des futurs passagers qui ne s’envoleront pas pour New York, il sera indispensable de connaitre le liquidateur judiciaire afin de déclarer rapidement les créances.
    Personne à l’heure actuelle n’est capable de donner des renseignements, les médias n’en parlent pas et de ce fait, des tas de gens , voire des milliers auront perdu de l’argent sans être responsable et ne seront pas sur de le récupérer .C’est lamentable.

    Répondre
    • Bonjour je fais partie des voyageurs leses, je devais partir a NEW york dans 10 jours avec ma famille.
      Et j ai appris cela dans les medias, je n ai recu aucunes infos de la part de la compagnie, je vais devoir mettre une croix sur mon voyage tant reve, et sur l argent investi.

      Répondre
  • « Cela s’appelle un retournement de situation… »
    Ou plutôt un gros bourrage de mou au nez et à la barbe de tout le monde !
    Comment croire ces marchands de sommeils alors que 2 semaines auparavant leurs communiqués faisaient état d’un soleil radieux ?
    Je plains les employés qui se sont investis dans cette affaire et qui pour certains ne toucheront pas leurs salaires, les passagers qui ont payés leurs billets d’avions et qui voyageront pas, les investisseurs qui ont crus en ces prévisions mensongeres et qui en seront de leurs poches, les fournisseurs qui ont produit du crédit et qui ne seront pas payés.
    Les dirigeants et les managers de cette compagnie aérienne et son agence de recrutement pour les navigants « ASTA » sont sans complexes, sans pitié et surtout sans remords !
    Pierre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(30) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.