Accueil » Les employés français de Norwegian dans l’attente

Les employés français de Norwegian dans l’attente

Dans un communiqué daté du 30 avril 2021, les représentants syndicaux de l’ex filiale française de Norwegian Air Resources Ltd font état de la situation des 286 employés qui sont officiellement toujours sous contrat à ce jour…

4.05.2021

Norwegian Airlines aurait bénéficié de 8 millions d'euros d'aides publiques en France en 2020 selon les représentants syndicaux. © Anastasia Durand

Selon le communiqué, la société Norwegian Air Resources Ltd (NAR Irlande), maison mère irlandaise de la filiale française, est en état de liquidation depuis février 2021. Mais les représentants syndicaux dénoncent des retards dans la procédure les pénalisant pour bénéficier du Régime des Garanties des Salaires (AGS). Les 286 employés français (136 PNC, 145 PNT et 5 employés administratifs au 31 déc. 2019) se retrouvent donc à ce jour toujours sous contrat, mais avec des « salaires impayés depuis deux mois et aucune proposition de reclassement professionnel malgré des annonces d’embauche de Norwegian et Norse le nouvel opérateur Norvégien. »

Norwegian joue sur deux tableaux à Roissy

En outre, toujours selon les syndicats français, le cabinet KPMG en charge de la procédure de réglement judiciaire en Irlande serait dans l’incapacité de faire la preuve de l’insolvabilité́ de Norwegian. Le 5 mai 2021 aura lieu l’audience au tribunal de Bobigny, qui déterminera l’ouverture d’une procédure secondaire en France « que nous appelons de tous nous vœux » précise le communiqué. JB

Norse Atlantic Airways sur les cendres de Norwegian à Paris CDG

Retrouvez nous en podcast et vidéo

4 commentaires

  • Athos7

    Il semble que, dès le départ, les promoteurs de cette compagnie l’avaient compartimentée à dessein, en différentes filiales destinées à légalement se jouer du Droit du Travail.
    Il se trouve toutefois que – hors Droit du Travail – le métier de transporteur aérien est extrêmement réglementé.
    Notre Ministre des Transports est certainement très contrarié de cette situation : si, par chance pour leurs anciens employés, ces mêmes promoteurs ont l’intention de poursuivre une activité de transporteur aérien en France, l’administration française a les moyens de les « inciter très fortement » à faire correctement la vaisselle du précédent repas avant de pouvoir remettre – facilement, sans retards, et sans tracasseries – le couvert.

  • Georges Weiss

    🤔L’Europe : une zone de non droit ?!? 🧐

    • Pilotaillon, peace'nd love warrior

      Là est tout l’enjeu de l’alignement des règles fiscales et sociales…
      A défaut de lancer des cris d’orfraie, nous, exemplaires Français, devrions constituer un nouveau « front populaire » (= engagement citoyen massif) pour pousser à cet alignement.
      Mon petit doigt me dit qu’avec les déficits et notre régime social si « protecteur » (cause de déficit ?… je ne me prononce pas), nous soyons renvoyés dans nos 20 m…
      Nonobstant ce mouvement passerait pour un signe fort de maturité vis à vis de l’UE.
      Rêvons un peu : davantage de chance car nos amis GB ne sont plus parties prenantes https://www.youtube.com/watch?v=sMDcugX22d8 à partir de 4.30′

  • mikeul

    Un personnel français licencié qui se trouve dans un  » no man’s Land » juridique
    Une entreprise  » européenne » low Cost se localisant dans dans un paradis fiscal européen
    Un état qui a subventionné une entreprise dont le schéma est basé sur le dumping social
    Peut être que quand NORSE voudra s implanter en France l état aura de de la mémoire s agissant des aides et que les candidats salariés – que je comprends car c est un beau métier- auront compris où ils mettent les pieds …et vive la reprise avec des conditions de travail équilibrées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.