Accueil » Aerobuzz.fr, 10 ans déjà !

Aerobuzz.fr, 10 ans déjà !

Il y a 10 ans, Aerobuzz.fr se lançait… dans l’inconnu. C’était encore l’époque pionnière de l’internet. 10 ans plus tard, Aerobuzz.fr occupe une place à part (entière) dans la filière aéronautique.

14.11.2019

La rédaction d'Aerobuzz (presque) au complet sur la scène de l'Aéro-Club de France. © Gilles Rolle / Aerobuzz.fr

Le jeudi 7 novembre 2019, Aerobuzz.fr a réuni quelques personnalités de l’aéronautique dans les salons de l’Aéro-club de France. Histoire de marquer le coup ! Il y avait des industriels, des pilotes professionnels, des représentants associatifs, des avionneurs, des militaires, des aventuriers, des champions du monde, des dirigeants de compagnies aériennes, des fonctionnaires, des artistes… Des passionnés issus des horizons les plus divers surpris d’une telle diversité. Ils sont le reflet du lectorat d’Aerobuzz. Il y avait aussi présents les six gagnants...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

15 commentaires

  • Bon Vol 87

    Bon anniversaire. Tout est dit

  • A

    Suppression de la catégorie Premium libre…c’est bien dommage :-/
    Bel anniversaire et félicitation pour la qualité des vos publications.

  • David

    Très très bon anniversaire et comme beaucoup d’autres voeux longue vie à Aerobuzz.
    Jean-Marc

  • Jean-Mi, un habitué

    Bravo à l’équipe Aerobuzz et merci pour votre travail journalier spécifique à notre beau milieu de « têtes en l’air » ! Et bonne continuation, on a besoin de vous !

  • LeRoux

    Bravo, et merci, sincèrement. Cependant concernant la phrase « (1999) C’était encore l’époque pionnière de l’internet », si les mots ont un sens, peut-être faudrait il ajouter  » …pour le journalisme en ligne, et surtout le journalisme spécialisé en ligne ».
    Parce que internet pour la plupart des gens, c’est le browser mi année 1990 (1990 html, WWW; 1993 browser Mosaic) et pour moi ingénieur lambda c’est les emails année 1980, ( 1983 tcp-ip, DNS, et le mot Internet) , mais pour les spécialiste du domaine c’est 1960 et même avant. Rendons à César …

  • Bernard Bacquié

    Bravo à Gil et son équipe. Aerobuzz est devenu incontournable quand on désire rester branché en aviation. Désolé pour ma défection, appelé impérativement à l’étranger.

  • J.Aiffvé

    Bravo au gône !

  • DELAVAULT

    Très bonne publication

  • yann perrault

    Felicitation Gil et Martin !

    C’est toujours un plaisir que de venir sur le site Aerobuzz , et une excellente source d’information !

  • VincentG.

    Félicitations pour tout ce chemin parcouru !

  • michael tolini

    Pour elargir la visibilite pourquoi ne pas proposer votre site en anglais, techniquement ce n’est pas tres complique.

    • Gil Roy

      Au contraire : c’est très compliqué pour une petite entreprise comme Aerobuzz !
      Les moteurs de recherche proposent des traductions intégrales de sites. Les limites de ces systèmes automatiques sont vite atteintes.
      Proposer le site en anglais, et être crédible en anglais, c’est intégrer dans l’équipe un journaliste bilingue dont l’anglais est sa langue maternelle. A l’échelle d’une PME, le coût est énorme et un seul journaliste ne suffit pas quand on met en ligne 4 à 6 articles par jour. 35 heures et congés payés… Nous avons retourné le problème dans tous les sens et pour l’instant nous préférons nous développer autrement.
      Le site Aerobuzz.de est une réussite parce que l’équipe rédactionnelle allemande a investi financièrement dans la création et le développement du site. Aerobuzz.de est son site. C’est sur ce modèle que nous souhaitons nous développer dans d’autres pays, à commencer par la Suisse.
      Quant à élargir la visibilité, j’en suis revenu ! Pendant longtemps, j’ai cru que le salut passait par le nombre de visites. Et c’est un fait quand ont monte à plus d’un million de pages vues par mois, on éprouve une certaine satisfaction. Mais il ne faut pas confondre, pages vues et chiffre d’affaires. Ce ne sont pas les pages vues qui payent les charges, mais la publicité et les abonnements. Notre objectif aujourd’hui est de développer les abonnements. Un jour, ce sera la seule source de revenus générés directement par le site. La publicité intéresse de moins en moins les annonceurs qui ont d’autres moyens d’entrer en contact avec leur marché.
      Tout cela pour tenter de démontrer que rien n’est aussi simple qu’on pourrait l’imaginer.

    • Marcello

      Le contenu anglophone du Web mondial, c’est environ 50%, celui en français environ …4%. La langue numéro 1 dans l’aéronautique, c’est l’anglais. Donc vouloir s’attaquer à un marché (sur)saturé serait une erreur. Les Newsletter gratuites ou payantes en anglais, il y en a des centaines… Aerobuzz a raison de rester sur un marché de niche (idem pour l’Allemagne), à garder une ligne éditoriale équilibrée entre la reprise d’informations de presse et de véritable reportages exclusifs et d’opinions, tout en conservant une (relative) indépendance vis-à-vis à vis des institutionnels (Armées) et industriels. Il faut aussi trouver un juste équilibre dans les sujets, l’aéronautique c’est un vaste avec autant de chapelles, le pilote privé ULM ne s’intéresse pas forcément aux déboires du F-35 tout comme les commandes d’A321neo ne feront pas fantasmer le spotter de JPO et autre aviation militaire. Il faut enfin s’adapter aux nouvelles habitudes de consommation de l’information sur le Net, du factuel, court (regardez les articles du Monde où l’on met désormais le temps de lecture pour ne pas « effrayer » l’internaute !) et adapté aux différents appareils mobiles.

      • Vladimir_K

        Cela étant, en terme de qualité, à l’instar d’Air et Cosmos (j’espère que la comparaison ne vous blesse pas, je respecte énormément AC) Aerobuzz n’a pas à rougir face à la concurrence anglo-saxonne. Il y a effectivement beaucoup de ressources en anglais, mais avec AB, on a la garantie que les articles ont été réfléchis avant d’être publiés.

        Je vois aussi dans le fait qu’Aerobuzz reste francophone une fierté de bonne aloi : la France est toujours une puissance aéronautique, ne l’oublions pas.

        Si un certain nombre d’articles touchent particulièrement les aviateurs français, rien n’empêche le lecteur francophone de l’étranger de consulter le site, il y en a pour tout le monde. J’ai découvert AB en 2010, et durant ce temps j’ai appris pas mal de choses, notamment à mieux me servir de ma tête.

        Aerobuzz m’a fait découvrir bien des livres que je suis heureux d’avoir lu (mention spéciale à « souvenirs sans gloire », de Michel Vanvaerenbergh !). Abonné depuis 2016, sans regret de payer (désolé pour l’abo à vie, difficile pour moi de lâcher une telle somme d’un coup), je me sens chez moi sur ce site.

        Merci à toute l’équipe

        Vladimir K
        Ville de Québec, (Canada, bien sûr)

        P.S.1 j’ai toujours été intrigué par la bâtisse de l’aéroclub de France, sera-t-il possible de faire un article sur le sujet ?

        P.S.2 je pense qu’il y a une communauté forte et dévouée autour d’Aerobuzz. Y-a-t-il des moyens autres que financiers d’aider l’équipe (traductions, recherche/partage d’infos, suggestions d’articles… ?)

  • DAUMONT

    Il y a 10 ans le site ne s’appelait pas Aerobuzz ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.