Accueil » Jacques Bothelin et son Pilatus PC-7

Jacques Bothelin et son Pilatus PC-7

A travers la rigueur de ses présentations en Europe et le professionnalisme de sa patrouille acrobatique aux couleurs de ses sponsors successifs, Jacques Bothelin a donné au PC-7 de Pilatus ses lettres de noblesse.

J’ai choisi aujourd’hui de vous parler du Pilatus PC-7.

J’ai vécu avec cet avion une aventure intense pendant 15 ans, en parcourant l’Europe et le Maroc dans tous les sens, pour réaliser des centaines de démonstrations sous les couleurs de mes sponsors successifs.

Mais ma relation à cet avion tient autant du fantasme que de l’audace.

Un avion à nez pointu

J’avais la chance au début des années 80 de voler sur ce que nombreux appellent la « Ferrari de l’air », le SF260. Mais ma...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

2 commentaires

array(2) { [0]=> int(1328) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Que de souvenirs depuis mon premier vol de pilote breveté en D112 avec Jacques comma passager à Til Chatel jusqu’à d’amicales rencontres à Curtil… Quelle magnifique carrière ! Bonne continuation Jacques et au plaisir de se re-croiser !

    Répondre
  • Il y a une trentaine d’années déjà, Jacques nous éblouissait avec ses Marchetti au-dessus de la rade de Genève, lors des « Fêtes de Genève », à l’époque où l’on pouvait faire évoluer une patrouille dans ce décor prestigieux. Il doit se souvenir qu’en vertu d’une loi stupide, il avait fallu recouvrir le nom de la marque d’apéritif qui était sur les flancs de ses trois avions…
    Nous avons eu ensuite le plaisir de l’accueillir, lui et les siens, à l’Aéroport International de Genève, où il n’a laissé que de bons souvenirs. Pour ma part, c’est lors d’un vol dans le cadre d' »Aeria » à Neuchâtel que j’ai pu apprécier le talent de la patrouille… Merci encore.
    (Ancien responsable du service de presse de l’Aéroport International de Genève)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(1328) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(1328) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.