Accueil » Jean-Marie Klinka et le Wassmer WA-40

Jean-Marie Klinka et le Wassmer WA-40
premium

C'est avec la rigueur de l'ingénieur aéronautique qu'il est, que Jean-Marie Klinka a fait le choix surprenant, mais argumenté, du Wassmer WA-40. Jean Barbaud a retenu le caractère majestueux du Super IV au roulage…

7.08.2017

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

A propos de Jean-Marie Klinka

chez Aerobuzz.fr
Jean-Marie Klinka (1947-2021) était ingénieur (aussi pilote). Il a partagé sa carrière entre le bureau d’études, essentiellement aux Avions Mudry, la formation, à l’ENSICA de Toulouse et l’ESEM d’Orléans, la certification à la DGAC. Pour Aerobuzz.fr, il jetait un regard personnel sur les activités de l’aviation légère.

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

7 commentaires

  • alainrac

    J’en ai eu deux, le premier à train manuel (fallait pas se rater pour rentrer le train d’un vigoureux élan sur le levier avant que la vitesse augmente, surtout une fois les sandows d’assistance un peu fatigués), le deuxième avec train electrique et 4 reservoirs de 110L (essence pas chère à l’époque) avec lesquels j’ai volé près de 1000h et passé mon IFR. Avec quel avion américain de même puissance pouvait-on voler à 5 à 120kt, faire 8 heures de vol (je suis revenu de nuit avec deux passagers de Rhodes à Lyon avec un stop d’une heure à Rome), et aller faire du ski à Courchevel le dimanche avec 3 passagers et les 4 paires de ski, puis rentrer de nuit en IFR à Lyon?
    Une époque où on faisait de l’IFR, pour les plus courageux, avec un moteur qui givrait facilement, de vieilles radios Narco Mk12 avec indicateurs VOR CDI et des connecteurs à qui il fallait donner des coups de pieds sous le tableau de bord pour refaire les contacts et faire disparaitre les flags qui apparaissaient en cours d’ILS, mais j’étais jeune, et c’est aussi l’avion de ma carrière avec lequel j’ai le plus appris, et sûrement le plus aimé!

  • Fanjeau

    salut JM,

    Toujours dans les bons coups

    Amitiés

    Armand fanjeau

  • Jean-Marie Klinka

    Merci, vos avis me rassurent, les DeLorean DR7 et confrères ne sont pas prêts de détrôner ces « vieux » avions. Reste à espérer qu’il existe encore longtemps des mécanos et menuisiers pour les entretenir.
    Je me répète: si vous avez le temps, vous êtes tous invités au musée d’Angers (GPPA) le 29/09 à 14h pour la restauration du Cap 232 et les 100 ans d’Auguste Mudry (voir mon commentaire sur le sujet Cap 232)

  • Chollet-Ricard Bernard

    D’accord avec J-M Klinka: de tous les avions que j’ai pilotés le Wassmer S-IV est celui que j’ai préféré; parfaitement abouti, lourd (1200 kg) mais possédant des commandes bien réactives (contrairement aux avions US équivalents) et très stable. Je confirme tous les autres propos de J-M Klinka.

  • n. chabbert

    Bravo pour ce choix. Tu brouilles les pistes ! Cela me rappelle de bons moments sur la version trains fixes, le WA41 « Baladou ». Amitiés

  • OLIVIER MAES

    Très bon choix
    Amitiés
    Olivier Maes

  • bertrand ridel

    Bonjour Jean Marie,
    Pour une fois tu m’as donné l’envie d’essayer autre chose qu’un bon Stampe.
    Porte toi bien
    Bertrand

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.