Accueil » Conforter son âme d’enfant au Parc du Petit Prince

Conforter son âme d’enfant au Parc du Petit Prince

À Ungersheim, en Alsace, à une quinzaine de kilomètres de Mulhouse, venez (re)découvrir l’univers onirique du héros fantastique d’Antoine de Saint-Exupéry, dans un parc poétique à visiter en famille.

26.07.2016

Le ballon de l’Allumeur de Réverbère.

Le ballon du Roi.

La nacelle de la charlière captive l’Allumeur de Réverbère attend ses passagers.

Le bâtiment du Grand Cinéma (projections de films en 3D). On devine la roseraie et le labyrinthe végétal.

« Toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants, mais peu d’entre elles s’en souviennent » a constaté l’écrivain ailé. Pourtant au fond de soi, il reste toujours quelque chose de merveilleux et d’allégorique de l’enfance ! Et quel héros est-il plus féerique et intangible que le Petit Prince ? La preuve, depuis sa « naissance » en 1943 (1946 en France), le livre des aventures humanistes du petit garçon blond de l’astéroïde B-612, un peu fâché avec sa rose, entretenant d’étonnantes relations avec un renard, a été vendu à quelque 150 millions d’exemplaires et traduit en 275 langues ! Le Petit Prince (on lui prête 400 millions de lecteurs) est l’ouvrage initialement en langue française le plus lu au monde, tant les valeurs qu’il véhicule sont inoxydables et universelles – il est donc flagrant qu’il éveille invariablement l’émerveillement de toutes les générations !

Matthieu Gobbi et Jérôme Giacomoni, même sortis de Polytechnique, sont assurément de grands enfants. Voici deux bonnes décennies, pour faire partager leur engouement de l’aérostat au plus grand nombre, pour distribuer du rêve et de l’étonnement aux pauvres Terriens, ils ont ressuscité le ballon captif, en lui apportant divers perfectionnements modernes.

Ils ont ainsi marché sur les traces, entre autres, mais ne citons que le plus célèbre, d’Henri Giffard (1825–1882), qui, lors de l’Exposition universelle de 1878, fit fonctionner un « globe aérostatique » de 25 000 m3 (d’hydrogène) capable d’emmener 40 personnes à 500 mètres de hauteur lors de chacune de sa dizaine d’ascensions quotidiennes, mû par un treuil à vapeur – merveille de la technique d’alors – de 300 ch. La grande Sarah Bernhardt avait trouvé ce moyen idéal pour soigner son asthme…

Âgés alors d’à peine 25 ans, ils fondèrent la société Aérophile en 1993 (reprenant le nom d’une incontournable publication de la Belle-Époque), leur première charlière captive – ballon à gaz, inventé par le professeur Charles en 1783, en parallèle au ballon à air chaud engendré par les frères Montgolfier, la montgolfière – décollant l’année suivante des jardins du château de Chantilly.

En 1999, ils débutèrent l’exploitation de l’engin du square André Citroën à Paris (15e), toujours vaillant aujourd’hui, et qui reste l’emblème d’Aérophile. Son alter-ego à Disneyland-Paris est apparu en 2005. Leur attractivité ne se dément pas, 500.000 passagers profitent annuellement de ces « 15 minutes en ballon ». Et une soixantaine de ces « sphériques » vole de par le monde aux mains de multiples exploitants, de Las Vegas au Yémen en passant par Vulcania en Auvergne, ou Rio de Janeiro, le petit dernier, pour les Jeux olympiques…

Au centre du site, le Petit Prince trône sur sa météorite.

L’Aérobar du Buveur : boire un verre au sommet d’un ascenseur aérostatique, les pieds dans le vide, à 35 m de hauteur. Cool !

Le 7 novembre 1492, l’année de la découverte de l’Amérique par un certain Christophe Collomb, dégringole, dans un hameau du Haut-Rhin d’aujourd’hui, une météorite, premier objet extra-terrestre dûment répertorié. Conservé dans l’église, il devint naturellement un point focal.

Période contemporaine : voici 32 ans, s’est ouvert l’Écomusée d’Alsace, implanté sur une ancienne mine de potasse. Unique en son genre, le site est organisé comme un village alsacien typique du début du XXe siècle, avec ses maisons à pans de bois, ses rues, ses jardins, sa rivière, son vignoble et ses bâtisses, authentiques (du XVIIe au XIXe siècles), déménagées pièces par pièces et réimplantées. Vaut le détour, comme disent les guides touristiques.

Telles sont les composantes d’un terroir favorable, à une quinzaine de kilomètres au nord de Mulhouse (et une centaine au sud de Strasbourg), au carrefour de trois pays, Allemagne, Suisse et France, au cœur d’une région plutôt sèche et peu venteuse (merci les Vosges), avec 80 % de jours volables dans l’année…

En septembre 2012, le Symbio, syndicat mixte regroupant les Conseils régional et départemental, lança un appel d’offre pour renforcer encore l’intérêt touristique de la contrée. Lequel fut remporté par Aérophile, soutenu par l’assentiment bienveillant de la concession Saint-Exupéry.

C’est ainsi que le Parc du Petit Prince a ouvert les portes de ses 23 hectares en juillet 2014. Sa première saison complète, 2015, a vu la venue de 120 000 visiteurs (33 % de plus qu’en 2014).

Le « cocon » est l’animation Métamorphose, avec à ses côtés les serres aux papillons.

Dernier-né des grands parcs d’attractions thématiques en France, le Parc du Petit Prince offre une parcours émotionnel basé sur l’univers poétique et philosophique du personnage d’Antoine de Saint-Exupéry. C’est un « slow parc », pas une fête foraine (comprendre : si vous recherchez une débauche de bruit, d’adrénaline, de technologie et d’effets spéciaux, passez votre chemin) qui suggère l’exploration d’un cratère, provoqué par l’atterrissage mouvementé de l’astéroïde B-612 du Petit Prince qui trône en son centre : les 32 attractions et animations tournent autour, certaines reliées par un petit train, orientées vers trois grands domaines.

Le vol d’abord. L’expérience la plus romantique est indéniablement l’ascension à bord des deux ballons captifs, qui procurent, à 150 mètres de hauteur (l’Euro-Airport de Bâle–Mulhouse n’est pas loin), une vue à 360° sur les environs : le parc lui-même bien sûr, l’Écomusée, et, à l’horizon, la « ligne bleue des Vosges » et le Ballon d’Alsace. Le Ballon du Roi et celui de l’Allumeur de Réverbère embarquent une foule conquise, à longueur de journée, dès que la météo est clémente. La Planète du Buveur est symbolisée par l’Aérobar, autre invention signée Aérophile (on la retrouve au Futuroscope) : guidé par trois « rails » tels une rampe de lancement, un « ascenseur », constitué d’une sphère gonflée à l’hélium et d’une banquette circulaire, vous emmène trinquer à 35 mètres de haut, les jambes pendantes dans le vide…

Un grand champignon rouge centrifuge des chaises volantes et une tyrolienne mouvementée provoque des sensations ; l’Aérousel est un carrousel consacré à l’aéronautique ; Vol de Nuit immerge dans un avion qui avance sans visibilité, turbulences et désorientation spatiale sont au menu… Menu ? Peut-être est-il temps de se précipiter dans les « food-planes », bars et restaurants : plutôt que des véhicules terrestres banals, ce sont de vénérables biplans Antonov 2 vermillons qui en constituent les enseignes.

Une petite faim ? Consultons le menu proposé par le food-plane…

… ou bien déjeunons à la Table de Saint-Exupéry, après être passé « au travers » de cet Antonov 2.

L’espace ensuite. Voyager de planète en planète ! Le cinéma 3D propose, entre autres, un épisode inédit de la série du Petit Prince réalisée par Method-Animation (diffusée sur France 3/Ludo), la Planète des Astrowagonautes. Une flotte de trampolines géants et une tour de saut prépare, après un briefing du spationaute Jean-François Clervoy, la jeune classe à un entraînement intensif à la gravité zéro. D’autres activités sont envisageables : les Questions astronomiques sont un quizz géant pour petits et grands conçu avec le concours du CNRS ; Planète sous-marine plonge dans un safari photo en scooter sous-marin…

La nature enfin. Plantes et animaux : il faut profiter du labyrinthe végétal (avec les six personnages des planètes (le Roi, le Vaniteux, le Buveur, le Businessman, l’Allumeur de Réverbère et le Géographe), et s’en mettre plein les yeux et les narines dans la roseraie ; passer par la Ferme aux Papillons, première ferme d’élevage ouverte au public, avec son tunnel immersif « métamorphose » et ses serres prévues pour attirer toutes les espèces du coin ; grâce à Danse avec les Moutons, Rencontre avec les Renards, et Pigeon Vole, mieux faire connaissance avec les compagnons du Petit Prince… Le spectacle offert par ces volatiles qui se livrent à un étonnant numéro de voltige aérienne est saisissant !

L’offre a été renforcée en 2016, à destination des tout-petits : une zone dédiée aux 0/7 ans avec un spectacle de marionnettes, un espace à l’intérieur du volcan et de nouvelles mascottes déambulant dans les allées…

Et une « liaison verte », des chars à bancs tirés par de magnifiques chevaux de trait, relie maintenant, au terme d’un trajet de 900 mètres le Parc du Petit Prince à l’Écomusée d’Alsace, dorénavant liés par une possibilité de billetterie unique.
Pour ceux qui apprécient la quiétude et un imaginaire bienveillant, flâner dans le Parc du Petit Prince en famille est un bonheur simple, à partager.

Jean Molveau

 

Informations Pratiques

Le Parc du Petit Prince
68190 Ungersheim
47° 51’ 38.52’’ N, 7° 17’ 48.95’’ E
Sortie Ungersheim sur autoroute A-35
Site internet : www.parcdupetitprince.com
E-mail : contact@parcdupetitprince.com
Tél. : 03 89 62 43 00, Fax : 03 89 62 43 01
Parking gratuit, navette bus mercredi et dimanche au départ de la gare centrale de Mulhouse en période de vacances scolaires
Ouverture : du 25 mars au 2 novembre de 10 à 18 h 00 ou 19 h 00 en juillet–août, (jusqu’à minuit le 6 août pour la Nuit des Étoiles)
Tarifs 2016 : Adulte : 20 €, enfant : 15 €, extension Écomusée d’Alsace : 25 € et 20 €
Possibilité d’hébergement à l’hôtel Les Loges de l’Écomusée d’Alsace

 

A propos de Jean Molveau

chez Aerobuzz.fr
Journaliste aéronautique, Jean Molveau est le rédacteur en chef d’Aviasport et du magasine Vol à Voile dont il est l’un des fondateurs (1983). Historien reconnu de l’aéronautique, il a signé 16 ouvrages. Il a rejoint Aerobuzz en 2009. Au sein de la rédaction, Jean Molveau traite plus particulièrement les sujets historiques.

Un commentaire

  • Jean-Loup FROMMER

    Conforter son âme d’enfant au Parc du Petit Prince
    Pour compléter vos informations pratiques tarifaires, il est bon de savoir qu’il existe un tarif Famille dans ce temps de crise, et un tarif en ligne.

    Tarifs réduits en ligne:
    1 jour Adulte (+15 ans) : 19.00€
    1 jour Enfant : 15.00€
    1 jour Famille : 60.00€ au lieu de 64.00€ sur place

    Autres:
    Enfant moins de 1 mètre : Gratuit
    Arrivée tardive (moins de 2 heures avant fermeture : 13.00€
    Extension Ecomusée d’Alsace – Nouveauté 2016 : 5.00€

    * Tarif réduit sur place : Séniors à partir de 60 ans/ Handicapé sous présentation d’un justificatif/ Demandeur d’emploi/ Etudiant/ Titulaire du Pass Education en cours de validité.

    Cordialement.
    Jean-Loup FROMMER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.