Accueil » Culture Aéro » Dax, gardien de la mémoire de l’ALAT

Dax, gardien de la mémoire de l’ALAT

L’Aviation légère de l’armée de terre conserve sur sa base école de Dax, les hélicoptères et les avions qui ont marqué son histoire. Ce petit musée qui n’est ouvert au public qu’à la belle saison vous fera tourner la tête.

Posé en bordure de la base école « Général Navelet » (BEGN) de Dax, où sont formés tous les pilotes d’hélicoptères des armées françaises, le musée de l’Alat et de l’hélicoptère est l’un des quinze musées militaires de l’armée de Terre. La proximité avec la base école n’est pas que géographique d’ailleurs puisque le musée est un service de la BEGN.

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

7 commentaires

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Gérémy 40..En ce musée comporte deux hangars d’exposition des appareils… celui ouvert au public et animé par les bénévoles de l’Association des Amis du Musée (AAMALAT) et celui du conservateur difficilement accessible dont la devise est .. »c’est compliqué »

    Répondre
  • par christian valadon

    Dax, gardien de la mémoire de l’ALAT
    Bonjour à tous. Bravo pour vos explications. De Mars 1964 à Juin 1965 je suis un ancien…….
    « Béret bleu » bref à l’époque MON musée était à Satory et Buc de mémoire 18 types de machines y séjournaient. Bref très bon souvenirs dont un en particulier……..
    « Le tour de Paris » en Alouette II ,au départ de Buc et ce dans le sens des aiguilles d’une montre avec en prime un arrêt en sustentation au dessus de la Seine au niveau du 2 ème étage de la tour Eiffel……………..Bref je ne suis pas encore redescendu.
    Pour l’histoire de l’ALAT je sais qu’il y a un passionné « Ch. Malcros » !!! Mais le lien ???
    Amitiés à tous. Christian valadon

    Répondre
  • par lieutenant Bleubéret

    Dax, gardien de la mémoire de l’ALAT
    Bückeburg c’est bien, mais Dax a l’avantage d’être en VF ( version française et non pas vol fantaisiste ), et situé dans un région où on cultive le foie gras. Sérieusement parlant, ce Musée renferme des pièces remarquables, mises en état et en valeur par des bénévoles méritants et très professionnels.
    Les Piper utilisés en Algérie pendant le conflit étaient des L 18 C et des L 21 Bm.
    Je profite de ce message pour m’indigner contre les médias qui osent évoquer une erreur de pilotage du Canadair qui a frôlé un imbécile.

    Répondre
  • par Jean Claude HERVE

    Dax, gardien de la mémoire de l’ALAT
    A ma connaissance, le PA 22 Tripacer n’à jamais été utilisé par l’ALAT en Algérie, comme l’indique votre commentaire. Initialement achetés par les Troupes de Marine, avant d’être rétrocédés à l’ALAT, ils ont été utilisés en Afrique Sub-saharienne et à Madagascar au sein de trois GALTOM (groupes d’aviation légère d’Outre-Mer) basés pour l’un à Dakar, pour un autre à Fort-Lamy (Tchad), pour le dernier à Ivato. Ce dernier à eu une existence éphémère. Après les années 60, seul le 1er à été conservé. Lors de l’Intervention au Tchad en fin des années 60 et début 70, La quasi-totalité des PA 22 de Dakar ont été convoyés au Tchad. Basés successivement à Fort-Archambault puis à Abéché avec un détachement permanent à Mongo, ils étaient servis par des personnels de Dakar en rotation 2 mois sur quatre, appuyés par des permanents affectés Tchad 12 ou 24 mois. Ces appareils ont ensuite été relevés par des Cessna L19 E, plus à même de remplir les missions d’observation.
    En métropole, certains d’entre eux été affectés à l’escadrille de liaison de l’Armée de Terre, basée aux Mureaux, et également à l’établissement du matériel ALAT de Montauban.

    Répondre
    • par frédéric lert

      Dax, gardien de la mémoire de l’ALAT
      bonjour,
      merci pour ces précisions qui viennent corriger mon erreur. J’ai tout simplement mal interprété une photo montrant un Tripacer des troupes de marine photographié à Setif alors qu’il n’était que de passage…

      Répondre
  • Dax, gardien de la mémoire de l’ALAT
    Le terrain est en principe réservé aux basés. L’exploitant de l’aérodrome donne-t-il des autorisations pour venir visiter le musée en avion?

    Répondre
  • par streiff philippe

    Dax, gardien de la mémoire de l’ALAT
    apres 8 années à l’ ESALAT puis maintenant appelée EALAT je n’ai jamais vu ni entendu ce sigle BEGN, sans remettre en cause la valeur de ce, musée, il y en a un très intéressant à Bueckeburg en Allemagne ,Bueckeburg étant l’équivalant de Dax pour la HEERESFLIEGE allemande

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(6) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.