Accueil » Il y a 10 ans, Steve Fossett…

Il y a 10 ans, Steve Fossett…

Le 3 mars 2005, Steve Fossett bouclait le premier tour du monde en avion en solitaire sans ravitaillement. Il venait de passer 2 jours et 17 heures à bord du Global Flyer spécialement conçu pour ce record par Burt Rutan.

1.03.2015

Entre 1995 et 2007, la Fédération Aéronautique Internationale a certifié 93 des performances de Steve Fossett, faisant de lui le détenteur du plus grand nombre de records du monde. Ce chiffre, toujours inégalé, est d’autant plus impressionnant qu’il correspond à des prouesses accomplies dans quatre sports aériens différents : Ballon, Dirigeable, Vol à voile et Voltige.

Parmi les nombreux exploits de Steve Fossett, il en est un qui retient particulièrement l’attention. C’était précisément, il y a 10 ans. Le 3 mars 2005, le milliardaire-aventurier devint le premier à faire le tour du monde en avion en solitaire et sans ravitaillement, à bord du Virgin Atlantic « Global Flyer », un monoréacteur construit par Scaled Composites, compagnie fondée par Burt Rutan à qui l’on devait déjà le Voyager, le premier avion à faire le tour du monde sans ravitaillement en 1986. Néanmoins, la différence entre ces deux vols était de taille : contrairement au Voyager, conçu pour un équipage de deux personnes, le Global Flyer était un monoplace. Équipé d’un turboréacteur Williams FJ44-3ATW, il permit à Fossett d’accomplir son tour du monde en seulement 2 jours et 17h, une courte épopée comparée aux neuf jours de vol du Voyager.

Mais la réussite de ce vol n’était pas seulement une affaire de technologie et dépendait, pour beaucoup, de la résistance physique et mentale du pilote. Faire ainsi le tour du monde en solitaire représentait un grand challenge pour le corps humain, nécessitant une préparation et une organisation minutieuses pour ce qui est de la gestion du sommeil et l’alimentation.

Tim Cole, ami de longue date de Fossett, se souvient de sa participation au projet : « Il m’a demandé de l’aider; j’avais eu la chance d’être à ses côtés pour la majorité de ses vols et de ses tentatives. Quand je l’ai aidé à sortir de l’avion, j’ai lu sur son visage l’exploit qu’il venait d’accomplir. Seuls deux ou trois personnes dans le monde sont capables de faire ce qu’il a fait. Et non seulement il a réussi, mais il a mis la barre très haut en choisissant la bonne équipe, les bonnes conditions météorologiques… Il était ravi. »

Avec ce vol, Steve Fossett a battu le record de Vitesse autour du monde, sans escale et sans ravitaillement (550,78 km/h), celui de Distance parcourue (32.786,43 km) et celui de Distance parcourue en circuit fermé (36.898,04 km). Il a réalisé cet exploit sous le contrôle de deux observateurs de l’Association Aéronautique Nationale des États-Unis (NAA) stationnés à l’aéroport de Salina, point de départ du tour du monde. Ces derniers ont procédé à une série de vérifications, surveillé la progression de l’avion, inspecté l’étanchéité des réservoirs après l’atterrissage et récupéré les données de la boîte noire. Ils ont également réuni tous les documents nécessaires et certifié la conformité du vol à la réglementation de la NAA et de la FAI.

« … la masse finale de l’avion a été vérifiée – rapporte l’observateur de la NAA, Richard Ionata, dans son rapport officiel – et j’ai utilisé mes propres joints pour fermer les sorties des quatre réservoirs principaux. Puis Fossett a enfilé sa tenue et s’est installé dans le cockpit. Après le démarrage de l’appareil, la porte a été sécurisée en place et verrouillée par mes soins, de même que le fuselage. Nous nous sommes ensuite positionnés là où devait s’effectuer le décollage et avons pu déterminer l’heure du décollage (à 00:47:10 UTC, le 1er mars). »

Steve Fossett a marqué l’histoire de l’aviation avec une série de records exceptionnels, tous battus en l’espace de 12 ans, un laps de temps relativement court compte tenu de toute la logistique et de toute l’organisation que cela impliquait. Mais l’un de ses talents était, semble-t-il, de savoir réunir autour de lui les experts les plus compétents dans leurs domaines. Rien n’était laissé au hasard, ses projets étaient méticuleusement planifiés.

« Steve était un aventurier », se souvient Tim Cole. « Il se donnait des objectifs précis, il savait ce qu’il voulait et comment y parvenir. Il contactait des gens qui étaient déjà de la profession et utilisait leurs forces pour s’instruire. Il ne voulait en aucun cas donner l’impression de ne pas être préparé. »

Parmi les multiples records de Steve Fossett, trois peut-être permettent de prendre conscience des qualités de ce pilote hors du commun. Le 3 juillet 2002, il accomplit le premier vol autour du monde en solitaire et sans escale, tous types d’aéronefs confondus. Parti de Northam en Australie le 19 juin, il atterrit à Queensland (Australie) le 4 juillet, établissant le record du Tour du monde le plus court (320 h 33 min) et du Plus long vol (355 h 50 min) en ballon. Le 27 octobre 2004 à Friedrichshafen en Allemagne, lui et Hans-Paul Ströhle battent le Record de vitesse en Zeppelin (115km/h). Deux ans plus tard, le 29 août 2006, il fait équipe avec Einar Enevoldson pour battre le record absolu d’Altitude en planeur (15.460 m) au départ d’El Calafate en Argentine.

Lorsqu’on a demandé à Tim Cole quel souvenir il aimerait qu’on garde de son ami, il a eu cette réponse : « Steve était un homme très généreux, un entrepreneur génial qui participait à de nombreuses œuvres de charité. C’est quelqu’un qui donnait, qui partageait sa richesse et aimait pouvoir soutenir un programme. C’est une chose importante dans la vie d’un jeune homme, et ça l’était aussi pour lui. »

Steve Fossett est probablement mort le 3 septembre 2007, dans le désert du Nevada, au cours d’un simple déplacement en avion. Il était seul à bord. L’épave de son appareil, un Super Decathlon, sera retrouvée plus d’un an plus tard. Son record du monde de 2005 tient toujours…

Aerobuzz.fr

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Aerobuzz

chez Aerobuzz.fr
L'information aéronautique au quotidien. Aerobuzz.fr fédère une communauté de plus de 120.000 professionnels et passionnés de l'aéronautique.

2 commentaires

  • bernardbacquie
    Bernard Bacquié

    Il y a 10 ans, Steve Fossett…
    Adam sait de quoi il parle. Et quand il fait le show, il a les fossettes rieuses !

  • patrouille
    Adam Shaw

    Il y a 10 ans, Steve Fossett…
    « … probablement mort… » Bien dit. Ce doute m’était venu a l’esprit a l’époque. Fossett était trop expérimenté, l’avion certifié +6 et -4.5 G (j’en avais un, le N1223E), la géographie trop bien connue par lui, et la météo trop clémente pour que se doit réellement un accident. Exit — ou disparition voulue –d’un gentleman qui avait les moyen de contrôler, programmer, dissimuler? Ras le bol de sa vie dans le « spot light? » Les tests d’ADN, une fois l’épave (il n’en restait pas gran’ chose…) retrouvée était pas net-net. Il fallait bien, finalement, que l’affaire se termine.

    http://en.wikipedia.org/wiki/Steve_Fossett

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.