Accueil » Les académiciens de l’air s’attaquent au franglais aéronautique

Les académiciens de l’air s’attaquent au franglais aéronautique

« Lexique franglais-français de termes aéronautiques courants et recueil de barbarismes usuels ». Tel est le titre du petit ouvrage que vient de publier l’Académie de l’air et de l’Espace qui déclare la guerre à « l’esperanto des temps modernes ».

6.02.2010

Ce petit lexique fleure bon la blague de potaches et pourtant la démarche des honorables académiciens de l’air est tout ce qu’il y a de plus sérieux comme s’en explique, Pierre Sparaco, président de la section « Histoire, lettres et arts », auteur de l’ouvrage : « le problème qui est posé est double : l’influence internationale de la langue française est remise en cause par la domination de l’anglais et, dans le même temps, notre langue elle-même est de plus en plus malmenée, envahie par les barbarismes et les anglicismes ». Les académiciens ont donc décidé d’en dresser « un premier inventaire ».

Cette démarche pourrait paraître incongrue venant de professionnels ayant effectué leur carrière dans l’aéronautique et, de ce fait, ayant baigné dans des ambiances anglo-saxonnes toute leur vie. D’autant plus que Pierre Sparaco, chef de file des croisés, a dirigé pendant plusieurs années le bureau parisien de la revue américaine Aviation Week dont il est encore aujourd’hui l’un des éditorialistes. Et c’est précisément parce qu’il maîtrise parfaitement l’anglais, comme la plupart de ses condisciples, qu’avec eux, il s’est attaqué à cette vaste entreprise. Tous se défendent de vouloir « se battre inutilement contre des moulins à vent ». Leur « préoccupation déclarée est de tenter de préserver la qualité de la langue française et cela plus particulièrement dans le secteur aérospatial ».

Les académiciens ne nient pas que le secteur aérospatial se soit tout entier mondialisé plus tôt, plus vite et plus profondément que d’autres, et que l’anglais se soit imposé comme la langue véhiculaire. « Mais il ne s’agit pas de la langue de Shakespeare ou d’Hemingway, mais plus exactement dune forme simplifiée, très pauvre, purement utilitaire, du Basic English ». Pour Pierre Saparco, il s’agit tout simplement de « l’esperanto des temps modernes ».

En définitive, pour chaque « barbarisme ou anglicismes » qui « polluent le français aéronautique et spatial », les académiciens proposent un terme français de substitution.

Gil Roy

A vous de jouer !

Pour chaque « barbarisme » ou « anglicismes », trouvez sa traduction en bon français. Réponses ici.

– Airbag = ?
– B2B = ?
– Badge = ?
– Booster = ?
– Briefing = ?
– By-pass = ?
– Charter = ?
– Cockpit = ?
– Consultant = ?
– Crash = ?
– Data = ?
– EFIS = ?
– FADEC = ?
– Flutter = ?
– Fuel = ?
– Glass-cockpit = ?
– Hub = ?
– Interfacer = ?
– Jet = ?
– Level = ?
– Log-book = ?
– Marker = ?
– Non-stop = ?
– Range = ?
– Refuelling = ?
– Retrofit = ?
– Stand-by = ?
– Timing = ?
– Training = ?
– Winglet = ?

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Gil Roy

chez Aerobuzz.fr
Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.

9 commentaires

  • mortimer

    Les académiciens de l’air s’attaquent au franglais aéronautique
    y a ka demander aux québecois comment ceux ci se débrouillent avec ces anglicismes !

    tabernacle !

  • Anonyme

    Les académiciens de l’air s’attaquent au franglais aéronautique
    il y a eu un malin a air france qui a fait refaire les cockpits des 727 pour les traduire en français!!!!!!!!!!!

  • Coyote

    Les académiciens de l’air s’attaquent au franglais aéronautique
    On ne peut pas aller contre le cours des éléments, la langue en est un exemple. On essaye fuyeusement de décrocher son « CONTROLE DES COMPETENCES
    LINGUISTIQUES » Niveau 4 min. Et d’un autre coté il faut se protéger des Angliscismes : Bien curieuse époque vivons nous ! (Maître YODA)

  • Hervé

    Les académiciens de l’air s’attaquent au franglais aéronautique
    OK, encore une belle victoire en vue!!!

  • Arnaud Gallois

    Les académiciens de l’air s’attaquent au franglais aéronautique
    J’ai toujours pensé que « débriefing » était un néologisme tiré de l’anglais « day briefing ». Mais sans en avoir jamais eu aucune confirmation.

  • Anonyme

    Les académiciens de l’air s’attaquent au franglais aéronautique
    Et comment traduire debriefing ?
    Péroraison?

    • clemouille

      Les académiciens de l’air s’attaquent au franglais aéronautique
      je suppose debriefing se raccroche à compte rendu…

    • FCS test

      Les académiciens de l’air s’attaquent au franglais aéronautique
      Apéro…ça paraît pas mal non?…

    • Thomas de Glédel

      Les académiciens de l’air s’attaquent au franglais aéronautique
      Voilà la preuve de votre lobotomisation… Soit vous ne savez pas ce que signifie « debriefing » en anglais, soit vous ne savez pas ce qu’est une péroraison.

      Parfois un « débriefing » est une « réunion » toute bête, car il ne s’agit pas toujours d’un « compte-rendu »!!
      Verbe : « rendre-compte ».

      Péroraison = conclusion d’un discours.

      Une bien belle initiative, en espérant que les professionnels essaieront de l’utiliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.