Accueil » Les premières « dames de fer »… au service militaire de la RAF

100

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Les premières « dames de fer »… au service militaire de la RAF

Geneviève Moulard signe chez Marines Editions un hommage aux femmes de la Royal Air Force 1918-1945. Un livre d’anthologie consacré à celles qui contribuèrent à la victoire finale. Attention, les préjugés et autres parti-pris vont tomber !

24.03.2012

Que de patience, d’obstination, et pour tout dire, de talent ! Geneviève Moulard n’est pas novice dans l’art – et la curiosité – de raconter l’histoire. Elle a déjà publié un volume sur les engins volants sans pilotes « Drones, mystérieux robots volants » (Editions Lavauzelle). Aujourd’hui, elle s’attaque (si l’on peut dire) aux femmes qui ont servi dans la légendaire Royal Air Force entre 1918 et 1945. Quel résultat !

Il s’agissait de réhabiliter la mémoire de ces femmes, souvent ignorées quand elles ne furent pas tout simplement méprisées. (« Lorsque plusieurs [femmes] veulent prendre les armes, contrairement aux infirmières, elles sont contestées car l’opinion publique ne souhaite pas les femmes au combat, mais à la maison. […] Certains sont inquiets du fait que, si elles se battent à leurs côtés, il faudra leur donner aussi le droit de vote ! »). Pourtant, ce sont elles qui, dans bien des cas, parviendront à rendre la vie des soldats un peu moins cruelle. On retiendra par exemple que dans les bases aériennes britanniques, tous les prétextes sont bons pour organiser des fêtes, des soirées dansantes, des « parties de thé », des « passing-out parade » et « passing-out danse », véritables institutions célébrant notamment la fin des formations des WAAF (Women’s Auxiliary Air Force).

Ces femmes au tempérament trempé, des dames de fer en quelque sorte, vont accomplir dans l’ombre durant les deux grandes guerres des exploits au quotidien : écoute radio, soins aux blessés, réparation des dirigeables puis des avions, entretien mécanique, renseignements généraux… Certaines effectueront même des missions d’espionnage en Allemagne : une femme sait dissimuler son identité, se cacher, bref jouer la comédie beaucoup mieux que les hommes !

Et puis, dès le début de la seconde guerre, à force de ténacité, d’obstination et de volonté, certaines arriveront enfin à voler. Quel exploit !
Car, outre les difficultés techniques, l’aviation déclinée au féminin continue de déchaîner les foudres contre elle. Un journaliste de la revue « Aeroplane » écrit en 1940 : « les femmes ne cherchent pas ce poste [de pilote] pour faire quelque chose pour leur pays… Celles qui brûlent de servir leur pays devraient prendre des tâches plus conformes à leur sexe au lieu d’empiéter sur celles réservées aux hommes. Ce sont les hommes qui ont permis à l’aviation d’atteindre la perfection d’aujourd’hui. » C’est ainsi que des femmes pilotes intègrent les flottes de l’ATA (Air Transport Auxiliary), en particulier pour convoyer les avions aux escadrons de la RAF en première ligne.

« Les femmes de la Royal Air Force » est truffé de témoignages, et d’anecdotes toutes truculentes : on saura tout par exemple sur le paquetage des premières WRAF (Women’s Royal Air Force) comparé à celui de leurs collègues féminins américains ! On retiendra aussi les magnifiques histoires d’amitié, et d’amour, qui se créent entre les militaires et qui jalonnent la vie des différentes bases aériennes anglaises. L’ouvrage comporte également de très nombreuses illustrations qui participent à cet hommage émouvant – on rappellera celui de Bernard Marck avec « Les Aviatrices », 1993, Editions l’Archipel) – rendu à ces femmes grâce à qui la victoire de 1945 a pu être signée. Un très beau livre d’histoire pour comprendre mieux le combat des femmes.

Bruno Rivière

A propos de Bruno Rivière

chez Aerobuzz.fr
Reporter photographe par passion, Bruno Rivière a assuré la rédaction en chef d’Aéroports Magazine pendant près de 25 ans. Il a également enseigné le journalisme en faculté. Spécialiste du transport aérien, il a rejoint Aerobuzz en janvier 2011. Bruno Rivière réalise des reportages et des recensions de livres.

Un commentaire

  • Joani SIMON

    Les premières « dames de fer »… au service militaire de la RAF
    Elles ont été bien souvent ignorées ou méconnues, et pourtant leur part fut grande et leur sacrifice aussi.
    Il est bien de leur rendre l’hommage qu’elles méritent même si c’est un peu tardivement.
    N’oublions jamais que la femme est l’avenir de l’homme.
    Mes pensées vont vers toutes les femmes ayant servi pour la liberté jusqu’au sacrifice suprême pour un bon nombre.
    Merci à toutes……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.