Accueil » Les voyages temporels d’Archibald Goustoquet

Les voyages temporels d’Archibald Goustoquet

Patrick Lagneau vient de sortir une imposante trilogie : « les voyages temporels d’Archibald Goustoquet ». Il y est question de voyages, bien sûr ! Mais pas uniquement en avion : il y est surtout question de voyages dans le temps. Une sorte de « retour vers le futur » revu et corrigé…

28.08.2011

Il faut un certain courage pour s’attaquer aux trois tomes de Patrick Lagneau « les voyages temporels d’Archibald Goustoquet » ! Pas moins de 1400 pages, réparties en trois volumes ! Disons que le lecteur qui s’embarque dans ces aventures s’envole pour un très très long courrier ! D’avions, d’aéroports, de voyages, il en est question en permanence. Mais l’intérêt de ce thriller, ce ne sont précisément pas ces déplacements aériens : d’aillleurs, les principaux héros et Archibald Goustoquet en tête ont tous une peur panique de l’avion. Il est vrai que l’auteur se plaît à décrire de l’intérieur – c’est-à-dire la préparation à l’aéroport, l’introduction d’un explosif dans les soutes…– un attentat en vol d’un transatlantique d’American Airlines entre Paris et New York. Un grand moment ! Il est vrai aussi que le troisième tome de ce roman à tiroirs imagine un scénario catastrophe : le 11 septembre se déroule à Paris et deux Boeing s’écrasent l’un sur le quartier de la Défense, l’autre sur la Tour Eiffel, tandis qu’un Airbus s’encastre dans la tour Montparnasse.

Disons-le, cette trilogie est tout simplement loufoque et délirante ! Mais elle mérite une attention spéciale. Car, sans dévoiler les multiples rebondissements des expériences d’Archibald Goustoquet – un chercheur qui a réussi à mettre au point une machine à voyager dans le temps, et qui navigue, tel un planeur à la recherche du cumulus qui l’entraînera encore plus haut et plus loin – « les voyages temporels d’Archibald Goustoquet » poussent le lecteur dans la sublimation du voyage. Finalement, les grands voyageurs que sont les passionnés d’aviation ne recherchent-ils pas leur propre source à travers les différents continents visités ? Les pilotes, privés ou professionnels, ne sont-ils pas en permanence en quête d’un dépassement de soi, par le simple fait de se déplacer dans une autre dimension ? Mais le temps, n’est-ce pas simplement aussi une autre dimension qui mérite le voyage ? Il y a dans ce récit une philosophie du voyage qui contribue à maintenir le côté « aventure » ou « rêve » de l’aérien. Il y a longtemps, Aéroports de Paris (dans cet ouvrage, la plate-forme de CDG s’appelle Aéroport Paris-Yves Montand !) avait imaginé pour ses campagnes institutionnelles le slogan : « ici commence le ciel ! », sous-entendu « ici commence le rêve ! ». C’est tout l’état d’esprit des voyages temporels d’Archibald Goustoquet !

Bruno Rivière

A propos de Bruno Rivière

chez Aerobuzz.fr
Reporter photographe par passion, Bruno Rivière a assuré la rédaction en chef d’Aéroports Magazine pendant près de 25 ans. Il a également enseigné le journalisme en faculté. Spécialiste du transport aérien, il a rejoint Aerobuzz en janvier 2011. Bruno Rivière réalise des reportages et des recensions de livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.