Accueil » Mémoires d’une jeune femme-pilote luxembourgeoise

Mémoires d’une jeune femme-pilote luxembourgeoise

Annie Loschetter, une belle Luxembourgeoise pas encore cinquantenaire, partage sa vie entre son travail, son mari et ses deux enfants, et le pilotage de monomoteurs. Pas facile d’évoluer dans un aéroclub où la proportion de femmes-pilote représente une toute petite minorité. Mais Annie Loschetter réussit à s’imposer. Récit…

29.01.2012

Ce livre, « Mémoires d’une femme-pilote », n’est pas à mettre entre toutes les mains. Mais uniquement entre celles de pilotes… Les autres ne comprendraient d’ailleurs pas grand-chose au bouquin. Mais attention ! A travers les multiples récits des vols de miss Annie Loschetter, il faut voir la volonté d’une femme de s’imposer dans un univers ô combien masculin, voire particulièrement machiste. Avec ses histoires finalement assez banales et que tous les jeunes pilotes connaissent, Annie Loschetter revendique un droit : celui d’être à la fois une femme et une pilote. Une femme à part entière, mère et épouse – elle n’hésite pas à annuler un vol pour s’occuper de sa fille malade – et une pilote chevronnée.

Toujours présente pour faire le plein d’un avion, toujours disponible pour une balade aérienne, toujours d’accord pour convoyer un appareil, Annie Loschetter parvient à cumuler les heures de vol et à imposer le respect auprès de la gente masculine. « Mémoires d’une femme-pilote » est écrit comme un dialogue, avec des expressions parlées que seuls les spécialistes peuvent comprendre : PIC pour pilot in command, Porsche pour désigner un avion à moteur puissant, « mon tracteur » pour appeler un avion à moteur Thielert moins puissant, toucher-couler pour touch-and-go, cross-country pour vol local, etc. D’ailleurs, on pourra reprocher à Annie Loschetter d’abuser de ces formules aéronautiques ; un glossaire de plus d’une centaine d’expressions permet au lecteur de « comprendre » un peu mieux l’univers dans lequel évoluent les pilotes. Il n’empêche, l’auteur avoue : « je suis désolée pour le désagrément que cela pourrait engendrer lors de la lecture ».

Le jeune pilote doit lire ce témoignage et y prendre ses conseils : ici, au Luxembourg, il n’y a pas de vol sans dépôt de plan de vol obligatoire. On y parle trois langues : français, allemand et bien sûr anglais. Le moindre vol local (cross-country) amène le pilote à survoler le Luxembourg, la Belgique, l’Allemagne, la France… Avec une franchise toute spontanée, Annie Loschetter déroule ses expériences aéronautiques, y compris ses erreurs : à deux reprises elle pénètre avec son avion sur une route de service de la plate-forme de Luxembourg ; sur le terrain de Verdun elle n’arrive pas à contrôler son Piper par 20 nœuds plein travers et doit remettre les gaz ! On retiendra de ces témoignages une passion réelle pour toutes les choses de l’air, de l’avion monomoteur au planeur en passant par l’aérostat et le zinc de voltige. Pas un seul des quarante vols décrit dans « Mémoires d’une femme-pilote » ne s’achève sans cette affirmation : « c’était génial ! »

Bruno Rivière

A propos de Bruno Rivière

chez Aerobuzz.fr
Reporter photographe par passion, Bruno Rivière a assuré la rédaction en chef d’Aéroports Magazine pendant près de 25 ans. Il a également enseigné le journalisme en faculté. Spécialiste du transport aérien, il a rejoint Aerobuzz en janvier 2011. Bruno Rivière réalise des reportages et des recensions de livres.

4 commentaires

  • Aubin

    Mémoires d’une jeune femme-pilote luxembourgeoise
    J’aimerais bien que des pilotes « mâles » racontent leurs vols avec la même humilité et la même passion qu’Annie !

  • Annie LOSCHETTER

    Mémoires d’une jeune femme-pilote luxembourgeoise
    Rien n’empêche un « pilote mâle » d’écrire un livre!

    Quand j’ai décidé de rendre publique mes récits, mon objectif, comme indiqué en préface, était de montrer aux femmes que ce domaine n’était pas uniquement réservé aux hommes…

    …dans l’espoir de les motiver à s’intéresser au pilotage!

  • Aubin

    Mémoires d’une jeune femme-pilote luxembourgeoise
    Sauf que, reconnnaissons-le, le monde de pilotes, aussi bien en compagnies que dans nos aéroclubs, est plutôt masculin !

  • Lavidurev

    Mémoires d’une jeune femme-pilote luxembourgeoise
    Moouais, et si tous les pilotes mâles se mettaient eux aussi à écrire un livre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.