Accueil » Quand Peter Jackson se transforme en muséographe de la guerre aérienne en 1914-1918.

Quand Peter Jackson se transforme en muséographe de la guerre aérienne en 1914-1918.

Retour du Siemens Schukert dans la neige, après avoir abattu ce Nieuport 27 qui s’est abimé dans les arbres. © François Brévot / Aerobuzz.fr

A Omaka, en Nouvelle-Zélande, à plus de 18.000 km de Verdun, le musée « Knights of the Sky » raconte l’aviation de 1914-1918 dans une ambiance saisissante de réalisme. La mise en scène est signée Peter Jackson, réalisateur du Seigneur des anneaux, un passionné de la Grande guerre.

Fin d’année 2018, après cinq années d’hommages à la Grande Guerre. En Nouvelle Zélande, le récit de ce conflit reste très ancré dans la mémoire collective. Entre 1914 et 1918, cette nation a perdu 58% de ses soldats, tués ou blessés, principalement dans les Dardanelles. Et qui se souvient en France, du sacrifice des néo-zélandais dans la Somme ?

Le réalisme poussée à l’extrême

Ce récit national explique pourquoi tant de « kiwis » fortunés se sont regroupés sur l’aérodrome d’Omaka, aux...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

2 commentaires

array(2) { [0]=> int(6) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Merci à Francois Brevot pour ce beau reportage ! Le lieu et la scénographie semblent valoir le voyage, mais dans ce musée l’aviation française semble curieusement absente… Est-ce un effet du reportage ou, comme on peut malheureusement le craindre, une vision chauvinement « anglo-saxonne » de la Grande Guerre ?
    Jean-François Feuillette
    AéCF-HAL

    Répondre
  • Je ne puis que conseiller vivement une ou plusieurs visites de ce bel endroit.
    Nous en prenons plein les yeux et plein la memoire. Tres riche en tout point pour un musee de cette taille qui est fort bien realise.
    J’ai de plus eu le tres grand plaisir Dr participer a un diner organise le dernier soir du meeting aerien au sein de ce magnifique musee, sous les ailes bienveillantes du YAK 3, du P40 et autre SPITFIRE. Moments magiques. Bravo les NeoZelandais!
    J’y retournerai c’est certain!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(6) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(6) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.