Accueil » Culture Aéro » Verdun, au-dessus des tranchées, la guerre fut aussi aérienne

Verdun, au-dessus des tranchées, la guerre fut aussi aérienne

 

Le musée de l’Air et de l’Espace présente jusqu’au 29 janvier 2017, une exposition temporaire intitulée « Verdun, la guerre aérienne ». La mémoire collective a oublié que la bataille de Verdun fut un tournant dans la guerre aérienne, et que c’est à cette occasion que l’aviation de chasse s’est structurée. Un ouvrage collectif conçu en lien avec cette exposition ainsi que le dernier numéro du magazine trimestriel Icare permettent d’approfondir le sujet.

Nieuport XI Bébé (vers 1916), une pièce emblématique de l'exposition que consacre le musée de l'Air et de l'Espace à la bataille aérienne de Verdun. © Musée de l'AIr et de l'Espace.

Stéphane Abrial, président du conseil du musée de l’Air et de l’Espace et ancien chef d’état-major de l’armée de l’Air, et Catherine Maunoury, directrice, ont procédé au vernissage au milieu d’un parterre d’officiels, vendredi 14 octobre, de la nouvelle exposition temporaire Verdun, la guerre aérienne.

mae-14-18-usine-nieuport
Usine Nieuport (Issy-les-Moulineaux) : chaine d’assemblage de Nieuport XI. © Coll. SHD

Dans un musée national des choses de l’air qui, pour des raisons de grands travaux, n’a plus grand-chose à présenter dans son bâtiment-phare, l’aérogare de 1937 (autrefois dénommé “la grande galerie”), cette exposition, qui se tient du 15 octobre 2016 au 29 janvier 2017 est particulièrement bienvenue, d’autant qu’elle s’inscrit dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre et de celui de la Bataille de Verdun. Pour cette dernière, d’ailleurs, il était temps, car les historiens s’accordent à penser qu’elle a duré du 21 févier au 18 décembre 1916.

verdun-mae-g3
Farman F.40 en vol, 1916. © Musée de l’AIr et de l’Espace.

Les aficionados de l’aérostation regretteront toutefois que les magnifiques collections dont des extraits étaient présentés là depuis quelques années, aient disparu, puisque c’est justement cet espace qui abrite Verdun, la guerre aérienne

« La bataille oubliée »

Sur quelque 400 m2, et en sept grands “tableaux”, voici donc une évocation de “la bataille oubliée”. Oubliée parce que dans la mémoire collective, Verdun est synonyme à juste titre de l’horreur des tranchées, du fracas des bombardements d’artillerie, de la fureur des attaques d’infanterie.

verdun-mae-5-copie
Le pilote Jean Chaput posant devant un Nieuport XVI, 1916. © Musée de l’Air et de l’Espace.

Verdun symbolise l’enfer vécu par le Poilu et ses qualités de courage et d’abnégation. Pourtant, qui dit puissance de l’artillerie sous-entend avions, les frêles assemblages de bois et toile qui repèrent les batteries ennemies et effectuent les réglages des amies… Les aviateurs, qui seront souvent stigmatisés comme des “planqués” ou des “embusqués” en raison des conditions de leurs cantonnements, n’ont pourtant pas démérité, et ont payé un lourd tribut au combat…

Le Nieuport XI face aux Fokker

Verdun est aussi un tournant dans la guerre aérienne, car c’est à cette occasion que l’aviation de chasse se structure. Le général Pétain a dû faire appel au commandant Tricornot de Rose : “je suis aveugle, balayez-moi le ciel des avions allemands”. L’officier rameutera les pilotes les plus expérimentés, dotera les escadrilles de matériels plus performants, tels le Nieuport XI “Bébé” qui contestera avec succès l’hégémonie des Fokker qui sont, eux, dotés de la synchronisation du tir de la mitrailleuse au travers du disque de l’hélice.

mae-verdun-rose
Le commandant de Rose, à bord de son Nieuport XI, avant 1916. © Musée de l’Air et de l’Espace.

Le Nieuport XI orné de la rose est donc judicieusement la vedette de cette exposition. De même que la nacelle d’un ballon d’observation (une “saucisse”), dont le rôle d’observation a été si primordial durant le conflit. Enfin, la torpédo Sigma de Georges Guynemer, prêtée par le musée de l’automobile du palais impérial de Compiègne (où l’As vécut avant la guerre et où il prit son baptême de l’air) est en bonne place, pour symboliser le prestige dont jouissaient les aviateurs à “l’arrière”. On pourra pourtant opter que Guynemer ne participa pratiquement pas à la bataille de Verdun (une mission !)…

mae-voiture-guynemer
Torpédo Sigma ayant appartenu à Georges Guynemer, 1916. © Musée national de la voiture de Compiègne.

Des documents appartenant au Service historique de la Défense département Air, comme le JMO (Journal de marche et d’opérations) de l’escadrille N-65 sont aussi présentés.

Editions spéciales

Le catalogue est un intéressant ouvrage collectif (une quinzaine d’auteurs sous la direction de deux des conservateurs du musée de l’Air et de l’Espace, Gilles Aubagnac et Clémence Raynaud) publié par les éditions Pierre de Taillac qui traite des multiples aspects aériens de la Bataille de Verdun. Tandis que les lecteurs intéressés par le déroulé se précipiteront sur le dernier numéro d’Icare, écrit par l’historien Claude Thollon-Pommerol.

verdun-mae-9-catalogue
Verdun, la guerre aérienne. Ouvrage collectif. Editions Pierre de Taillac (22,90 €)
verdun-mae-8-copie
Icare N°238 : La bataille aérienne de Verdun 1916. (216 pages. 20 €)

 

 

En conclusion, une belle exposition pour tous ceux qui ont une conscience du devoir de mémoire.

Jean Molveau

 

A propos de Jean Molveau

Journaliste aéronautique, Jean Molveau est le rédacteur en chef d’Aviasport et du magasine Vol à Voile dont il est l’un des fondateurs (1983). Historien reconnu de l’aéronautique, il a signé 7 ouvrages. Il a rejoint Aerobuzz en 2009. Au sein de la rédaction, Jean Molveau traite plus particulièrement les sujets historiques
Journaliste chez Aerobuzz.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Sur Facebook