Accueil » Débat et opinion » « L’industrie française du drone est un enjeu majeur de souveraineté. Prenons soin de la filière française ! »

« L’industrie française du drone est un enjeu majeur de souveraineté. Prenons soin de la filière française ! »

Avant de lire l'article

L’article est classé dans la catégorie « débat et opinion », il reflète donc le point de vue de l’auteur. Il n’engage pas la rédaction d’Aerobuzz. Si vous souhaitez, réagir n’hésitez pas à le faire via les commentaires au bas de la page.

UAV Show 2021 drone boreal

© Gil Roy / Aerobuzz.fr

Alors que le numéro français du drone a réalisé un chiffre d'affaires de 54 M€ en 2021, le chinois DJI a atteint 4 milliards d'euros. La filière industrielle française du drone possède les atouts pour raccrocher le peleton de têts. Valentin Brossard en est convaincu. Le cofondateur de Hionos (autopilotes logiciels pour drone) appelle les pouvoirs publics à soutenir la filière française du drone, et les fédérations professionnelles du drone à se regrouper.

À l’étroit entre l’aéronautique et la robotique, les acteurs français du drone professionnel commencent à parler en tant que filière. Grâce à la forte expérience française dans le domaine aéronautique depuis plusieurs décennies et à des innovations prometteuses, l’écosystème national a vocation à devenir un leader à l’échelle européenne et mondiale à l’horizon 2030. Une telle filière aura tous les atouts pour défendre la souveraineté de la France sur l’enjeu majeur qu’est le drone. À condition...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

7 commentaires

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1047) } array(1) { [1]=> int(1047) }
  • Les industriels n’ont vu que leurs intérêts financiers immédiat, payé peu ou pas d’impôts après délocalisation en Chine, en Inde ou au Vietnam, pour faire travailler des gens au salaire le plus bas sans sécurité sociale, voilà notre problème sans oublier des syndicats rapace et sans jugement.
    Pourquoi l’Allemagne a t’elle encore une sidérurgie digne de ce nom, parce que les syndicats son impliqué dans les décisions avec l’aval de l’Etat et des actionnaires, ce qui est impensable en France.

    Répondre
    • @Lucien ORBAN
      Les industriels, les politiques, les banques… etc, bref tous les nantis : il y a bien sûr de ça…
      Mais pourquoi ne pas citer également 100% des consommateurs (ou des électeurs, comme on veut), bien heureux de pouvoir s’offrir grâce à ces pratiques des biens qu’ils n’auraient pas pu posséder si la production en était restée chez nous.
      Le monde n’est pas si simple…

      Répondre
  • Sûr qu’à la lumière de l’actualité d’une part, et d’autre part à l’illusion du retour des industries « traditionnelles », si la France, donc nous tous… ne saisissons pas l’opportunité de produire chez nous pour ces marchés nouveaux et de haute technologie, ce serait à désespérer de nous…

    Répondre
    • « ce serait à désespérer de nous… » dites-vous ? Plastic Plane .
      Moi j’ai perdu tout espoir de revoir une industrie en France pour plusieurs raisons et le les gouvernements n’y feront rien car les français ne veulent plus travailler autrement que chez eux devant un PC et encore pas trop. Il leur faut garder du temps pour leurs loisirs.
      Par ailleurs j’ai été témoin de la perte de TRES nombreux savoir-faire. Des technologues qui avaient construit leur savoir dans des centres de recherche sont partis à la retraite (et sont morts surement depuis) en emportant leur science de la matière. Un exemple : regardez comme nous sommes à la traîne sur le photovoltaïque alors que dans les années 70 on avait tout défriché dans ce domaine.
      C’est devenu courant d’entendre dire que des entreprises ne parviennent pas à embaucher des compagnons parce que les compétences n’existent plus et le goût du travail dans une entreprise a disparu.

      Répondre
  • Belle tribune qui s’applique à toute l’industrie Française et Européenne par extension : sans fermer les frontières, il s’agit de ne pas être plus bête que les autres et de re-introduire du protectionnisme dans nos frontières économiques…
    Ce que font très bien des pays comme l’inde, la chine, les USA, la Russie, le Brésil…
    Ce n’est pas être « intégriste » et « nationaliste » que de dire cela, c’est juste n’être pas plus bête que les autres, et jouer avec les mêmes règles du jeu. Et accessoirement conserver une part de contrôle et d’indépendance pour certain produits « stratégiques », par exemple l’électronique, mais aussi la nourriture (pénurie de blé ? alors que la beauce déborde et exporte tout ?).
    Essayez-donc de vendre un produit Français (ou autre) sur le sol américain s’il n’est pas fabriqué par une usine que vous ouvrez sur le sol américain (avec des employés locaux…). Demandez à Airbus… En France, on n’est même pas capable de demander des impôts à Amazon quand il ouvre un centre de distribution sur notre sol !
    Autre gag : nos viticulteurs ont du vin en barriques, mais pas de bouteilles pour le vendre : les verreries étrangères ne livrent plus (covid, guerre, bateaux bloqués), et les verreries françaises sont fermées, à l’abandon ! Nous avons l’outil et les chômeurs…
    Alors oui, doublement oui, il faut prendre soin de nos filières locales, surtout à l’heure de l’écologie qui va forcément impliquer de travailler en circuits courts. Circuit = conception-production-distribution-maintenance

    Répondre
  • Les drones, c’est comme l’avIation légère : nos politiques ne comprennent pas à quoi ça sert, a part a récolter les voix des grincheux en l’interdisant de voler la moitié du temps (en attendant de le faire pour l’autre moitié). Pour nos édiles, Former des pilotes est une activité polluante qu’il faudrait délocaliser à l’étranger comme l’essentiel de l’industrie. On a laissé crever la plupart de nos constructeurs nationaux d’avions légers, et on attend que les avions légers existants qui ont pour la plupart un demi siècle cessent de voler également pour libérer le ciel. Alors pourquoi donc irait-on l’encombrer de drones ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1047) } array(1) { [1]=> int(1047) }

array(2) { [0]=> int(2) [1]=> int(1047) } array(1) { [1]=> int(1047) }

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.