Accueil » 80 ans de Sukhoi : l’OKB qui réussit à ne jamais disparaître

80 ans de Sukhoi : l’OKB qui réussit à ne jamais disparaître

La Russie rend hommage à Pavel Osipovich Sukhoi, ingénieur aéronautique, dont le bureau d’études OKB Sukhoi, fut fondé durant l'été 1939. Pourtant, si en 2019, plus de 90% des chasseurs et chasseurs-bombardiers commandés pour l'armée russe sont des Sukhoi, l’avionneur a bien failli disparaître après la guerre…

3.08.2019

En 2019, Sukhoi détient le quasi-monopole des ventes d'avions d'armes russes (au détriment du MiG-35) © François Brévot / Aerobuzz.fr

Pavel O. Sukhoi, est né le 22 juillet 1895 à Glubokoye, un village de Biélorussie. De 1925 à 1938, il fut ingénieur auprès de l’institut aérodynamique TsAGI, et du bureau d’études OKB Tupolev. En 1938, il n’était pas l’aérodynamicien le plus en vue auprès du Politburo : les OKB de N. Polykarpov et A. Tupolev régnaient à la tête de la recherche aéronautique militaire. Mais depuis 1925, Pavel Sukhoi étudiait un monomoteur à haute altitude, le futur Su-1, alors qu’il oeuvrait encore chez Tupolev. Cela suffit à convaincre les dirigeants d’URSS, qui lui octroyèrent son propre bureau d’études, l’OKB Sukhoi, en 1939.

Le prototype du Sukhoi Su-7 U biplace © archives Sukhoi

Sauvé par le Su-7 B …

Pendant la guerre, les performances des Sukhoi étaient jugés médiocres par les autorités qui leur préféraient les chasseurs Yak, Ilyushin, et MiG pour une production massive. Après 1947, Sukhoi faillit même rater la révolution du réacteur, et disparaître, en développant des dérivés du Me-262, les Su-9 et 11, inférieurs au MiG-15.

Jusqu’en 1958, les MiG et les Yak avaient les faveurs de l’armée. Sukhoi était marginalisé. Seulement, en 1958, le vent tourna en faveur de Sukhoi, qui sortit le Su-7, 1er bombardier mono-réacteur Mach.2 russe. Après 1970, les Su-7 B ont remplacé la totalité des bombardiers nucléaires tactiques et d’appui-feu.

Peu manœuvrant en combat tournoyant, par rapport au MiG-21, le Su-15 a quand-même été adopté dans les régiments d’interception © archives Sukhoi

45 ans de règne pour le Su-24

L’armée russe appréciait les performances des avions tactiques Sukhoi, au point qu’une lignée de dérivés du Su-7B, fut mise au point, culminant avec le Su-17 M3 de 11,2 t. de poussée max. (avec PC), avec 4,2 t de bombes. Dès 1975, sont apparus les Su-24, bombardiers tout temps avec 8 t. de bombes : la frayeur de l’OTAN. Le Su-24 a été développé en un temps record de 26 mois seulement, et demeure opérationnel de nos jours, notamment en Syrie.

Son contemporain, le Su-25, un jet « anti-guérilla » blindé, a été développé bien avant la guerre d’Afghanistan – où il s’est illustré – sur une intuition technico-opérationnelle que d’autres bureau d’études n’avaient plus à l’époque pour les bombardiers légers. Il est toujours en service.

Même dans une station à essence de Varsovie, le Su-7 (pourtant soviétique !), fascine encore le public © François Brévot / Aerobuzz.fr

… sauvé par le Su-27, la Chine, et l’Inde

Dans les années 80, Sukhoi s’imposa avec un chasseur au potentiel inédit : le Su-27. L’achat de centaines de Su-27/Su-30MKK par la Chine, et Su-30 MKI par l’Inde, a sauvé la marque, menacée de disparition avec l’URSS. Le Su-27 a donné naissance à des dérivés tels que le Su-34, un « inclassable » alliant les qualités air-air du 27, et le potentiel du bombardier nucléaire Su-24.

De nos jours, les Su-35 et 57 défient les lois de la gravité en poussée vectorielle, et étendent la notoriété de la marque jusque dans les chaumières d’occident.

François Brévot

A propos de François Brevot

chez Aerobuzz.fr
François Brévot est un reporter globe-trotter, chroniqueur, et photographe, passionné d’histoire contemporaine, aéronautique et spatiale, et de géopolitique. Il écrit en particulier, sur l’aviation militaire moderne ou ancienne, française ou internationale, et de nombreux récits de voyages sur des destinations et musées à caractère aéronautique. Spécialisé sur les nouvelles puissances aériennes, il visite très régulièrement les salons aéronautiques émergents du nouveau Siècle, que ce soit en Russie, en Chine, en Asie, en Turquie, et se passionne pour les nations d’Europe centrale.

3 commentaires

  • Asloum

    Article bien documenté

  • Jean Claude TRILLAND

    Le plaisir de lire et découvrir un auteur avec beaucoup d’objectivité. Bel article qui enrichit une éventuelle encyclopédie.

    • François Brevot
      François Brevot

      Toujours très agréable de recevoir de tels commentaires. Merci, en fait il faut toujours prendre du recul, notre passion étant pavée d’idées reçues. J’ai eu l’occasion de faire de plus longs développements sur ces matériels Sukhoi avec photos à l’appui, dans plusieurs bouquins. Je préfère être en-dessous de ces avions, avec un peu de matériel photo. Les Flanker sont une  » drogue dure », une fois qu’on y a goûté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.