Accueil » Avec le SR-72, Lockheed Martin propose un bombardier volant à Mach 6

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Avec le SR-72, Lockheed Martin propose un bombardier volant à Mach 6

Le « Skunk Works » de Lockheed Martin vient de dévoiler le successeur du SR-71 Black Bird : le SR-72. Un impressionnant drone capable de porter des missiles supersoniques à Mach 6. En révélant le SR-72, les Etats-Unis lancent un nouveau défi au monde.

7.11.2013

Le 1er novembre 2013 dernier, le jour même de mon anniversaire, un communiqué de Lockheed Martin et un article de la revue américaine Aviation Week me volaient la vedette avec une annonce désormais entrée dans l’histoire : un SR-72 est en développement aux Etats-Unis. Ce choix dans la nomenclature est un clin d’œil appuyé au SR-71 qui fit les beaux jours de l’US Air Force de 1968 à 1990. Le « Blackbird » était entré dans la légende en filant à Mach 3 et en toute impunité au-dessus des territoires les plus inhospitaliers. Plusieurs fois coursé par les Mig, le SR-71 ne fut jamais rattrapé… En toute simplicité, le SR-72 ira encore deux fois plus vite et il offrira à l’USAF une capacité non seulement de reconnaissance, mais aussi de bombardement.

Cette annonce marque l’aboutissement, provisoire sans doute, de décennies d’interrogations. Depuis le retrait de service du Blackbird, une poignée d’observateurs avisés de la chose aéronautique et militaire avaient patiemment ramassé des confettis de preuves sur l’existence d’un tel programme. Il était pour eux impensable que Washington renonce à une telle capacité, à mi-chemin entre l’avion traditionnel et le satellite. Les preuves tardaient à venir, mais en même temps personne ne pouvait douter de l’existence d’une feuille de route aussi ambitieuse que précise sur le développement d’une capacité hypersonique. De nombreux programmes de recherche avaient été financés ces dernières années, mêlant DARPA, NASA, USAF et bureaux d’études, dont le plus célèbre d’entre eux, le fameux Skunk Works de Lockheed Martin que l’on retrouve à la manœuvre sur le SR-72. Les suspicions qui pouvaient exister sur un débouché concret de toutes ces recherches laissent donc place aujourd’hui à une certitude.

Pour l’USAF les choses sont claires : la furtivité aux ondes radars est un atout en passe d’être dépassé. La supériorité technique incontestable dont elle a pu jouir ces dernières décennies ne saurait se prolonger indéfiniment. Il fallait trouver autre chose, et cet autre chose est la furtivité par la vitesse. A Mach 6, personne ne vous voit venir, personne ne peut vous arrêter et encore moins vous rattraper. Une invulnérabilité qui devrait se doubler, c’est du moins l’ambition affichée par l’USAF, de la capacité de frapper les méchants n’importe ou dans le monde en moins d’une heure en utilisant des missiles eux-mêmes hypersoniques. Cool !

Encore faut il répondre à quelques menues questions. Avec en premier lieu celle de la propulsion. De 10 à 30 km/h, le mode de propulsion le plus adapté est le vélo solex, exemple le plus populaire du cycle combiné : on commence par pédaler avant d’enclencher le moteur thermique. Pour monter à Mach 2,5 il est préférable d’utiliser un réacteur. Et au delà, c’est le statoréacteur. Et si l’on veut couvrir toute la gamme de vitesse, on revient au cycle combiné avec turboréacteur de 0 à 3000 km/h puis le statoréacteur pour enfiler les Mach.

L’objectif fixé au SR-72, Mach 6, est mesuré dans sa démesure : les concepts futuristes affichés ces dernières années faisaient apparaître des chiffres de Mach beaucoup plus élevés. Mach 6, c’est de l’hypersonique de bon goût, avec des solutions techniques qui semblent à porter de main à en croire les informations publiées par Aviation Week.

Une autre révélation apportée par l’hebdomadaire américain tient à la réalisation d’un démonstrateur technologique de taille réduite (de la taille d’un F-22, tout est relatif…) qui pourrait voler d’ici 2023. Cette date annoncée coïncidera en fait avec la mise au point d’un missile hypersonique sur lequel Lockheed Martin planche également. Il s’agit là d’un sujet qui trouve un certain écho en France : l’idée du missile hypersonique, impossible à intercepter en l’état actuel de l’art, est évoquée pour fournir un jour un remplaçant à l’ASMP-A équipant la composante aéroportée de la force de dissuasion nucléaire…

Dix ans après ce premier démonstrateur devrait arriver le SR-72. Avec cet engin volant, les Américains se fixent un objectif ambitieux et lance un nouveau défi technologique à tous leurs poursuivants. En donnant eux-mêmes le signal du départ et en choisissant le parcours, ils se donnent les moyens une fois de plus de faire la course en tête pour les décennies à venir. C’est un défi de plus à relever pour la Chine, l’autre superpuissance du 21ème siècle, qui commençait tout juste à prendre pieds dans le monde de la furtivité radar. C’est de bonne guerre.

Frédéric Lert

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

9 commentaires

  • Pierre

    Avec le SR-72, Lockheed Martin propose un bombardier volant à Mach 6
    Et dire que le SR72 volant à mach 6 est annoncé comme un projet alors que « aurora » vole déjà à mack 12 depuis plus de 20ans…ils sont très fort ces américains pour nous prendre pour des idiots. La MHD n’y est pas pour rien et je ne pense pas que Mr. Jean pierre petit soit loin de la vérité concernant ce sujet. Le fonctionnement de l’appareil est très bien expliqué par celui-ci. Et dire que les américains ont commencés à appliquer cette technologie sur des torpilles leur permettant de dépasser les 2000Km/h cela prouve bien qu’ils maitrisent la MHD depuis très longtemps…
    Ils sont vraiment fort dans l’art de communiquer. Nous autres révons de les voir voler à mach 6 dans 10 ans et eux, volent à mach 12 depuis 1990, c’est simplement superbe! Et en plus il serait satélisable avec des propulseurs d’appoint.
    Excellent, restons des ânes, que rien ne change.

  • Luc Dixonne

    Avec le SR-72, Lockheed Martin propose un bombardier volant à Mach 6
    dommage que ce ne soit qu’un drone sans pilote à bord

  • Eric

    Avec le SR-72, Lockheed Martin propose un bombardier volant à Mach 6
    Beau projet dans l’absolu, mais je suis perplexe quant à sa réelle utilité.
    Les ICBM que possèdent déjà pas mal de puissances sont largement hypersoniques, peuvent frapper n importe qui à peu près n’importe ou. et sont sans doute bien moins chers.
    Quant à la reconnaissance, les satellites font méchamment bien le boulot.

  • patrick

    Avec le SR-72, Lockheed Martin propose un bombardier volant à Mach 6
    Ils se servent egalement des seules et uniques données de l’avion qui a le plus voler en Supersonique ….. Concorde !

    nos ennemis ne sont toujours pas la ou l’on croit !

    • michael

      Avec le SR-72, Lockheed Martin propose un bombardier volant à Mach 6
      Rien a voir !
      Mach 6 ce n’est pas 3 fois plus complique que mach 2, mais mille fois.
      Aux dernieres nouvelles, les moteurs rsstent a inventer car la technologie emplyee sur le J58 du SR71 ou l’Olympus du Concorde ne peut pas etre mise en oeuvre a ces vittesses la.

  • James

    Avec le SR-72, Lockheed Martin propose un bombardier volant à Mach 6
    Il y a eu une version drone dérivé du SR-71, ou plutôt du A-12 (version d’origine) avec un seul réacteur filant tout de même à Mach 3

  • Marco

    Avec le SR-72, Lockheed Martin propose un bombardier volant à Mach 6
    Ne soyons pas naïfs.
    Le SR71 a été présenté à la presse alors qu’il volait déjà depuis longtemps.
    Son remplaçant doit donc déjà voler. Qu’il se nomme Aurora ou non.

  • fred

    Avec le SR-72, Lockheed Martin propose un bombardier volant à Mach 6
    superbe projet, en lien avec tout ce que l’on peut lire sur le fameux projet « aurora »….mais quid de cette fameuse photo de satellite météo, ou l’on « voit » une magnifique trajectoire hyperbole d’ouest en est des USA, ponctuée de petits points blancs? Depuis le retrait du SR71 assez brutal du service actif, on peut se poser certaines questions sur son « actuel » remplaçant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.