Accueil » Comment la Chine construit sa force aéronavale

Comment la Chine construit sa force aéronavale

En procédant le 25 novembre 2012 au premier appontage d’un avion de combat J15 sur son porte avions national Liaoning, la Chine affirme sa volonté de devenir une puissance aéronavale de premier plan. Un outil militaire en rapport avec son ambition de devenir la première puissance économique du globe.

L'avion de combat chinois J-15 sur le porte-avions Liaoning

Le pas est franchi, Pékin est désormais entré dans le club très fermé des puissances aéronavales. Deux mois après la mise en service de son premier...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

14 commentaires

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Comment la Chine construit sa force aéronavale
    N’oublions pas que la Chine est désormais le 1er constrcteur mondial de navire de commerce en volume (devant la corée du sud).
    Le chantier Dalian, où le porte avion a été refondé, est un des plus gros chantiers de construction navale.

    Répondre
  • Comment la Chine construit sa force aéronavale
    Cf. http://defencedog.blogspot.fr/2012/04/chinese-prototype-for-electromagnetic.html
    Prototype de catapulte chinoise – Technologie up-to-date : moteur linéaire
    Qui est devenu le 1er pays producteur de terres rares… 😉

    Répondre
  • Comment la Chine construit sa force aéronavale
    Il nous aura fallu près de cinquante ans pour disposer d’une force aéronavale pleinement opérationnelle, capable de mener, voire conduire, des opérations dans un contexte international, et plus particulièrement avec l’U.S. Navy, comme cela a été brillamment démontré lors des interventions du Charles de Gaulle en Afghanistan.
    Cette progression au fil des décennies m’a longtemps conduit à émettre les plus sérieux doutes sur la capacité opérationnelle des « porte-avions » soviétiques qui n’ont servi que d’excuse à une augmentation, ou au moins un maintien, des budgets américains. Pour les Chinois, on a le temps de voir venir… pour les mêmes raisons. Tel est mon témoignage d’ancien pilote de porte-avions ayant atteint les plus hautes responsabilités dans l’aviation embarquée.

    Répondre
    • Comment la Chine construit sa force aéronavale
      moi je pense que les chinois avancent à marche forcée….comme les japonais en 1930…une démarche de fourmis ou seul compte le but à atteindre….les specifications de la flotte chinoise ont été définies dans les années 80 pour se réaliser aujourd’hui avec un embryon de porte avions pour le moment et demain plusieurs navires en construction avec une catapulte ….surement.
      Je ne pense pas pour ma part que les chinois recherchent une interoperabilité quelconque avec l’US NAvy mais plutôt une « voie chinoise » un peu comme le fit la France en son temps. pour ce qui est des concepts d’emploi comme de la technique Pékin avance rapidement et surement. L’objectif? faire entendre sa voix en se dotant à terme d’une capacité de projection de forces…. je pense qu’on a dix ou quinze ans devant nous . ensuite…. avant de voir pékin disposer d’un outil naval imposant et crédible. Le porte avions ? 80 000T de diplomatie !

      Répondre
  • Comment la Chine construit sa force aéronavale
    Bonjour,
    Si je me souviens bien c’étaient des anglais qui installaient la catapulte du Clémenceau il y a plus de 50 ans!!!!!!

    Répondre
  • Comment la Chine construit sa force aéronavale
    L catapulte est bien pratique dans la mesure ou elle permet de lancer des avions à une masse plus importante qu’avec un tremplin, je pense aux missions de bombardement par exemple. Un avion catapulté emportera au décollage plus de carburant et d’armements aucun doute la dessus. La catapulte à vapeur est cependant relativement délicate et elle puise beaucoup sur les ressources du navire, il reste la catapulte electromagnétique en cours de tests
    au fait, seul un pays détient la technologie de la catapulte pour porte avions ….les USA.
    Eh oui celle de notre bon vieux charles de gaulle (le porte avions ) est made in USA.
    Les autres pays comptent sur des appareils surmotorisés ou des appareils à décollage court et atterissage vertical type JSF ou AV8B ….sans parler des défunts YAK38 et YAK141 ….bref je ne serais pas surpris que les chinois réfléchissent à un navire conçu dès le départ pour mettre en oeuvre une catapulte….on en reparle dans cinq/dix ans?

    Répondre
    • Comment la Chine construit sa force aéronavale
      Les Etats-Unis travaillent activement au développement de catapultes basées sur la technologie des moteurs linéaires. Et la Chine… aussi :
      http://defencedog.blogspot.fr/2012/04/chinese-prototype-for-electromagnetic.html
      Il a déjà été démontré la capacité d’arrêter des avions embarqués avec de simples freins passifs à courants de Foucault (Eddy Currents) du type de ceux qui sont mis en œuvre dans les grandes attractions de type montagnes russes ou tour de chute
      La Chine domine le marché des terres rares… justement…

      Répondre
  • Comment la Chine construit sa force aéronavale
    encore une fois, un grand plaisir à lire ta jolie plume, mais au plaisir habituel, s’ajoute un sentiment de crainte. C’est bête, mais cette nouvelle aujourd’hui va à l’encontre de l’idée que je me fais de notre « futur », tu viens de semer un doute dans mon esprit ou plutôt une prise de conscience, quelque peu déstabilisante. Allez, comme le disait enzo, mon article préféré ? le prochain ! tchuss

    Répondre
  • Comment la Chine construit sa force aéronavale
    Une copie de copie, rien de bien terrifiant !

    Répondre
  • Comment la Chine construit sa force aéronavale
    La Chine est passée du moyen-âge au monde moderne en seulement quelques décennies ce qui est exceptionnel.
    Rappelons nous du livre de Mr Peyrefitte « Quand la Chine s’éveillera ».
    Déjà l’auteur à l’époque prévoyait un éveil fulgurant pour cette grande nation…Il avait vu juste et cela n’est que le commencement….Préparons nous à rire jaune.

    Répondre
  • Comment la Chine construit sa force aéronavale
    Quel exploit! Ils ont réussi à faire ce que les aéronavales américaines ou françaises font quotidiennement…et en plus, ils ne maîtrisent pas la technique de la catapulte. Pas de quoi s’extasier.

    Répondre
    • Comment la Chine construit sa force aéronavale
      la catapulte est dépassée et les chinois comme les anglais l’ont bien compris , les 2 PA en construction en UK n’ont pas de catapulte, donc plus d’ennuis et de maintenance, CQFD !

      Répondre
      • Comment la Chine construit sa force aéronavale
        Tien donc. En êtes vous bien sur.
        Avez vous déjà vus un SU33 décoller à charge maximal sur porte avion STOBAR.

        Quand un porte avion Américain lance 4 avions, ( Chasseur bombardier à pleine charge, E2C hawkeyes ou C2 greyhound ) en même temps, un porte avion russe (du même type que les chinois) arrive péniblement à lancer 2 chasseurs avec quelque munitions.

        La catapulte coute cher. Mais ci on s’en sert, c’est qu’il y une bonne raison.

        Répondre
  • Comment la Chine construit sa force aéronavale
    l’avion est jaune ! un hasard?
    la peur sans doute ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.