Accueil » Comment la Suisse justifie-t-elle son choix du F-35A ?

Comment la Suisse justifie-t-elle son choix du F-35A ?
premium

Il y a deux semaines, le Rafale était donné vainqueur de la compétition Air 2030. Mais au bout des tirs au but, c’est finalement le F-35 qui l’emporte. Comment analyser ce choix qui prend bien du monde à contre-pied ?

30.06.2021

Le F-35 l’emporte haut la main en Suisse face au Super Hornet, à l’Eurofighter et au Rafale. A l’heure où l’avion déchaine les critiques Outre Atlantique, le Conseil Fédéral suisse ne lui trouve que des qualités. Comment est-ce possible ? © USAF

Le communiqué du conseil fédéral suisse qui l’annonce officiellement n’en fait pas mystère : l’offre de Lockheed Martin était bien meilleure financièrement que celle des autres compétiteurs. Les 36 F-35A ne coûteront que 5,068 milliards de Francs à l’achat aux contribuable suisses. On ne peut pas enlever aux Suisses leur honnêteté et leur sérieux et ce chiffre est sans aucun doute authentique. Mais pourquoi donc le F-35 est-il le moins cher des quatre compétiteurs ? Sans doute parce que Lockheed Martin a...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Frédéric Lert

chez Aerobuzz.fr
Journaliste et photographe, Frédéric Lert est spécialisé dans les questions aéronautiques et de défense. Il a signé une vingtaine de livres sous son nom ou en collaboration. Il a rejoint Aerobuzz en juin 2011. Au sein de la rédaction, Frédéric Lert est le spécialiste Défense et voilures tournantes.

57 commentaires

  • alf le loup

    Certains ici devraient bien revoir leurs commentaires à l’aune du coup australopithèque !

    En paraphrasant le p’tit père Jo, on peut faire toutes les évaluations possibles, tout dépend de la façon de compter les points !

    • Pilotaillon

      C’est bien le cœur de mon propos, et oui également pour « adapter » les grilles de comptages.
      J’ajoute, pour nous faire une idée de cette grille, que s’il n’y a pas d’arbitre stricto sensu, nous voyons se dérouler les rencontres, au fil des achats stratégiques.
      Je crains fort qu’à ce jeu là, la France ne soit plus sélectionnée en première division, alors que dans nos esprits (et dans notre vision politique car les campagnes se focalisent sur l’argument souveraineté) nous sommes restés champions du monde.
      Ou alors, et c’est ce que suggère Hugh Schofield de la BBC, il nous faut retrouver une lucidité, du pragmatisme, et jouer les parties avec d’autres joueurs européens, à condition qu’il le souhaitent également…
      Bonjour Allemagne, Benelux, Italie, que nous aimons tant … Angleterre ?
      Pour finir, mon petit doigt me dit que ce scénario – cette vision stratégique d’un monde anglophone anti-China – devait être dans les tuyaux des Brexiters. (Cf Honk Kong, Singapour, la Mer de Chine…), laissant l’UR (SS) s’amuser avec des missiles informatiques. Le front s’est déplacé mais nous n’avons rien vu, enfin nous n’avons pu voulu le voir.

  • Pilotaillon

    Si nous ne nous rendons pas compte de notre petite arrogance entre nous (50 Millions de sélectionneurs en F), les pays voisins lisent distinctement ce trait comportemental, l’écrivent désormais.
    https://www.bbc.com/news/world-europe-58614229
    Si nous pouvons discuter du point de vue du journaliste BBC, il est un fait que tous interlocuteurs (Aus, GB, D, CH…) s’accordent sur la diminution de la puissance relative d’une France seule, et de sa myopie (regrets des époques de conquêtes ?) qui ne permet pas à ses élites de le reconnaitre.
    Est-ce là une des raisons pour ne plus acquérir nos matériels dont le standard nous est propres ?
    Comment regarder le messianisme US sans voir le nôtre ? Ni celui de la RDC désormais ?
    Cette maladie qui ronge ceux qui pensent avoir du pouvoir au travers de leur poids économique…
    Doit-on relancer le débat de l’existence d’une Europe forte et cohérente ?

    • Pamp le mousse

      Vous citez un journaliste BBC ! Je suppose que ces propos sur la psychologie des peuples sont parfaitement objectifs ! Nous aussi avons des psy de comptoir qui parlent de PERFDE Albion !

  • Hg

    Assurer leur protection tout simplement !

  • Pilotaillon, dubitatif

    Bonjour
    Un Nième fait, qui corrobore notre constat de pays voisin, qui semble démontrer la volonté (renoncement ?) Helvète de se positionner face à des sujets de souveraineté.
    https://news.infomaniak.com/souverainete-numerique-de-la-suisse/
    J’avoue, comme ce prestataires le regrette sans vraiment comprendre, ne pas disposer de tous les éléments qui fondent cette attitude, pour le moins étonnante, à l’heure où la souveraineté fait débat et constitue un argument d’opportunité pour les populistes de tous poils !…

  • GUÉDET

    En fait le choix du F-35 a été imposé par les américains, avec la menace de sanctions financières d’un montant extrêmement élevé, en raison des relations financières de la Suisse avec des pays de la liste noire américaine. Le chantage était : soit vous achetez des F-35 et nous fermeront les yeux sur vos agissements, soit vous serez condamnés à des milliards de dollars d’amendes pour avoir enfreints les lois américaines. Les qualités du F-35 vis à vis du Rafale n’ont même pas été évoquées.

  • LBE

    Cette annonce appelle plusieurs remarques :

    1/En se retranchant exclusivement derrière les notes d’évaluation pour justifier le choix du F35, Madame Viola Amherd Conseillère Fédérale en charge de ces questions, procède là à un joli mensonge par omission tant cette décision revêt par essence un caractère politique particulièrement marqué.

    2/Si l’on peut rappeler par le passé que le Conseil Fédéral faisait preuve de plus de sagesse en variant les sources d’acquisition de matériel militaire (Ms 406/ Me 109, Hunter/Mirage, P51/Vampire etc) l’on se demande aujourd’hui ce que signifie cette fuite en avant 100pct d’origine US sur le système de défense anti aérien et avions de combat, bien peu en ligne avec le traditionnel « compromis suisse » qui fait la force de cette nation.

    3/Si le choix du Super Hornet aurait pu lui aussi se justifier, il en est tout autre du F35 pour la Suisse, laquelle par cette fuite en avant au mépris des relations avec son voisinage immédiat, abandonne de fait toute neutralité par le partage intégral de la souveraineté de son ciel.

    4/Madame Amherd semble aussi avoir oublié à quel point la votation sur le principe d’acquisition d’avions de combat est passé bien près ( à seulement 7900 voix près ! septembre 2020) de la corbeille, tant l’histoire des processus d’acquisition du matériel aérien suisse fut toujours longue et compliquée. Dans le cas du F35 celle ci ne fait que commencer tant ce choix clivant de ce coté ci de la Sarine apparait comme du pain béni pour les partis de gauche et pacifistes lesquels ne vont pas forcer leur talent pour faire passer une initiative dite « de non-acquisition d’avions US » laquelle à ce jour semble bien partie face au peuple qui ne manquera pas de cocher certaines incohérences qui précèdent.

    Conclusion : cette acquisition est encore loin de se matérialiser, la partie ne fait que commencer.

  • Foudon

    Une conclusion s’impose ! Si le Rafale est systématiquement repoussé au profit d’un autre avion, c’est peut-être que les Suisses ne veulent pas dépendre d’un pays voisin aussi encombrant que la France? Et je le comprend très bien quand je vois la brutalité et l’obstination avec laquelle les Français remettent en question le choix souverain d’un état indépendant ! De quel droit font il cela ?

    • Pilotaillon

      Foudon, Il n’est pas question de remettre en cause un choix, mais de s’étonner et de tenter de comprendre.
      Vous donnez votre avis sur « le pays voisin », sans apporter d’arguments, sauf à créditer votre rejet d’un des protagonistes.
      En revanche, il est possible de faire un petit tour des différentes sources publiques, dont celle-ci (https://www.youtube.com/watch?v=Olx03vxRxFQ) et d’autres mentionnées ici (https://www.aerobuzz.fr/defense/comment-la-suisse-justifie-t-elle-son-choix-du-f-35a/#comment-204635)… la décision interpelle et attise la curiosité sur une partie cachée, le plus importante visiblement, qui a été manifestement décisive.
      Dommage de ne rien apporter, la curiosité est toujours vertueuse, elle permet le développement de la culture populaire, et comme le peuple fait la nation…

    • Deres

      Le problème sont surtout les justifications suisses. Si ils avaient dit qu’ils prenaient le F35 parce qu’il était furtif et que c’était très avantageux pour eux, il aurait été difficile d’être contre ce choix. Idem si c’était clairement pour des raisons politiques de choix d’un matériel américain plus répandu. Ou si c’était par continuité avec les appareils à remplacer et leur armement. Impossible de contester ces arguments objectifs en faveur du F35.

      Mais prendre le F35 parce qu’il est peu cher à l’achat et à l’usage , c’est extrêmement surprenant car cela va à l’encontre de tout ce que l’on sait sur l’appareil via ses autres utilisateurs. Et il apparait depuis que son bas coût viendrait de calculs hypothétiques venant d’un moindre besoin d’heures de vol (20% en moins) et de moins d’appareil pour le même besoin (36 au lieu de 40, donc moins 10%). Cela sent quand même très fort la manipulation comptable qui sera contredite dans les faits discrètement dans une dizaine d’année.

    • lucas

      C’est très facile de critiquer la France…
      Qui a organisé des fuites/laissé fuiter la victoire du Rafale, qui a publié un communiqué final outrageusement biaisé/mensonger laissant apparaître une victoire du F.35 qui aurait « écrasé » (rien que ça!!) ses concurrents, qui a organisé un appel d’offres avec 3 appareils parfaitement raccord et un intrus dont on se demandait au départ (bien naïvement…) ce qu’il faisait là, et on pourrait ajouter qui a organisé un compétition il y a quelques années gagnée par l’avion français pour au final choisir…le dernier de la compétition ? Avez-vous conscience du côté guignolesque de tout ça ?
      Je vais vous dire, en tant que Français, je considère que Dassault ne devrait plus participer aux appels d’offre truqués (Corée du Sud, Belgique, Canada, etc…), et je suis extrêmement déçu que la Suisse, censée être un exemple de rigueur, ponde un communiqué final que ne renierait pas une dictature africaine tant il est mensonger/biaisé et tant il faut se pincer pour ne pas éclater de rire au visage de celui/celle qui l’a pondu. Et vous savez quoi ? Toute cette rancoeur n’existerait pas si un autre avion américain l’avait emporté: le F.18SH. La Suisse est souveraine, si elle veut un avion US c’est son droit le plus strict et l’excellent F.18SH remplissait parfaitement le cahier des charges. Mais le F.35 ? Sérieusement !… Vous êtes devenus Israël ou les EAU, vous êtes susceptibles de rentrer en premier sur un champ de bataille haute intensité pour supprimer les défenses adverses sans être vus ? Non mais on se moque de qui ?

      Nous français, censés être si arrogants, n’aurions jamais osé infliger un tel communiqué final à nos voisins suisses. Non seulement ce n’est pas fair-play, mais on est à la limite de l’insulte et de la vulgarité. Qui a éduqué cette dame ? Quelle classe…!

      Pour bien comprendre, mettez vous deux secondes dans la position inverse
      La France organise une compétition avec le PC-21 et le Tucano. Et au final après avoir donné toutes les indications qu’elle choisissait le PC-21 (et laissé la Suisse commander des Rafale en cours de route…), elle déclare le Tucano vainqueur puis, Florence Parly vient dans les médias avec un communiqué indiquant que le Tucano a « écrasé » le PC-21 lors des évaluations. Bravo ! Quel tact ! Quel leçon de fair-play et de savoir vivre ! Et après ça ce sont les français qui sont arrogants et mal élevés. Ce communiqué est une honte, outre que ces résultats sont, comment dire… lunaires, quand bien même le F.35 serait si supérieur aux autres en tout, on n’envoie pas à la figure des concurrents malheureux un tel communiqué final. C’est juste une honte !

      Et ne vous méprenez pas, dans mon esprit, la Suisse a parfaitement le droit d’acheter des F.35 pour faire sa police du ciel si ça lui chante, voire même des P.8A Poseidon, c’est son problème, mais dans ce cas qu’elle ne fasse perdre leur temps et leur argent aux gens sérieux (Dassault, Airbus DS, Boeing), d’autant que ça fait 2 fois en moins de 10 ans, et, surtout, qu’elle ne les méprise et ne les insulte pas.

      • Piritte

        A mon avis, tout cela n’a rien à voir avec le Rafale mais avec la relation stratégique qu’entraînerait son choix ! Peut-être que les Suisses ne veulent tout simplement pas adhérer à une alliance avec la France ? Quand vous estimez avoir tous les arguments en votre faveur et qu’on vous dit non par deux fois, c’est qu’il y a forcément autre chose ! Étonnant que tout le monde est centré sur le Rafale sans réfléchir plus loin.

      • LBE

        +1 le nombrilisme ne mène à rien et la vente d’armes n’a rien d’un dialogue de carmélites : tous les coups sont permis (à tout le moins).

  • Krementchuck Yeager

    A terme on épiloguera sur un tir contre son camp ! Prendre l’Helvetie pour des lanternes ! Les p’tits suisses font ce que bon leur semble…A nous de les laisser jouer dans leur pré carré pour la permanence operationnelle h24 7/7 et de nous exercer à l’interception sur ces 36 furtifs au dessus du Doubs et du Jura (francais) ! Du col de la Faucille on les voit décoller de Payerne…

  • Redstone

    Je pense que la prospérité de la société Pilatus peut aussi être en jeu dans ce deal… Il pourrait y avoir une autre forme de réciprocité pour répondre à certains besoins américains

  • Claude DUVIVIER

    Et nous avons acheté ou loué des Pc21!

  • Michael

    Un choix curieux en effet. La Suisse parait avoir besoin d’intercepteurs. Le dogfight est le talon d’achille du F35. Il y a surement des parametres de choix que nous ignorons. Peut etre le fait qu’en 20 ans le Rafale n’a pas encore connu de bapteme du feu.

    • Krementchuck Yeager

      En combat aérien ? Oui, mais depuis le Viet Nam (1972) il n’y a pas eu de conflit symétrique…Donc c’est vrai pour toute la génération de zincs sur le marché !

  • Vladimir_K

    Il y a à peine quelques semaines, Biden était de passage à Genève pour une toute autre affaire… il en a sans doute profité pour expliquer aux Suisses 2-3 concepts, comme l’extra-territorialité du droit américain, sanctions, guerre économique….

    Un peu comme, dans une moindre mesure, il avait demandé en Ukraine, à virer le procureur qui enquêtait sur les malversations de son fils.

    C’est sa méthode, quoi…

  • Les suisses nous ont battus deux fois cette semaine ,une perte sèche pour notre économie
    d’ue part pour la FFF et pour D’assaut d’autre part.

    • Wendlinger

      Si vous comptez sur les Suisses pour soutenir le pays ! Alors écoutez bien ceci: les Suisses ne sont nos amis que lorsque ça leur rapporte du fric! Ils n’ont aucune reconnaissance…ils ont toujours profité de la France , pendant les guerres surtout !

    • Dani

      Très bonne analyse. Un super chasseur qui porte bien son nom. Le « Rafale » va tellement trop vite qu’aucune nation n’arrive à l’attraper. 😂👍🏾🤣

  • Grilhé

    Se souvenir que les Suisses n’ont jamais été « blancs-bleus » vis à vis de leurs voisins durant la dernière guerre… no comment !

    • Jeepee

      Mon père était douanier pendant la dernière guerre. La nuit il allait porter de la nourriture aux maquisards.
      Pendant la dernière guerre, les français étaient partagés; Vichy ou Français. Ces deux se sont battus entre eux en Afrique du Nord …
      La Suisse a aussi accueilli des milliers de réfugiés français vers la fin de la guerre.
      Alors, quand on ne la pas vécu, ont se la ferme !
      Pour le moment, le F35 n’est pas définitif. Il y aura des oppositions. Alors, attendons avant de critiquer !
      A bon entendeur

      • Jean-Marc

        Je rajouterai également ceci…Du 19 au 20 juin 1940, la Suisse accueillait sur son sol neutre 42600 soldats français et polonais appartenant pour la plupart au 45 corps d’armée commandé par le Général Daille, acculé à sa frontière ouest par la poussé de la Wehrmacht.
        Donc certains devraient se renseigner un peu avant de dire n’importe quoi !

  • DEFRANCE

    Pour les décideurs suisses, la question n’est pas comment mais combien ……..

  • Christophe

    Bravo au F-35 ! Comme quoi il est bien le meilleur avion du moment ! Et puisque certains vont encore contester le suprématie de l’avion, voyons ce qu’il va se passer en Finlande. Ce serait gros que tout le monde se trompe en même temps ; Danois, Belges, Hollandais, Italie, Norvège, Pologne et Royaume-unis. Soi-disant tous corrompus et aux ordres de Washington !

    • Philippe

      Bravo pour le commentaire Merci bcp

    • Oscar

      Ben voyons… 😀 Alors pourquoi toutes ces critiques contre le F-35 aux Etats-Unis mêmes ? Vous n’avez vraiment pas l’air renseigné sur le sujet ! PAR EXEMPLE (ce n’est pas le seul…), pourquoi le chef d’état-major de l’USAF (le général Charles Q. Brown Jr.) a-t-il annoncé l’étude d’un successeur du F-16… ce que le F-35 DEVAIT être, et n’a PAS réussi à être ? 😀

    • Krementchuck Yeager

      Le généralissime puis président D.D. Eisenhower avait alerté sur le lobby militaro industriel US ! Etes-vous au courant qu’il était somme toute mieux placé que vous pour en parler ?

    • LBE

      En tant que premier contributeur de l’OTAN, l’oncle Sam a forcément le dernier mot ….ce qui ne constitue EN RIEN une garantie de bon fonctionnement du produit incriminé en un tel cas du moins pour le moment.
      Tous les pays ne sont pas cependant dans la même situation . Prenons le cas de la Pologne par exemple :
      quand vous figurerez vous enfin en France, que ce petit pays coincé entre la Russie et l’Allemagne puisse au regard de l’histoire confier les clés de sa propre défense aux français et aux allemands ? Idem pour les Danois, Tchèques, Hongrois et même hollandais.
      A leurs yeux l’Europe de la défense restera une chimère ! …Et merci à l’oncle Sam ..

  • michel

    un contrat pour des fers à repasser volants, pour des missiles à la précision plus que douteuse (de l’aveu des américains eux-mêmes), et pour un avion certe furtif, mais le plus bruyant de tous….les vaches suisses n’ont pas finis de faire du beurre au pis de la mamelle….une fois de plus le dumping américain colossale l’emporte, au détriment de la raison.

  • JoJo

    Déjà lors du choix du F/A18, l’armée a été critiquée par son choix. Je pense que l’armée a fait le mauvais choix. Et le choix ne passera pas…
    Nous (en suisse) sommes dans une démocratie direct et nous avons le droit au referendum. La gauche critique le choix de ne pas travailler avec les partenaires européens, plus fiable politiquement. Le centre critique le choix de la machine la moins adaptée et met déjà en avant la problématique du coût d’entretien, il n’y a que la droite dure qui se félicite du choix de cette machine hors norme (pour son nombre de défaut et son coût réel sic!).
    La réalité est que ça ne passera pas auprès de la population et elle votera contre… comme la dernière fois…

    • Philippe

      Mais oui on va voter pour changer pas de problème
      Mais la majorité des cantons qui disent oui vous ne l’aurez jamais avec votre initiative

    • Philippe

      Il y aura en effet une votation
      Mais la majorité qui est nécessaire au niveau des cantons vous ne l’aurez jamais

    • Philippe

      Oui on a déjà voté en septembre 2020 et nous avons gagné le vote avec plus de 8000 oui de plus en notre faveur !

    • Trappeur

      Les Suisses sont plus à plaindre qu’à blamer dans cette histoire .
      Surtout les militaires et en particuliers l’aviation qui va se retrouver avec des engins qui ne peuvent pas faire le job (rien que décoller et prendre l’air dans les délais prévus pour l’espace aérien Suisse est impossible avec ces engins) .
      Tous le monde le sait en Suisse et chez les voisins , y compris ceux qui ont pris le risque de ce mauvais choix .
      La responsabilité du gouvernement fédéral est engagée , et il va être question de la dégager d’ici les premières livraisons . Aider la Suisse à sortir de cette impasse en votant utile.
      On peut se demander comment les americains ont réussi ce coup là .
      C’est vrai qu’ils peuvent être très dangereux ces américains quand on leur résiste , et que la Suisse n’a pas les moyens de leur résister .
      Mais tout de même je me demande ce qui leur a fait peur au point de faire ce choix à la limite de l’idiotie .

  • Vertaco

    Les américains ont promis aux helvètes l’option poêlon à fondue à balayage électronique suractivé à double inversion plasmique en mode collaboratif. Dassault ne pouvait pas lutter.

  • Adam Shaw

    Le raisonnement des décideurs Suisses (désole mais il faut savoir lire la langue internationale de l’ aéro pour comprendre. Peut etre, aussi, vu certains commentaires etre moins chauvin) : « All candidates have met the requirements for Switzerland. For both the combat aircraft and the Bodluv GR [missile] system, the evaluation for one candidate each resulted in the highest benefits and at the same time the lowest costs. The fighter aircraft are the F-35A. With 336 points, it shows the highest overall benefit, with a clear gap of 95 or more points to the other candidates. The aircraft performs best on three of the four main criteria:
    • In terms of effectiveness , the F-35A achieves the best result thanks to its pronounced technological lead over the other candidates. Based on this, the F-35A has novel, very powerful and comprehensively networked systems for the protection and monitoring of the airspace. In this way, the F-35A achieves superior information and enables the pilots to be more aware of the situation in all areas than the other candidates. This also applies in particular to the everyday air police service.
    In addition, only the F-35A is designed from the ground up in such a way that it is difficult for other weapon systems to detect. The resulting high survivability is a particular advantage for the Swiss Air Force.
    In addition, the comparatively simple system operation and the information superiority of the F-35A change the training content and the ratio of flight to simulator hours. As a result, around 20 percent fewer flying hours are required than with the other candidates and around 50 percent fewer take-offs and landings than with today’s Luftwaffe jet aircraft, which will be replaced by the F-35A.
    Ultimately, as the most modern weapon system, the F-35A can be assumed to have a technological lead well into the future. Given the intended useful life of 30 years, this is a major advantage over the other candidates. In product support , the F-35A achieved the highest rating due to its efficient operation and maintenance, advanced training and high security of supply during the entire service life. This is also due to the fact that the F-35A is produced in the largest number of units and is also used in Europe by the largest number of countries.
    • The F-35A also shows the best result in cooperation . It offers extensive opportunities for collaboration in operations and broad access to data and technical resources.
    • In direct offset , the concept of the F-35A does not achieve the best result at the time the offer is submitted. The offset obligation of 60 percent of the order value must be fully fulfilled no later than 4 years after the last delivery.
    In terms of fleet size, for all four candidates the number of 36 aircraft meets the need to protect the airspace in an ongoing situation of heightened tension. The purpose of the Air Force is to prevent Swiss airspace from being used by parties in a military conflict. “In its decision, the Federal Council also took into account the technological dependencies of the manufacturer and the country of manufacture. Dependencies cannot be completely ruled out when procuring systems. However, it turned out that all candidates guarantee the required data autonomy. With the F-35A, cybersecurity in particular is very well ensured because cyber management, the security of the computer architecture and the cyber protection-oriented measures are comprehensively guaranteed.
    As with all other candidates, Switzerland itself determines which data it exchanges with other air forces via data link connections or which logistical data is reported back to the manufacturer with the F-35A. In addition, the aircraft is operated and maintained in Switzerland by the Air Force and RUAG Switzerland.”

    https://theaviationist.com/2021/06/30/swiss-af-f-35-selected/

    • Stormy

      « the comparatively simple system operation and the information superiority of the F-35A change the training content and the ratio of flight to simulator hours. As a result, around 20 percent fewer flying hours are required than with the other candidates and around 50 percent fewer take-offs and landings than with today’s Luftwaffe jet aircraft, which will be replaced by the F-35A. »

      Rien que cette phrase conduit à s’interroger sur le sérieux en matière d’aéronautique militaire des rédacteurs…. mais de toutes façons, ce n’est pas bien grave, vu que ces gens-là n’ont jamais fait, et ne feront jamais la guerre nulle part. Ils resteront à tourner dans leurs vallées pendant les heures de bureau, en s’imaginant qu’ils sont les meilleurs.
      Des Mirages F1C ou des F-5 neufs leur auraient suffi, si on en avait eu à disposition.
      Pour comprendre, il suffit enfin de se rappeler comment ils se sont écrasés mollement et rapidement en 2009 lorsque les Américains leur ont fait abandonner le secret bancaire qui était pourtant le pilier de leur économie…..

      Il est juste dommage qu’on leur ait pris le PC-21 pour amorcer le deal (remarquez, on avait fait exactement pareil en 1990 avec les PC-7, achetés en urgence sans appel d’offre et qui s’étaient finalement retrouvés au CEV car personne n’en voulait, de l’AA à la Marine en passant par l’ALAT…) tout ça parce qu’on espérait alors un achat de Mirage 2000 !

  • Pilotaillon, recrue deuxième classe

    Je prends ce deal comme une étape d’un sujet plus large, conduit par les US et au travers de ses « bras armés », les fournisseurs d’armements, au service d’un saut technologiques.
    Il me semble comprendre en creux que ce jet , dont les performances faciales sont toutes relatives, ne constitue qu’un élément d’un système de défense global.
    Il faut mailler le globe avec de pays utilisateurs, car le F35 se positionne davantage en tant que capteur avancé d’informations de terrain qualifiées (factuelles et en temps réel), car au fond il s’agit d’être en mesure de gérer les ambitions des 2 challengers RPC et accessoirement la Russie.
    Le prix de vente au fond n’a pas une grande importance (comme nos smartphones) plus le nombre de points de relevé est grand, plus précise sera la connaissance de la situation, pour garder une avance tactique.
    Aussi le deal est plutôt facile à obtenir pour Joe : je (nos constructeurs) vous vends des outils de défenses au meilleurs prix et nous signons un accord de défense solidaire, sur la base de l’avance stratégique à laquelle vous contribuez, en déployant un des maillons.
    Le bijou technologique que l’on confie aux pilotes de la milice n’est peut-être qu’un outil relais, pour « faire peur » aux éventuels assaillants en front, et en back office pour assurer une fonction identique à celle de mon écran pour la firme de Mountain View.
    Désolé, le gaillard de « La Chasse Bordel » n’a plus besoin de grosses Corones, il devient un Geek (sans les boutons sur le visage)…
    Extrait : – » Hey TonyHawk 5, t’as su régler le paramètre 120-205-10 sur sa valeur avant de décoller ? … On m’a dit qu’au centre de régul’, ils n’ont pas pu resynchroniser les data, et qu’il va falloir y retourner pour être sûr, mais ce sera pas toi, car t’as fait planter le système !…
    Debleu, dchieu s’téquipe… ils sont où chez Ruag, faut qu’ils remettent tout propre en ordre, y’a plus rien qui marche avec le retour des moustiques tigres, faut poutzer les capteurs !!! »… « 

  • François JOST

    Sur la photo d’illustration, bien qu’arborant un marquage américain sur l’aile, on reconnait un appareil destiné au Danemark, reconnaissable à l’appendice sur le dessus à l’arrière du fuselage, renfermant le parachute de freinage, destiné aux atterrissages sur pistes courtes.

  • Spls

    La Suisse avait besoin d’un pur intercepteur pour assurer la police du ciel, elle sélectionne un pur avion d’attaque. La Suisse voulait un avion financièrement soutenable elle sélectionne l’avion de combat connu pour être le plus cher à l’heure de vol et l’un des moins disponible…La Suisse voulait des retombées économiques comme tout le monde et tout le monde sait que la Belgique ou l’Italie trouvent que les promesses de LM dans ce domaine ne sont pas respectées…La Suisse voulait un avion mature, elle choisit un avion qui cumule les problèmes techniques, dont certains graves, et qui n’est toujours pas pleinement opérationnel même si les US en possède plusieurs centaines…
    Pourquoi la Suisse a choisi le F35 ? Biden leur a tordu le bras ? LM a arrosé généreusement les décideurs ?
    De toute façon, cette histoire risque de tuer définitivement l’armée de l’air suisse, l’opposition politique semble remontée, à juste titre. C’est dommage, j’avais beaucoup d’admiration pour l’aviation suisse…
    Et je ne parle même pas du contrat des missiles SA, tout le monde sait, encore, que les Patriots, depuis des années, ont une efficacité très relative…

    • Woodplane

      De toute manière pour ce qu’ils vont s’en servir !….

    • Verdon

      Merci pour votre commentaire bien écrit, clair, net et précis, et sans fautes. Un bol d’air frais.

    • Martin Heusse

      Airbus et Dassault voulaient vendre des avions aux suisses. Finalement, ils s’achètent des jeux video…

    • Et alors ?

      Votre démonstration tend à supposer que les USA ont peut-être favorisé les américains parce qu’ils n’ont envie de ne travailler qu’ avec eux. Bon très bien, et alors ai-je envie de dire ? C’est leur droit le plus légitime ! En plus, Ils sont DÉJA en étroite relation avec eux avec les F-18 et F-5 depuis de nombreuses années. De plus, la procédure d’appel ne répond à aucun impératif transnational, il est exclusivement national, et donc en la matière, les Suisses peuvent faire ce qu’ils veulent sans rendre de comptes à personne ! La France n’a qu’à aller se plaindre à Bruxelles si elle estime que la préférence Européenne n’est pas respectée ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.