Accueil » F-35 : au dernier moment, le Canada hésite

F-35 : au dernier moment, le Canada hésite

Le Pentagone et Lockheed Martin conduisent des négociations avec d’autres acheteurs potentiels, notamment le Canada, où le dossier est à l’origine d’une violente polémique politique. © Lockheed-Martin

C’est un coup de tonnerre dans le monde politique et industriel canadien : à la veille de confirmer sa décision de commander soixante-cinq Lockheed-Martin F-35A, le gouvernement d’Ottawa hésite. Stephen Harper, Premier ministre, laisse entendre que la décision est remise à plus tard, sans autre précision.

Ce nouvel épisode du dossier canadien du F-35, comme les précédents, manque singulièrement de transparence et les explications font cruellement défaut. En effet, les autorités canadiennes, à la recherche du successeur de leurs CF-18 vieillissants (77 avions qui doivent être déclassés dès 2020), ont retenu le F-35 sans appel d’offres, une manière de faire étonnante. Ce qui n’a pas empêché d’autres constructeurs de se porter spontanément candidats, exception faite de Saab.

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

8 commentaires

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • F-35 : au dernier moment, le Canada hésite
    Je vois mal les Canadiens faire faux bond à l’ami Américain. Amha toutes ces gesticulations n’ont pour but que d’obtenir beaucoup plus de compensations face aux coûts prohibitifs et toujours non maîtrisés du F 35.

    Répondre
  • F-35 : au dernier moment, le Canada hésite
    remarque sans importance mais le Super Hornet c’est F/A-18 et non A/F-18.
    En tout cas, je vois plutôt une manoeuvre du gouvernement canadien pour obtenir plus de contre-parties de la part des USA. Dassault joue le lièvre, une fois de plus…
    Ceci dit, si le Canada achète Européen, j’en serais comme beaucoup très ravi!

    Répondre
  • F-35 : au dernier moment, le Canada hésite
    Peut-être que le gouvernement canadien est refroidi par les incessantes mises à jour (politiques entre autres) du programme F35.
    Qui semble, soit-dit en passant, un programme ultra-dispendieux, comme on dit chez nos cousins d’Amérique.
    De plus, il semble que cet avion ne soit par parfait en plus d’un point.

    Répondre
  • F-35 : au dernier moment, le Canada hésite
    Il semble que la proposition de Dassault soit plus généreuse qu’agressive.
    Au-delà du transfert technologique intégral il y a aussi la possibilité de coopération sur les projets futurs d’avions ou de drones de combat.
    Cela aurait le mérite de remettre sur pied une industrie canadienne de l’armement volant sacrifiée sur l’autel de l’hégémonie US.

    Répondre
  • F-35 : au dernier moment, le Canada hésite
    le CF105 Arrow fut une expérience malheureuse de chasseur multifonctions canadien, dans la fin des années 50

    suite a l’augmentation du cout du projet celui ci fut abandonné et les prototypes volants détruits…

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Avro_CF-105_Arrow

    certaines des solutions de cet avion novateur se retrouvèrent sur le Mig 25 quelques années plus tard

    Répondre
    • par Vladimir Krementzoff

      F-35 : au dernier moment, le Canada hésite
      La version anglaise de l’article sur le CF-105 dit d’autres choses (que j’entends beaucoup autour de moi ici au Canada) :

      Durant la conception du CF-105, le Canada signe l’accord NORAD de protection mutuelle avec les États-Unis. Cet accord imposait – sciemment – des conditions inatteignables par Avro, dans le but de détruire tout constructeur militaire Canadien, potentiellement concurrent (le CF-105 surpassait la production américaine, inacceptable pour Washington), et Avro ne s’en est jamais remise. La légende dit que par vengeance, des responsables du projet auraient vendus des informations à l’URSS.

      L’histoire se répète avec le JSF, dont le but assumé par les É-U est de détruire l’industrie militaire européenne (et un maximum de concurrents).

      Répondre
  • F-35 : au dernier moment, le Canada hésite
    Bonjour, ça date de quand cette décision…de ne pas décider? Parce que dans cette affaire, je m’y perds un peu avec tous ces rebondissements.

    Répondre
  • par Vladimir Krementzoff

    F-35 : au dernier moment, le Canada hésite
    Les élections fédérales sont l’année prochaine, et l’opinion publique est très critique face aux dépenses stratosphériques liées à ce dossier (et cela, sans compter la mémoire collective qui n’a pas oublié le CF-105 Arrow).

    Donc normal que le gouvernement gèle un dossier aussi sensible.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(10) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.