Accueil » La Chine s’est lancée dans la poussée vectorielle

La Chine s’est lancée dans la poussée vectorielle

La Chine vient d’entrer dans le club restreint des nations capables de développer des avions de chasse hyper manœuvrants (USA et Russie). En témoigne la première démonstration au public du Chengdu J-10 B, au Airshow China 2018 (Zhuhai, 6-11 novembre 2018).

7.11.2018

Le chasseur chinois Chengdu J-10B dans un spectaculaire "cobra" dans le ciel de Zhuhai. © François Brevot / Aerobuzz.fr

Ce prototype J-10 B est l’ultime développement du monoréacteur J-10 de 4e génération, dont la version initiale (J-10 A) a été mise en service en plusieurs centaines d’exemplaires dans l’armée de l’air chinoise (PLAAF).

La semaine dernière, ce mystérieux J-10 B portant le numéro 1034, avait atterri  sur l’aéroport de Zhuhai. Aucun expert n’imaginait ce dont serait capable, son réacteur WS-10 Taihang couplé à une tuyère orientable dans tous les axes et inédite à ce jour. Dans cette configuration, ce prototype a effectué son premier vol, le 25 décembre 2017.

C’est donc par un grand ciel bleu, ce 6 novembre, que le J-10 B a pu enchainer toutes les figures déjà vues avec les Su-35 et Su-30 SM russes, le tout, en moins de dix minutes : reversement avec descente sur le dos, changements de cap autour de son centre d’inertie, ainsi qu’un « cobra » réalisé avec une souplesse déconcertante.

La semaine dernière, nombre d’observateurs avaient cru en un système plus sobre, évoquant même une simple tuyère en deux axes. Ces derniers ont donc pris une « douche froide », lorsqu’ils ont découvert les capacités réelles de ce système, qui finalement, est un ensemble de poussée vectorielle 3D analogue à celui que la Russie présenta sur le MiG-29 OVT au début des années 2000.

La Chine n’a pas peut-être pas fini de nous surprendre …

François Brévot

A propos de François Brevot

chez Aerobuzz.fr
François Brévot est un reporter globe-trotter, chroniqueur, et photographe, passionné d’histoire contemporaine, aéronautique et spatiale, et de géopolitique. Il écrit en particulier, sur l’aviation militaire moderne ou ancienne, française ou internationale, et de nombreux récits de voyages sur des destinations et musées à caractère aéronautique. Spécialisé sur les nouvelles puissances aériennes, il visite très régulièrement les salons aéronautiques émergents du nouveau Siècle, que ce soit en Russie, en Chine, en Asie, en Turquie, et se passionne pour les nations d’Europe centrale.

12 commentaires

  • Carbet

    Bonjour
    Certain que c’est impressionnant ! Mais pour faire quoi au juste ?
    Pour avoir une vitesse quasi nulle et se faire tirer mieux qu’une baudruche ?
    Pour ce que j’en dit moi , petit pilote de trapanelle , mais d’autres plus « sérieux » en ont parlé , pas particulièrement en bien , au moment de la sortie du SU30 ……..
    Pour faire parler et écrire c’est très bon
    Salutations

    • Bernard B.

      C’est une excellente question ,on peut se demander pourquoi on vante (et on vend) des chasseurs en mettant en avant la manœuvrabilité , certes impressionnante en démo mais ça sert à quoi alors que tout le monde possède des missiles qui tirent dans les coins ou en face à face et que le combat « canon » de ma jeunesse (lointaine) n’est plus qu’un exercice de mania.

      • James

        Il y a manœuvrabilité et figure de Pougatchev comme montré ici, le 1er est utile en opérations (voir ci-après), le second, on cherche encore…
        Depuis l’avènement des missiles, il y en a qui ont essayé d’ignorer le combat rapproché et ils ont vite rectifié le tir (sans jeu de mots) après (cf guerre du Vietnam). L’utilisation du missile longue portée n’est justifiée que quand l’ennemi est bien identifié (à longue distance aussi) et surtout qu’en cas de guerre ouverte. En temps paix (ou de guerre froide), comment « intercepter » un intrus militaire si l’on ne s’approche pas de lui et surtout qu’on sera incapable de se battre corps à corps si ça se passe mal?
        D’autre part, être agile permet dans certains cas de se soustraire à un missile qui vous poursuit!
        Et enfin, la poussée vectorielle permet de voler en croisière avec les gouvernes en position neutre, générant ainsi le moins de traînée possible.

  • Jean-Mi

    Je vais encore me faire des copains… Il n’est pour moi pas possible de faire du vectoriel « 3D » avec un seul moteur…
    Je m’explique…
    La tuyère peut s’orienter en 2D maximum, c’est à dire faire du tangage ou du lacet par déviation du jet. Impossible de créer du roulis en déviant le jet donc l’axe est le même que l’axe de roulis à quelques degrés près.
    Il faudrait des gouvernes dans le flux chaud du moteur, et si cela a été testé, personne ne l’applique en série.
    Sur les MIG29 OVT et Sukkoy 35, il y a deux moteurs, avec chacun une tuyère vectorielle 2D (tangage-lacet) indépendante. Il est alors possible de faire du vectoriel 3D car si l’un des moteur commande « tangage cabré » et l’autre moteur commande « tangage piqué », la résultante est bien du roulis, donnant l’effet 3D (tangage, lacet, roulis).
    On ne peut pas faire ça avec un seul moteur.
    La tuyère vectorielle du J10 est bien une tuyère 2D.
    Désolé…

    • LBE

      Bonjour Monsieur;

      Bonjour Monsieur

      Question:
      Pensez vous que votre explication soit suffisante pour être certain de ce que vous avancez ?
      En Europe même certains passionnés éclairés moyennant une technicité remarquable, obtiennent ce résultat : ici un J-10 au 1/5ème .
      https://m.youtube.com/watch?v=AKh6bd4LJRs
      Pourquoi ceci ne serait pas possible avec un pilote à bord ?
      Vous souvenez vous du MBB Rockwell X31 ? quoique ceci remonte à plus de 25ans, beaucoup se souviennent encore de son passage au Bourget ..

      L

      • James

        Il ne faut pas extrapoler les performances d’un avion de modélisme vers le véritable avion car en général les premiers ont un rapport poussée/poids bien supérieur à 1, dû à une structure très légère et une autonomie comptée en minutes.
        À part pour une mission d’interception qui ne dure pas très longtemps, un avion de chasse décolle avec un poids pas loin du maximum, pour avoir un max d’autonomie et/ou de charges utiles, donc avec un rapport poussée/poids inférieur à 1

      • Jean-Mi

        Bonjour,
        Etant moi-même pratiquant en jet modèle réduit sur le même genre de machine que celle visible en vidéo, je suis particulièrement bien placé pour annoncer ce que j’ai écrit, et que je maintiens donc.
        Il a été noté sur nos modèles réduits, et il n’y a aucune raison que ne soit pas le cas en « grandeur nature », que le flux de gaz chaud expulsé du moteur provoque une aspiration autour du fuselage, recréant ainsi un flux d’air autour de l’arrière du fuselage. Sur un avion à aile delta tel que le J10 ou le X31, quand le bord de fuite et donc les ailerons sont assez proche de la tuyère, il s’avère que les ailerons fonctionnent normalement (avec une efficacité moindre) alors que la vitesse est nulle !
        C’est ainsi qu’on récupère le troisième axe (le roulis). Par un effet secondaire purement aérodynamique, pas par une déviation du jet.
        On est bien sur des tuyères « 2D ». On voit bien sur la vidéo citée les ordres aux ailerons.
        La déviation du jet en tangage et lacet provoque un couple fort et immédiat donc pilotable.
        La déviation d’un jet monomoteur globalement coaxial à l’axe de roulis n’a aucune chance de provoque un couple suffisant pour provoquer un mouvement de roulis net et pilotable.
        Sur les Su-30, 35 et autres Mig 29OVT bimoteurs, c’est l’action différentielle opposé des deux tuyères indépendantes qui permet de provoquer un couple en roulis pilotable par déviation du jet uniquement, sans aide aérodynamique.
        « L’ensemble vectoriel » est bien 3D alors, permettant de piloter l’attitude en 3D de l’avion uniquement par déviation de jets.
        voir : https://i.pinimg.com/originals/9b/8d/10/9b8d10cda3516b5992da54b395e4c68e.jpg
        si le lien fonctionne…

      • LBE

        Merci pour ce commentaire (que je crois reconnaître )
        Donc , nous sommes bien d’accord, les tuyères 3D ne constituent en rien une obligation pour assurer la tenue en tangage.

        https://m.youtube.com/watch?v=x1E3xpePbmA
        Autre 2D …bimoteur cette fois
        https://m.youtube.com/watch?v=kAHcozimTsY

        Quant au 3D puisqu’on en parle, la complexité comparative aux avantages supposés est telle que même les russes ont fini par jeter l’éponge tirant peu ou prou les mêmes conditions conclusions que les américains 10 ans plus tôt ..
        https://www.quora.com/Why-was-F-15-ACTIVE-technology-never-integrated-into-USAF-F-15s

      • Jean-Mi

        Bonjour,
        Pour répondre à la question : les tuyères vectorielles sont impératives pour contrôler l’attitude de l’avion à partir du moment ou les gouvernes aérodynamiques ont perdu leur efficacité.
        C’est à dire sortie du domaine de vol habituel, par exemple décrochage, angle d’attaque supérieur à l’incidence de décrochage, vitesse très faible voire nulle, attitude exotique, etc… Ou manœuvres très violentes que ne peuvent faire les gouvernes seules pour des raisons d’efficacité ou d’inertie de l’avion (cobra par exemple).
        Mais oui, tout cela est complexe dont lourd et fragile…
        J’ai l’impression que les gens qui parlent de « tuyères 3D » confondent la capacité de la tuyère « à 360° » (tangage + lacet + mix de toutes les positions possible) et son action sur l’attitude de l’avion (tangage, lacet, roulis)

    • Speedjojo

      On peut imaginer sur une tuyère simple un système de volets dans le flux qui mette le jet en rotation, je ne sais pas si ça existe, mais la réaction d’un tel système produirait du roulis par réaction. Quelqu’un sait il si ça existe ?

      • Jean-Mi

        Cela a existé, et ça marche. Mais abandonné. Comme les palettes céramiques du X31.
        Il faut imaginer les efforts et conditions de travail de ces palettes de petites taille dans le flux chaud du moteur et même dans le flux chaud infernal de la post combustion !
        Ces palettes proches de l’axe de l’avion ont peu d’efficacité en roulis (bras de levier, couple) et grillent très rapidement et perturbent la sortie moteur.
        Beurk ! Impossible à maintenir en service « normal »
        Mais il me semble que c’est utilisé en marine derrière des hélices carénées… Sous-marins par exemple.

  • Nouvel

    Bravo pour la photo. Elle est magnifique.
    Pour le reste, il ne faut pas sous-estimer les chinois. Le temps ou ils ne faisaient que de pâles copies de matériels occidentaux est bien terminé. Désormais, ils innovent à grand train et c’est à nous de ne pas être à la traine… Suffit que 0.1% de leur population soit de bons scientifiques pour en avoir qq millions disponibles pour les labo de recherche!
    Les statistiques de publications scientifiques le confirment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.