Accueil » Le F-16 entre dans la légende

Le F-16 entre dans la légende

Lockheed Marin va livrer au Maroc le 4.500ème F16. A l'heure où les programmes d'avions de combat de cinquième génération, pénalisés par des déboires techniques et des dépassements de couts sont menacés par des réductions de commandes massives, le F-16, malgré ses quatre décennies d'existence affiche une bonne santé insolente.

7.05.2012

4.500 commandes au compteur et toujours… d'attaque ! Qui aurait cru, en 1973, lors du lancement du programme F-16 chez General Dynamics que l'appareil serait toujours là en 2012 ? A l'époque, le monde était en pleine guerre froide. Pour contrer les appareils soviétiques, principalement, les bombardiers TU-22 et TU-95 ainsi que les appareils tactiques MIG-25 et MIG-21, les F4 Phantom II et autres F-104 Starfighter montraient leurs limites. Pire, l'URSS se préparait à lancer sur le marché le MIG-23...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Martin R.

chez Aerobuzz.fr
Martin R. est le développeur et webmaster d’Aerobuzz depuis sa création en 2009. Développeur de formation, il a fait ses classes chez France Telecom. Il lui arrive d’oublier ses codes le temps de rédiger un article sur un nouveau produit multimedia ou sur un jeu.

3 commentaires

  • TVR

    Le F-16 entre dans la légende
    Cet appareil avait tout pour plaire : un moteur incomparablement plus puissant que l’Atar 9K50 du Mirage

    Petite précision : le F 1 proposé par Dassault lors du « marché du siècle » dans les années 70 à l’Allemagne, la Belgique et les Pays Bas, n’était pas équipé de l’Atar 9 K 50, comme les F1 déjà en service, mais du M 53, retenu ensuite pour le Mirage 2000.

  • mandrifano

    Le F-16 entre dans la légende
    Lors du dernier salon du Bourget, de nombreux experts se demandaient si la France, en parallèle au Rafale, n’aurait pas du adopter un chemin similaire, en poursuivant les évolutions du Mirage 2000, un avion polyvalent et abordable au lieu de s’obstiner dans le « tout Rafale ».

    Voila de sages paroles… mais comment la France aurait-elle pu financer deux programmes majeures, et ce, alors même que les coûts de développement du seul Rafale était déjà décriés ? La comparaison entre deux avions de combat est toujours intéressante. Il faut cependant également tenir compte de certaines réalités économiques…

    My two cents (d’euro ;- )

  • Djibi

    Le F-16 entre dans la légende
    Très intéressant.
    Enfin, bien que le F-16 soit un appareil d’une adaptabilité remarquable, la dimension politique reste malgré tout le meilleur « argument commercial » des produits américains.
    Je ne crois pas que ce soit des considérations budgétaires qui aient fait échouer le Rafale à Singapour ou encore en Corée du Sud…
    Quant à l’Eurofighter, largement plus onéreux que le F-16 mais aussi plus cher que le Rafale, il a déjà un marché à l’export bien développé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.