Accueil » Défense » Le Faucon Noir en mode autonome

Le Faucon Noir en mode autonome

Ne cherchez pas les pilotes. Ce Black Hawk qui vole à 100 kts est autonome. © Sikorsky

Le Black Hawk en complète autonomie. Sikorsky et la DARPA ont réalisé trois missions de ravitaillement ou d’évacuation de blessés, à l’aide d’un hélicoptère Black Hawk, en totale autonomie, sans pilote à bord.

C’est une nouvelle doctrine militaire qui vise à apporter un soutien maximum aux forces engagées sur le champ de bataille, au plus près de l’ennemi. Actuellement, cette mission est confiée aux hélicoptères, avec tous les risques que cela comporte pour les équipages. D’où les recherches menées par Sikorsky et la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency), l’agence du ministère de la Défense des États-Unis en charge de la recherche et du développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire. Elles visent à offrir la possibilité aux combattants d’engager sur le champ de bataille des hélicoptères pilotés, avec ou sans pilotes à bord, pour des missions de ravitaillement ou d’évacuation sanitaire. L’idée est d’utiliser des hélicoptères autonomes dans un espace aérien dangereux.

Une mission de longue durée au-dessus de la base d’essais de Yuma de l’armée américaine a permis de démontrer que l’hélicoptère Black Hawk à pilotage optionnel pouvait voler sans pilote ni équipage. © Sikorsky

Sikorsky et la DARPA viennent d’effectuer trois vols sur la base d’essais de l’US Army à Yuma au cours desquels ils ont réalisé un ravitaillement et une évacuation des blessés par un hélicoptère utilitaire autonome. L’appareil UH-60A Black Hawk à pilotage optionnel, équipé d’un système de commande de vol électrique à pleine autorité, a utilisé le système d’autonomie de la technologie Matrix de Sikorsky pour effectuer les missions.

« Sans aucun humain à bord, l’avion a volé à 100 nœuds, pour livrer une grande quantité de produit sanguin, une charge externe et secourir un blessé.« , a expliqué Igor Cherepinsky, directeur de Sikorsky Innovations.

Chargé de 14 boîtes contenant 400 unités (226 kg) de sang fixées au plancher de la cabine, l’hélicoptère a parcouru 83 miles (133 km). Au cours du vol de 50 minutes, il est descendu jusqu’à 200 pieds (61 m) au-dessus du sol, dans la vallée, pour masquer sa signature tout en maintenant une vitesse de 100 nœuds.

Alors qu’il transportait une charge externe, l’hélicoptère autonome Black Hawk a été redirigé par un contrôleur au sol situé sur le site d’atterrissage afin de libérer sa charge, puis d’atterrir pour évacuer une victime. © Sikorsky

Lors d’un autre essai, le Black Hawk a décollé avec une charge externe de 1.179 kg (2.600 lb) attachée à une élingue de 12 m suspendue au crochet de charge. Il a volé à 100 nœuds pendant 30 minutes jusqu’au site d’atterrissage désigné. Lors de l’approche, Sikorsky a démontré comment un opérateur au sol équipé d’une radio sécurisée et d’une tablette peut prendre le contrôle de l’appareil autonome. Le contrôle au sol de l’hélicoptère a simulé un scénario dans lequel une menace devait être neutralisée près du site d’atterrissage.

L’opérateur au sol a ordonné à l’appareil de larguer sa charge sur le sol en toute sécurité, puis a demandé à l’hélicoptère d’atterrir sur un site proche pour évacuer une victime.

Un mannequin sur une civière a été rapidement chargé dans la cabine, et l’opérateur au sol a ordonné à l’appareil de se rendre à un hôpital de campagne. Pendant le vol, le système de surveillance de l’état de santé Batdok a relayé les signes vitaux du patient mannequin au personnel médical au sol via le système de communication de l’hélicoptère.

Un blessé est chargé à bord de l’hélicoptère Black Hawk sans équipage. © Sikorsky
La tablette Batdok (à côté de la tête du mannequin) surveillait et relayait en temps réel l’état de santé du patient mannequin à une station au sol via le système de communication de l’appareil.© Sikorsky

L’hélicoptère Black Hawk utilisé pour les démonstrations autonomes est piloté de manière optionnelle, ce qui signifie que le même appareil peut être piloté par deux pilotes, un pilote ou aucun pilote, en fonction des exigences de la mission. Contrairement à d’autres aéronefs inhabités qui dépendent d’un pilote au sol pour leur pilotage, le système Matric donne le contrôle total à l’ordinateur de bord, qui compile un plan de vol basé sur des données de haut niveau, telles que l’emplacement de la destination, la distance et la topographie.

« Nous pensons que la technologie Matrix est prête à être transférée à l’armée, qui cherche à moderniser sa flotte d’hélicoptères et à acquérir les futurs appareils à décollage vertical« , a déclaré Igor Cherepinsky.

Martin R.

Martin R. est le développeur et webmaster d’Aerobuzz depuis sa création en 2009. Développeur de formation, il a fait ses classes chez France Telecom. Il lui arrive d’oublier ses codes le temps de rédiger un article sur un nouveau produit multimedia ou sur un jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

array(2) { [0]=> int(10) [1]=> int(11) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(10) [1]=> int(11) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.