Accueil » Première pour la Patrouille de France 2018 et son nouveau leader.

Première pour la Patrouille de France 2018 et son nouveau leader.

La première présentation publique de la PAF, qui a eu lieu le week-end dernier sur l’aérodrome Gap-Tallard, avait une saveur particulière pour les huit pilotes. D’abord parce que leur entrée en scène s’est faite en montagne. Ensuite parce qu’en fin d’intersaison, la formation a été contrainte de changer de leader.

15.05.2018

La figure de l’éclatement toujours aussi impressionnante notamment au dessus des reliefs tous proches. © Equipe voltige armée de l’Air (EVAA)

Plus de 30.000 personnes ont convergé le weekend dernier vers l’aérodrome de Tallard, près de Gap, dans les Hautes-Alpes, pour assister au premier grand meeting aérien de la saison 2018. C’était aussi pour la Patrouille de France, invitée d’honneur, sa première présentation publique, trois jours seulement après la validation de son programme 2018 (9 mai), par le chef d’état-major de l’armée de l’air à Salon de Provence, le général André Lanata. Les conditions météorologiques étaient bonnes mais venteuses, de quoi rajouter un peu d’adrénaline.

Le lieutenant-Colonel Gauthier Dewas, leader 2018, nous a livré ses impressions : « Une première c’est toujours beaucoup d’émotion, et de fierté. C’est aussi l’opportunité de vérifier que tout ce long travail de préparation, six mois au total, s’applique sur tous les types de terrains et en toute sécurité. Commencer par Gap n’est pas simple ! Il a fallu s’adapter. »

Pas moins de quatre repérages avant le jour J

La formation a l’habitude de repérer systématiquement le terrain au moins une fois quelques jours avant la démonstration publique. Il s’agit notamment, pour le pilote envoyé en reconnaissance de vérifier l’axe de présentation et de noter les obstacles environnant, par exemple des lignes haute tension ou tout autre danger potentiel, deux à trois passages suffisent.

La patrouille de France repère le terrain de Tallard au plus près des reliefs. © Equipe voltige armée de l’Air (EVAA)

A Gap-Tallard, c’est une toute autre histoire. « Ce site montagneux nécessite un entrainement spécifique pour adapter nos trajectoires. Au total, nous sommes venus quatre fois en repérage. Le leader solo est venu valider le site il y a quatre mois. Ensuite, je suis venu il y a deux mois, puis trois jours avant le meeting pour m’entrainer tout seul avant de revenir la veille avec mes équipiers pour effectuer la démo complète. »

Une présentation dans le relief

Les chanceux gapençais ont ainsi eu droit à deux représentations. Pour les pilotes, cette répétition de la veille permet de parfaire la synchronisation et notamment d’évoluer selon des repères sols différents. « Ici il y a du relief tout autour, jusqu’à 2500 pieds d’altitude (750 mètres) à proximité de la piste, donc les portes de sorties des figures se ferment. À la différence d’un terrain plat au niveau de la mer, il faut décaler et adapter les trajectoires pour aller là où il reste un peu de place afin de sortir du cube de démonstration en toute sécurité. 

Le danger, c’est donc les montagnes. Une seconde d’inattention perdue vous rapproche des parois et des falaises. A trente mètres du sol, sur le dos, vous les voyez arriver à près de six cent kilomètres heure. Il faut mentalement admettre qu’en face de nous il y a un mur. Mais nous avons répété les gestes des centaines de fois. Et tout se passe bien » précise le Lieutenant-Colonel.

Une patrouille, deux leaders

Gauthier Dewas a déjà été leader, en 2012. Cette fois il a aussi du s’adapter mentalement et humainement pour une autre raison. Il y a quelques moins encore, alors directeur des équipes de présentation de l’armée de l’Air, il était probablement loin de penser qu’il reprendrait sa place de numéro 1 des tricolores du ciel. Il a en effet remplacé le commandant Nicolas Lieumont, alors leader, contraint d’abandonner son poste au pied levé fin février 2018 pour raison médicale.

Le lieutenant Colonel Gauthier Dewas, sourire aux lèvres, une première journée réussie, et une saison prometteuse. © Jérôme Bonnard/Aérobuzz.fr

L’entrainement hivernal était déjà bien avancé, et l’élaboration du nouveau programme achevée. « Ce sont des processus qui peuvent arriver dans la vie d’un pilote de chasse ou de la Patrouille. C’était difficile pour le leader sortant de laisser le flambeau, mais cette année en fait nous avons non pas un mais deux leaders. Celui qui a préparé la démonstration, et l’autre qui enchaine derrière lui.

Pour moi, plus particulièrement, ce fut une remise en question et beaucoup de travail. Je me suis raccroché à mon expérience de pilote de chasse et mes presque quatre mille heures de vols. Nous faisons un métier où l’on est préparé pour s’adapter en peu de temps et surtout en toute sécurité », explique Gauthier Dewas.

La nouvelle figure du programme 2018 porte le nom d’Arnaud Beltrame, en hommage au gendarme tué le 24 mars dernier dans l’Aude lors d’une attaque terroriste. Il s’agit d’un souhait du nouveau leader.

Jérôme Bonnard

 

A propos de Jérôme Bonnard

chez Aerobuzz.fr
Journaliste polyvalent, JRI (journaliste reporter d’image), et pilote sur ULM multiaxes, Jérôme est aussi vice-président de l'AJPAE (Association des Journalistes Professionnels de l'Aéronautique et de l'Espace). Il a couvert tous types d'actualités en France comme à l'étranger pour différents médias TV ( France 24, Arte, Itele, M6, Public Sénat...). Il a été co-finaliste du Prix Albert Londres 2012 pour sa couverture du conflit Libyen en 2011. Il est surtout passionné par tout ce qui vole depuis son plus jeune âge. Il réalise des reportages (Aerostar TV), ainsi que des films courts pédagogiques et découvertes (FFPLUM, FFAM, Ozelys...). Il vient de rejoindre l'équipe d’Aerobuzz.fr…

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.