Accueil » Le Rafale et les autres à l’épreuve de l’hiver finlandais

400

Profitez de tout Aerobuzz à vie pour 400€ seulement

J'en profite

Le Rafale et les autres à l’épreuve de l’hiver finlandais

Dans le but de choisir le successeur de ses F/A-18C/D, la Finlande organise en janvier et février 2020 une évaluation in situ des prétendants. Les tests de performances « HX Challenge »  opposant les Typhoon, Rafale, Jas-39 Gripen, F/A-18 E/F, et F-35, se dérouleront en Finlande, sur l’aéroport Satakunta de Pirkkala.

5.11.2019

Le gouvernement finlandais a prévu 11 milliards de $ de budget, pour le remplacement des Hornets, qui devraient être livrés de 2025 à 2030. © François Brévot / Aerobuzz.fr

Le « HX Challenge » évaluera les performances de chaque avion de chasse, testé dans l’environnement et le climat rude de Finlande, et intégré dans un cadre d’emploi technico-opérationnel spécifique aux forces armées locales. Ces dernières apporteront leur concours actif avec leurs équipements, lors ces essais. Le ministère de la défense finlandais souligne qu’ « une autre raison importante pour effectuer des tests en Finlande est que l’environnement d’exploitation et les méthodes de fonctionnement finlandais peuvent différer des conditions météorologiques et d’éclairage des autres utilisateurs. Les conditions hivernales ont une incidence sur le fonctionnement du chasseur multifonction, et en particulier sur les performances des systèmes électro-optiques, mais aussi éventuellement sur d’autres systèmes actifs et passifs. »

Ainsi les capacités des candidats seront testées en combat aérien, et en missions air-sol, anti-navire, ou de reconnaissance. Un ordre chronologique de passage, leur a été donné : le Typhoon, volera du 09/01 au 17/01/2020, le Rafale, du 20/01 au 28/01/2020, le Gripen, du 29/01 au 06/02/2020, le F-35, du 07/02 au 17/02/2020, et le F/A-18 E/F Super Hornet, du 18/02, au 26/02/2020.

Cet « événement test » est donc la première étape de l’évaluation des performances. La première étape consiste à vérifier les performances du chasseur multifonction et de ses systèmes, ainsi que les exigences en matière de maintenance de la machine.

La deuxième étape utilise des données vérifiées et des valeurs de performance dans l’événement test. Cette phase vise à déterminer le succès des quatre groupes d’aéronefs dans les scénarios décrits dans l’appel d’offres. Les sondages donnent des valeurs métriques telles que la survie au combat, la capacité à accomplir des tâches et la capacité de détruire votre adversaire. La deuxième étape est mise en œuvre avec des simulateurs virtuels et les mesures résultantes sont utilisées dans un jeu de guerre simulé, qui place les candidats par ordre de préférence.

La troisième étape de l’évaluation des performances à la fin de 2020 examinera l’efficacité opérationnelle du système HX de chaque candidat en jouant et en simulant un jeu de guerre à long terme. Dans cette simulation, le candidat HX avec tous ses systèmes fait partie du système de défense finlandais. C’est la seule étape dans laquelle les candidats sont classés.

Si de nombreux autres aspects seront pris en compte pour l’attribution du marché, chaque constructeur verra, dans cette campagne de tests grandeur nature, une chance à saisir, pour se présenter comme le mieux « armé » pour remplacer les 64 F/A-18 C/D Hornet en service dans la « Ilmavoimat » ( armée de l’air ), à partir de 2025.

François Brévot

A propos de François Brevot

chez Aerobuzz.fr
François Brévot est un reporter globe-trotter, chroniqueur, et photographe, passionné d’histoire contemporaine, aéronautique et spatiale, et de géopolitique. Il écrit en particulier, sur l’aviation militaire moderne ou ancienne, française ou internationale, et de nombreux récits de voyages sur des destinations et musées à caractère aéronautique. Spécialisé sur les nouvelles puissances aériennes, il visite très régulièrement les salons aéronautiques émergents du nouveau Siècle, que ce soit en Russie, en Chine, en Asie, en Turquie, et se passionne pour les nations d’Europe centrale.

9 commentaires

  • Marcello

    Sur le visuel officiel du programme, Rafale et F/A-18E sont côte a côte, le Gripen en embuscade dans leur « 6 heures », Eurofighter et F-35 en outsider, au sens propre du mot.

    😎

  • Rufus

    Le ne le sens pas trop.
    Dassault garde un fort mauvais souvenir de l’évaluation précédente où le Mirage 2000-5 avait été qualifié, je cite, de « pratiquement parfait » par les autorités finlandaises.
    Le -5 avait fait TRES grosse impression lors de l’éval tac, les anciens de chez DA peuvent le confirmer.
    Pourtant devinez qui fut choisi ?
    En cassant les prix sur le neuf et en se rattrapant sur la maintenance (un coup classique) Boeing avait emporté la mise….
    Conclusion je suis sceptique…..

    • Vladimir_K
      Vladimir_K

      Les finlandais ont très mal vécu leur expérience avec les F-18, beaucoup de promesses des américains n’ont pas été tenues, les appareils se sont avérés moins fiables que prévus, et la présence d’officiers américains sur le territoire finlandais, ça les a pas mal dérangé.

      De plus, ils ne font pas partie de l’OTAN ; bon, c’est vrai que leurs politiques sont très tentés d’entrer au club, mais la population est toujours majoritairement contre (mais pour combien de temps), malgré l’atlantisation de la société finlandaise et les pouvoirs de communication des américains.

      Pour moi, les jeux ne sont pas joués. J’aimerais beaucoup que Dassault gagne, mais le Gripen présente des avantages non négligeables : les suédois et les finlandais sont malgré tout très proches, l’appareil est moins cher, et il n’est suédois que sur le papier, donc à défaut de vendre leurs engins, c’est un compromis acceptable pour l’Oncle Sam.

  • Kekelekou

    Merci pour l’article!
    Juste une remarque linguistique : on ne dit pas LA Ilmavoimat, mais LES Ilmavoimat, puisque le -t final est la marque du pluriel en finnois (au nominatif).
    Ilma (ciel) + voima (force) + t (pluriel) = Les forces aériennes

  • SEANGEL

    L’évaluation des candidats est un habillage. Ce sont d’autres facteurs qui rentrent en jeu. Il faut le savoir avant d’apporter un jugement ou une conclusion sur la valeur des avions candidats.
    Un anonyme du milieu….

    • Vladimir_K
      Vladimir_K

      Le fait est, que les finlandais ont très mal vécu leur expérience avec le F-18, même si celui-ci réapparait dans l’étude. La plupart des appareils sont surdimensionnés pour les besoins réels de l’armée de l’air finlandaise (contrôler les liners de l’armée russe, et encore – ils préfèrent les suivre au radar et envoyer une lettre de protestation à la Russie, ça coûte moins cher).

      Donc l’élément principal qui entrera en ligne de compte, c’est ce que les constructeurs ont à offrir à la Finlande, notamment en terme de transfert de technologie, et de sous-traitance.

    • Gypaète

      Au hasard, je pencherai pour un avion américain retenu 😉
      Ce qui m’amène à une autre question : quels sont les pays qui étaient équipés d’avions américains et qui ont renouvelés leur flotte par des avions non américains ?

      • Vladimir_K
        Vladimir_K

        La Thailande a remplacé ses F5 par du Gripen.
        Les Saoudiens ont acheté de l’Eurofighter.

        Même les gardes-côtes US achètent du matériel français, alors qu’ils ont quelques constructeurs d’hélicoptères par chez eux.

  • Vladimir_K
    Vladimir_K

    Tous ces chasseurs vont pouvoir croiser le vénérable Mig 25, qui a été acheté par un particulier dans les années 90, restauré, et… interdit de vol (l’armée de l’air finlandaise ne voulait pas qu’un privé ait un appareil plus puissant que les siens – on peut comprendre) trône à l’aéroclub de Tampere.

    Blague à part, Tampere (Pirkalla) est un choix intéressant car assez central, et donc éloigné des frontières, mais je suis prêt à parier que l’armée de l’air russe cherchera à récupérer un maximum d’information sur les chasseurs occidentaux (à priori il ne devrait pas s’agir de modèles adaptés pour les salons aériens).

    Les finlandais pourront-ils tester les avions à pleins potentiels sans trop griller d’informations ? Comment les constructeurs vont-ils gérer la chose ?

    Je souhaite à l’équipe Rafale de gagner, ce serait une belle revanche sur Boeing qui a réussi à « fourguer » ses F-18 dans des conditions défavorables à la Finlande, alors que les M2000 étaient plus appropriés, mais attention au Gripen américano-voisin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.