Accueil » Retour sur une saison bien remplie pour la Patrouille de France

Retour sur une saison bien remplie pour la Patrouille de France

La Patrouille de France s'envole d'ici quelques jours pour les Emirats arabes unis où elle va participer au Dubaï Airshow (17-21 novembre 2019). Une ultime présentation en forme de "rappel" qui arrive au terme d'une année riche en événements.

6.11.2019

Fin d'une année riche en événements pour la Patrouille de France. Le leader et deux pilotes laissent leur place à la "relève"... Une occasion de dessiner une dernière fois le drapeau tricolore. © PAF

Alors que la période des meetings 2019 s’achève sur plus de quarante présentations en vol en France et à l’étranger, un grand nombre de défilés et passages et une représentation marquante hors de nos frontières à l’occasion de l’European Tour, la Patrouille de France 2019 commence progressivement sa mutation vers la saison prochaine. La routine pourrait-on dire pour notre formation nationale ? Et pourtant !

Une année chasse l’autre et aucune d’entre-elles ne se ressemblent. Si l’institution et la mission restent identiques depuis sa mise sur les fonts baptismaux,  les hommes qui la composent et la font vivre en sont l’âme et chaque leader va donner, une année durant, le meilleur de lui-même pour que « sa » patrouille, fusse t’elle éphémère dans une histoire de presque sept décennies, reste dans les mémoires.

La préparation du vol, et la « musique » où les pilotes « mentalisent » l’enchaînement des figures, sont des moments primordiaux dans la réussite de la présentation © François Blanchard

Mais que peut-on encore écrire à propos de la Patrouille de France qui n’ait pas déjà été dévoilé ? C’est une question que l’on peut se poser lorsque l’on connait le nombre important d’ouvrages édités et d’articles publiés, qui le plus souvent lèvent le voile sur le fonctionnement de la Grande Dame, même dans ses recoins les plus retranchés. Et pourtant, il reste tellement à découvrir.

Départ en vol… Les 10 Alphajet sont alignés sur le parking. Les spotters noterons que la dérive de l’un des deux avions « spare » arbore encore une ancienne décoration © PAF

L’entrainement hivernal dès novembre

L’entrainement de la nouvelle équipe commence tôt, dès le début du mois de novembre, alors que se termine à peine la saison précédente. Si l’équipe restante après le départ des 3 pilotes sortants (le leader et deux équipiers parmi les plus anciens) prend quelques vacances, les 3 nouveaux pilotes, adoubés par l’équipe au cours de la saison précédente, vont commencer rapidement les vols en patrouille… Il n’y a pas de temps à perdre…

Le mois de mai qui marque le début de la saison suivante sera bientôt là et même si ces trois « Schtroumpfs » disposent  d’une importante expérience de chef de patrouille de chasse dans leurs escadrons respectifs, le pilotage au sein de la PAF est totalement différent « j’ai quasiment dû réapprendre à piloter lorsque je suis arrivé à la PAF, avec une très grande précision et surtout à utiliser essentiellement le trim qui amène plus de fluidité au pilotage plutôt que les actions sur le manche… » explique l’un des pilotes « il faudra revenir sans doute à une pratique plus conventionnelle lorsque nous retournerons en unité… ».

Deux vols quotidiens marquent l’entrainement hivernal. le plus souvent le vol du matin s’effectue sur le site d’Orange Plan de Dieu et le second à la verticale de la BA 701 de Salon de Provence. © PAF

Intégration progressive des nouveaux pilotes

Ces 3 pilotes entrants  vont alors multiplier les vols « en double » pendant 3 semaines avant de prendre leur place définitive dans le « box avant » (4 avions) et poursuivre cet entrainement bi-quotidien, dans un objectif de recherche permanente d’amélioration de la tenue de place et de l’accoutumance à la proximité des autres appareils.

Les étapes vont se franchir « step by step » de novembre à janvier, jusqu’à la boucle à 8 avions. Et même si cette étape importante est un constat gratifiant pour tous dans le parcours, marquant pour tous l’aboutissement d’une bonne partie du travail attendu, il reste encore un long chemin à parcourir où séances de sport, briefings, deux vols quotidiens, debriefings, continuent à s’enchaîner à un rythme endiablé.

Ce degré franchi, qui s’accompagne le soir même d’une émouvante cérémonie où  les trois nouveaux se voient remettre l’insigne de l’unité et le casque peint aux couleurs de la PAF est une des traditions propre à cet escadron très particulier, comme il en existe au sein de toutes les unités de l’armée de l’Air.

La Patrouille de France au service du rayonnement de l’Armée de l’air

Pour le leader, la responsabilité est multiple, en vol et au sol… Il aura, une année durant à diriger et conduire sa patrouille, à lui donner le rythme, à apporter sa propre sensibilité dans la présentation, mais aussi à en définir les axes de communication…

Il a, en ce sens,  parfaitement conscience que la formation qu’il commande est un outil puissant permettant le rayonnement de l’Armée de l’Air et plus généralement des ailes françaises, auprès des millions de spectateurs qui assistent aux démonstrations.

Le meeting de France de Dijon fut l’occasion de réunir en une seule formation les deux patrouilles de jets Françaises. © PAF

Ainsi, en 2019, le Commandant Clément,  (« Roots » de son nom de guerre), a souhaité, avec ses équipiers, montrer dans l’hexagone et partout où la patrouille se produisit à l’étranger, la beauté et la technicité de l’aéronautique, « dans sa diversité et sa richesse » précise t’il, et montrer au public «… que l’Armée de l’Air n’est pas refermée sur elle-même, ne dévoilant  que le savoir faire de ses hommes et la qualité de ses matériels, mais peut être un outil aidant à la promotion de l’Aviation Française dans son ensemble… ».

La Patrouille de France parraine, tous les deux ans, une nouvelle association caritative. Fin septembre 2019, lors de la mise en place pour le meeting du Centenaire du Musée de l’Air au Bourget, la PAF a survolé, à Saint-Cloud, le départ d’une course à pied organisée au profit d’Imagine for Margo qui lutte contre le cancer infantile © Imagine for Margo

Formations multiples

Cette saison écoulée sous son commandement a donc vu un développement important de passages à la verticale d’événements divers où la PAF n’était pas toujours attendue (Coupe du monde féminine de football, Armada de Rouen, Solidays, Foire de Beaucroissant, événements caritatifs …)

Dans les ailes de l’Atlas A400 M, le gros porteur de l’Armée de l’Air qui accompagne parfois la PAF dans ses déplacements les plus lointains. © PAF

A ces  passages se sont ajoutés des défilés en formations complexes avec les Ambassadeurs de l’Armée de l’Air (EVAA, Rafale Solo Display, Alphajet Solo Display, A400M Tactical Display), d’autres patrouilles civiles ou militaires (Tranchant à la Ferté Alais, Breitling Jet Team à Dijon, Red Arrows au Riat, Krila Oluje en Croatie) et quelques avions de ligne ou gros porteurs (Boeing 777 à la Ferté Alais, A 380 à Granville, Airbus Zéro G…) ou encore accompagnant le formidable dispositif aérien composé de l’ensemble de la famille Airbus,  lors de la célébration à Toulouse du 50ème anniversaire de l’avionneur Européen.

Probablement la plus importante patrouille « composite » jamais constituée… La famille Airbus au grand complet accompagnée par la Patrouille de France dans le ciel Toulousain. Une belle vitrine du savoir-faire français ! © Airbus Group

Ce type de formation, réunissant des appareils aux performances bien différentes nécessite un important travail de préparation pour arriver à tenir a cette parfaite symétrie © PAF

Le second axe de communication  plus « corporatiste » pourrait-on penser, illustre la fraternité entre les militaires et les unités combattantes engagées en Opérations Extérieures.  Cette volonté d’associer les « frères d’armes en OPEX » à la communication de la patrouille ne se limite pas aux Aviateurs. Elle révèle, au-delà de toute considération patriotique, l’esprit de solidarité et de fraternité qui se dégage entre les militaires, toutes armes confondues, et la générosité de l’équipe qui n’oublie pas que si certains ont la chance de « briller » en public, d’autres retenus sur des territoires lointains ne sont pas oubliés pour autant.

En guise de clin d’œil à la période ou la Patrouille de France était équipée de Fouga Magister (1956 à 1980), La PAF 2019 a effectué un vol combiné avec les cinq CM 170 de la Patrouille Tranchant, lors du meeting de la Ferté Alais © PAF

La saison d’été et les meetings… Un train d’enfer !

Le mois de mai, qui signe le départ de la saison des meetings arrive vite alors que le sentiment pour les nouveaux de ne pas avoir achevé parfaitement la période d’entrainement est encore bien vif. Après une semaine d’acclimatation en milieu marin sur la Base Aérienne 126 de Solenzara, les validations de la commission de Sécurité des Vols et du Chef d’Etat Major, la ronde des meetings démarre en trombe et la période d’errance programmée pour toute l’équipe débute, pour un peu plus de 5 mois. Les semaines se compriment…

Décollage le jeudi matin de Salon de Provence pour un entrainement sur le premier site où aura lieu le meeting du dimanche, vol de reconnaissance, opération presse et Relations Publiques, rencontre avec les élus et autres autorités… La mission se déroule à rythme soutenu.

Croisement « bi-box » … une figure nouvelle de la série 2019 © François Blanchard

Décollage le lendemain matin pour le second site qui accueillera la patrouille le samedi, briefing de la mission, nouvel entrainement, reconnaissance des axes et prises de repères,  debriefing… nouvelle opération de RP… démo pendant le meeting… Immersion dans le public, autographes… Peu de repos car il n’est pas rare que l’organisateur ait prévu une soirée… et départ le dimanche matin pour une mise en place sur le second meeting du week-end… Bis Repetitat !

La présentation terminée, la « mission » n’est pas finie pour autant. L’immersion des pilotes dans le public est un moment fort de la vie de la Patrouille de France. © PAF

Gérer les imprévus

L’accident du 25 juillet 2019 à Perpignan qui a contraint, à l’atterrissage, le Capitaine Jean Philippe (équipier N°2) à s’éjecter à la suite d’une panne de frein, a privé la PAF de l’un de ses pilotes pendant tout le temps de sa convalescence, et l’a obligé à le remplacer jusqu’à la fin de la saison. Au delà de l’impact psychologique pour l’ensemble de l’équipe, c’est la structure même de la formation qui s’est vue fragilisée. Pour autant le calendrier a pu être honoré, bien au delà de toute espérance.

Hors les frontières hexagonales

La fatigue s’installe insidieusement mais conscients de la mission de représentation qui les porte, pilotes et mécaniciens se doivent d’être disponibles et présents, répondre aux mille questions dont le public les assaille, faire « bonne figure » tout le temps, quelle que soit la charge de travail… Et le cycle continue, dans un schéma pourtant  identique à celui de la veille mais toujours nouveau, obligeant l’équipe à découvrir et adapter les exigences liées à la mise en œuvre de cet important dispositif.

Lors de sa tournée Européenne, la formation survolera des sites emblématiques. La verticale de l’Acropole et de son Parthénon restera dans les mémoires de l’équipe 2019. © PAF

La saison peut être entrecoupée d’une ou plusieurs tournées hors des frontières, sur invitation de pays étrangers. La mission de rayonnement s’applique alors pleinement. Si les grands périples tel que celui de 2017 pour commémorer l’entrée en guerre de l’Amérique aux côtés de la France fut, comme celui en Extrême Orient quelques années plus tôt, des moments qui ont marqué l’histoire  de la patrouille, 2019 vit la formation s’envoler pour une tournée Européenne mi septembre pour l’Italie et pour la République Tchèque, la Croatie et la Grèce… L’occasion de réaliser de nouvelles belles rencontres.

Une nouvelle saison se termine

Intégration de nouveaux pilotes dès le début du mois de septembre, départ programmé de trois anciens, changement des places dans la formation future et reprise prochaine de l’entrainement d’hiver. Autant de bouleversements qui attendent la Grande Dame, accordant peu de répit à ses hommes, à tous les postes et à tous les niveaux de responsabilité.

La Patrouille de France étant renouvelée par tiers chaque année, 3 nouveaux pilotes sont sélectionnés et « choisis » par l’équipe en place au cours de la saison. Lors de la dernière présentation, ces trois pilotes présentent le drapeau et les armes pendant toute la durée du vol et de la cérémonie de passage de commandement. © PAF

La « Der » (comprendre dernière présentation de l’année) se profile… Elle a lieu traditionnellement la première quinzaine du mois d’octobre et permet à la Patrouille de France de réunir famille et amis sur sa base de Salon de Provence… En ce 16 octobre, les Ambassadeurs sont au rendez-vous…

L’EVAA ouvre le bal avec une présentation à haute adrénaline… Rafale et Alphajet Solo Display, dont les pilotes titulaires laissent leur place en 2020, rivalisent de brio… La PAF ce jour-là, en vol, offre le meilleur d’elle-même, dans une présentation formidablement rythmée et présente.

Passage de commandement entre le leader 2019 et son « charognard », futur leader de la saison prochaine. A cette occasion Le Cdt Clément agrafe la plaque de poitrine au Cdt Samuel, qui présidera à la destinée de la formation en 2020. © PAF

La cérémonie de passage de témoin qui s’ensuit, à l’image du leader 2019, à la fois simple et chaleureuse,  n’en est pas moins émouvante…. L’essentiel se dégage des discours où le sens de la mission, la cohésion et la camaraderie s’expriment à chaque mot.

« One team, one fligth » … C’est bien à tout le personnel qui compose la formation que le slogan 2019 est dédié. Un seul maillon manquant et l’unité est fragilisée… L’accident du 25 juillet l’a démontré mais l’équipe a su faire face et honorer ses engagements. © PAF

Cette saison, un peu plus longue cette année  que les précédentes, peut-être un peu plus compliquée aussi,   verra son terme au retour des Emirats Arabes Unis où la PAF est invitée à participer au Salon Dubaï Airshow, du 17 au 21 novembre 2019.

La saison est finie. L’équipe des mécaniciens entre en scène. Le moment est venu de prodiguer les soins nécessaires aux avions, très sollicités tout au long de l’année. © PAF

Dès le lendemain, les avions rentreront au hangar pour les grandes visites annuelles sans pour autant que l’activité de la patrouille qui poursuit les entraînements en soit ralentie… La vie de la Grande Dame continue !

Philippe Chetail

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Philippe Chetail

chez Aerobuzz.fr
Président d’Airshow, spécialiste de l’organisation de manifestations aériennes, Philippe Chetail a organisé plus de 230 meetings aériens depuis 1973. Egalement co fondateur de France Spectacle Aérien, il est l’un des meilleurs connaisseurs européens de tous ceux qui gravitent autour des spectacles aériens. Il a rejoint Aerobuzz en juillet 2011. Philippe Chetail couvre, en particulier, l’aviation de collection et les évènements aéronautiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.