Accueil » Super Rafale

Super Rafale

© Dassault Aviation - A. Pecchi

par Frédéric Lert

Et 42 de plus ! Avec l’Indonésie, Dassault décroche un nouveau client export pour le Rafale, le septième, et au bas mot deux ans de production. Cette vente, conclue après d’âpres négociations, confirme que le chasseur de Dassault est un avion sain, très capable, petit mais costaud (9,5 tonnes d’emport pour 10 tonnes à vide).

Le...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

5 commentaires

array(2) { [0]=> int(10) [1]=> int(4415) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Ou alors plutôt un Rafale de guerre électronique et de suppression des défenses sol-air à l’instar des F-18 Growler.

    Répondre
  • Je n’ai sans doute pas les qualités requises (qu’ont peut-être d’autres) pour me lancer dans un débat géopolitico-mondialostratégique sur fond d’antiaméricanisme de bon (?) aloi, mais je trouve que l’idée d’un Super Rafale n’a rien d’incongru. Parlons peu, faisons, agissons, construisons.

    Répondre
  • Et pourquoi pas, plutôt, un « mini Rafale » mono-réacteur, moins onéreux, donc plus facile à exporter, et permettant à son acquéreur de massifier sa flotte, afin de répondre au besoin des conflits de haute intensité, à l’image du Su-75 Checkmate, créé par Sukhoï tout spécialement pour l’exportation ?

    Répondre
    • par Jean Baptiste Berger

      Pour ça ce sera difficile de faire mieux que le Mirage 2000 ….
      Et pour ce qui est du SCAF, j’espère qu’on ne va pas s’embringuer là dedans avec les Allemands !
      Comme tous les autres pays d’Europe ils sont les relais de la politique US, celle qui entrave notre développement à l’international (y compris en Europe même, d’ailleurs, dont nombre d’états empochent sans états d’âme les subventions qui nous coûtent un bras et se précipitent pour acheter avec des avions de guerre Américains, tout en se prostituant militairement en favorisant la politique anti-Russe de ces derniers).
      L’exemple passé de la Bosnie et aujourd’hui de l’Ukraine en sont des images criantes (et inquiétantes…).
      Je n’aime pas Macron mais je crois que le succès du Rafale, encore récemment en Indonésie, reflète une forme de reconquête (sans plaisanterie) de l’influence Française à l’international, n’en déplaise à ces traitres d’Austaliens….

      Jean-Baptiste Berger

      Répondre
      • Bonjour. Je ne suis pas du tout un expert. Mais je me suis toujours demandé pourquoi Dassault n’a pas modernisé son 2000 pour pouvoir le vendre à l’export. Ça serait certainement un avion meilleur marché que le Rafale et plus facile à mettre en œuvre.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(10) [1]=> int(4415) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(10) [1]=> int(4415) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.