Accueil » La Place Rouge était vide

La Place Rouge était vide

Le 9 mai dernier a été un jour tranquille dans le ciel de Moscou. Pas d’hélicoptères, pas d’avions de combat et Matthias Rust était empêché. Ce calme a fait beaucoup jaser.

Depuis 77 ans et la victoire sur l’Allemagne en 1945, les troupes qui défilent à pied devant la tribune officielle sont toujours accompagnées par tout ce qui vole sous l’étoile...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

5 commentaires

array(1) { [0]=> int(4415) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par Frédéric Lert

    Bonjour Vladimir,
    Merci pour ces quelques éléments… Pour répondre à votre question sur la tenue des vols de répétition, j’aurais envie de répondre qu’il aurait pu simplement s’agir de donner le change et de laisser croire que la situation était normale jusqu’à ce que la « météo » s’en mêle… Mais encore une fois, tout n’est que spéculation dans cette affaire… Pour ce qui concerne votre deuxième intervention sur les avions « modifiés », je ne vous suis pas. Les avions présentés dans les défilés ne montrent que ce que leurs utilisateurs veulent bien montrer et leurs systèmes électroniques sont bien entendus inactifs ou à tout le moins bien loin des modes d’utilisation « temps de guerre » . Nul besoin de les modifier.

    Répondre
    • par bernard Banoun

      Tout à fait exact j’ai souvent participé à des défilés et effectué des présentations en vol ,sans aucune modif sur nos appareils.

      Répondre
  • Il y a tout de même une incohérence dans ces explications :
    Si la Russie manque de matériel, de pilotes, que l’armée de l’air a été punie ou bien qu’elle n’est pas fiable, alors pourquoi les vols de répétitions ont-ils tout de même eu lieu ?

    Un média suisse (watson.ch), s’est posé la même question, ils ont interrogé les services météos suisses et l’armée de l’air suisse. S’est avérée la présence de rafales à plus de 50 km/h, ce qui peut être gênant pour des vols en formation. L’armée suisse ne s’est pas prononcée, jugeant la question trop « spéculative ».

    Des défilés aériens auraient eu lieu à Smolensk, Nizhnyi Novgorod et quelques autres villes, mais n’étant pas sur place, difficile de trouver l’info.

    Dans les régions frontalières (Kaliningrad, Murmansk, Rostov…) les raisons sont évidentes, et il n’était pas pertinent de parler de météo. Pour Rostov, le défilé aérien n’a même pas été envisagé, vue la proximité avec le front ukrainien.

    Répondre
    • Une petite information supplémentaire : la plupart du temps, dans tous les pays, les salons, les défilés aériens, ce sont des appareils modifiés qui sont engagés. La raison est simple. Dans ce genre d’événements publics, les services de renseignements du monde entier sont présents, et si les avions étaient exactement les mêmes que ceux utilisés en combat, ce serait l’occasion pour eux d’analyser signatures infrarouge et radar, systèmes de communication cryptés, radars, etc.

      Répondre
  • Jacques Prévert : « Quelle connerie la guerre » …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(4415) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(4415) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.