Accueil » Un simulateur de vol semi-virtuel pour hélicoptère

Un simulateur de vol semi-virtuel pour hélicoptère

VR Motion, le constructeur suisse du simulateur, estime que huit heures de simulateur suffisent à un élève pilote d'hélicoptère pour être capable de maintenir l'appareil en vol stationnaire dès son premier vol. © VR Motion

Dans sa feuille de route pour l'amélioration de la sécurité des vols en hélicoptère, l'EASA vise en premier lieu les appareils légers et les petits exploitants. Avec un simulateur de vol qui utilise la réalité virtuelle pour abaisser son coût, la jeune pousse suisse VRMotion compte tirer son épingle du jeu.

L’Europe compte plus de 1.600 Robinson R22/R44 et près de 700 Airbus Helicopters Ecureuil H125/AS350 monomoteurs, pour ne citer que les deux types les plus répandus. Neuf exploitants sur dix ont une flotte comprise entre un et quatre appareils. L’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) estime que le monde de l’hélicoptère léger et du petit exploitant recèle le plus grand potentiel en matière d’amélioration de la sécurité des voilures tournantes.

Logiquement, l’EASA encourage donc le développement de simulateurs qui renouvelleraient...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Un commentaire

array(2) { [0]=> int(11) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par Bourgeois jean-pierre

    Du point de vue de l’ancien instructeur que je fut, la simulation est une aide très précieuse dans la formation des pilotes, cependant et à mon humble avis, une plateforme mobile sur vérins, c’est cher, il faut de l’entretien, et au bout du compte ça n’apporte pas grand chose de plus, le rapport coût efficacité n’est pas du tout rentable.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(11) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(11) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.