Accueil » Une homologation AESA signe la fin des ennuis de l’Airbus EC225

Une homologation AESA signe la fin des ennuis de l’Airbus EC225

Les exploitants de l'Airbus Helicopters EC225, en particulier ceux de la mer du Nord, vont pouvoir mettre en œuvre une solution définitive au problème d'arbre qui avait causé deux amerrissages spectaculaires – quoique sans victime – en 2012.

23.04.2014

L’AESA a certifié un arbre de transmission redessiné sur l’Airbus Helicopters EC225, qui avait été cloué au sol pendant neuf mois en 2012-2013 suite à deux ruptures de cet arbre en vol. La fabrication en série du nouvel arbre à pignon conique, qui entraîne les pompes de lubrification, est lancée. Le processus de rattrapage sur les appareils en service va donc pouvoir commencer, en parallèle avec l’installation sur les hélicoptères neufs, au second semestre. Cette solution est présentée comme définitive et succède donc à des mesures transitoires.

Airbus Helicopters affirme que la nouvelle conception élimine les trois facteurs qui, combinés, avaient conduit à des pannes majeures. Ainsi, le nouvel arbre résiste mieux à la corrosion. Par exemple, des formes plus douces à l’intérieur de l’arbre empêchent l’accumulation de « boues » par endroit. La géométrie interne a été aussi modifiée, avec moins d’angles, afin d’éviter une trop forte concentration des efforts. Enfin, les contraintes résiduelles post-fabrication sont compensées par un renforcement de la zone de soudure.

Afin de certifier l’arbre, des essais de fatigue ont eu lieu. Ils ont démontré une durée de vie de 20.000 heures. L’arbre a été testé pendant quelque 200 heures dans la boîte de transmission, sur un banc qui reproduisait les profils de vols les plus exigeants. Lors d’essais sur l’hélicoptère lui-même, tout le domaine de vol a été exploré.

Pour les EC225 en service, la procédure d’échange impliquera à la fois des techniciens d’Airbus et ceux des exploitants. Le constructeur prévoit de rattraper toute la flotte « dans les mois à venir ». Les consignes d’entretien, plus sévères avec la solution temporaire, seront allégées.

Les autorités de l’aviation civile de plusieurs pays devraient valider prochainement l’homologation AESA.

Thierry Dubois

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Thierry Dubois

chez Aerobuzz.fr
Thierry Dubois est journaliste aéronautique depuis 1997. Ingénieur Enseeiht, il s’est spécialisé dans la technologie – moteurs, matériaux, systèmes, etc. Il collabore régulièrement à plusieurs publications françaises et américaines. Il a rejoint Aerobuzz, en octobre 2009. Thierry Dubois, couvre notamment les hélicoptères civils et l’aviation d’affaires, ainsi que tous les sujets techniques.

6 commentaires

  • Dave

    Une homologation AESA signe la fin des ennuis de l’Airbus EC225
    L’auteur a fort bien convoyé la thèse de l’avionneur, mais sans analyse critique, comme c’est souvent malheureusement le cas; Car il faut admettre que, pour une compagnie comme Eurocopter, laisser sortir en production un mat rotor présentant des concentrations de stress était inacceptable en tout premier lieu (surtout connaissant les moyens d’analyse aux éléments finis dont ils disposent). Par ailleurs le renforcement du mat rotor n’aurait pas eu lieu d’être si la rigidité de leur carter en magnésium était décente. Plutôt que de revoir la conception de la fonderie du carter, l’option facile a été choisie : renforcer le mat rotor qui reprend ainsi les contraintes que le carter est incapable de supporter sans fléchissement. Une solution qu’il est juste de qualifier comme cache misère et qui ne vaut pas de publicité particulière, surtout après une période de résolution de deux années.

  • Pierre

    Une homologation AESA signe la fin des ennuis de l’Airbus EC225
    AESA ou EASA …

  • Thierry Dubois

    Une homologation AESA signe la fin des ennuis de l’Airbus EC225
    Airbus Helicopters vient de diffuser cette vidéo (en anglais) très instructive… et avec des clients très très très coopératifs ! http://youtu.be/iJKZPbf_kPI

    • FX.Delasanta

      Une homologation AESA signe la fin des ennuis de l’Airbus EC225
      J’ai suivi le lien, par contre quel accent anglais horrible des intervenants français…
      Ce n’est pourtant pas dur de connaitre et savoir prononcer l’alphabet en anglais.
      A ne se dit pas A mais Aie, etc…La fluidité est bonne, je leur donne des cours pour les corriger s’il faut et ce n’est que des petits trucs à connaitre et à respecter.

  • TIPLOUF83

    Une homologation AESA signe la fin des ennuis de l’Airbus EC225
    Enfin ils ont mis le temps mais ils y sont arrivés ! Tirons notre chapeau aux ingénieurs d’Airbus helicopters qui se sont donnés les moyens et le temps de trouver la réponse adaptée à un problème complexe. Espérons que la confiance des utilisateurs et des clients potentiels reviendra. Question : ne serait t il pas temps de plancher sur un successeur de cet hélicoptère qui a atteint ses limites en termes de potentiel d’évolution ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.