Accueil » Vers des commandes de vol électriques sur les hélicoptères civils

Vers des commandes de vol électriques sur les hélicoptères civils

Le programme Bell 525 Relentless vise une certification en 2015 pour ce qui sera alors le premier hélicoptère à commandes de vol électriques. Eurocopter devrait suivre en 2020 avec le X4.

18.07.2013

Bell met actuellement au point celui qui devrait devenir le premier hélicoptère civil certifié avec des commandes de vol électriques (CDVE), le Bell 525 Relentless. Le constructeur étasunien affirme que le programme se déroule selon l’échéancier prévu. Le premier vol doit avoir lieu en 2014.

« Nous sommes responsables des logiciels, y compris les redondances, les auto-tests et les modes d’urgence », explique Jeffrey Lowinger, directeur technique chez Bell pour la branche XworX et les programmes civils. Deux partenaires, BAE Systems et Moog, s’occupent respectivement des calculateurs et des actionneurs.

« Avec la FAA, nous savons sur quelle base les CDVE vont être homologuées », poursuit Jeffrey Lowinger. Car le programme de convertible AgustaWestland AW609 a été le premier pour lequel a été demandée une certification de CDVE. La FAA a donc déjà écrit la norme correspondante. Avant que l’Européen ne reprenne les parts de Bell en 2011, l’AW609 s’appelait le BA609 et était un programme conjoint. Bell joue néanmoins toujours un rôle dans la mise au point de ses CDVE. Selon le dernier calendrier d’AgustaWestland, l’AW609 sera certifié en 2017 – 14 ans après son premier vol.

Les CDVE permettent de protéger le domaine de vol. D’où une amélioration évidente de la sécurité. Et elles amènent d’autres avantages. « En évitant les portions du domaine où l’équipage ne doit pas aller, vous pouvez vous passer des marges autrement prévues dans la conception de la cellule ; du coup, vous pouvez l’alléger », souligne notre interlocuteur. Plus l’hélicoptère est lourd (à huit tonnes, le Bell 525 est dans la catégorie intermédiaire supérieure), plus le gain de masse est sensible.

Dans le poste de pilotage, les mini-manches latéraux libèrent de l’espace devant les pilotes. Ceux-ci ont donc une meilleure vision des écrans et ainsi une meilleure conscience de la situation. La nouvelle architecture remplace aussi les volumineuses liaisons mécaniques par des câbles électriques situés sous le plancher. Grâce à ce gain de place, les ingénieurs de Bell ont pu ajouter des portières pour les pilotes.

L’hélicoptériste affirme même que le « fly by wire » rend le pilotage plus aisé. De fait, il supprime les couplages : une action sur une commande ne doit plus être compensée par une action sur une autre commande. La prochaine génération de pilotes, celle que vise ce nouveau cockpit – en outre équipé de l’avionique Garmin G5000H – peut s’attendre à un apprentissage plus rapide.

Bell a commencé la fabrication de la cellule le 26 juin dernier à Amarillo, au Texas. Dévoilé début 2012, le Bell 525 sera en concurrence avec l’AgustaWestland AW189 et l’Eurocopter EC175 pour la desserte des plates-formes pétrolières en mer. Ce bimoteur se situe dans la catégorie des 16 à 18 places. Bell avait récemment dévoilé des performances améliorées.

Chez Eurocopter, c’est le X4 qui sera le premier modèle civil à CDVE. Peu de détails filtrent ; on sait tout de même que Sagem est responsable de ce système. L’entreprise se sert de l’expérience acquise sur le NH90 militaire. Le X4 doit remplacer le Dauphin en 2017 mais la version à CDVE ne doit arriver qu’en 2020.

Il est probable que des hélicoptères plus légers bénéficieront ensuite de cette technologie, si l’on en croit une offre d’emploi d’Eurocopter publiée en octobre 2012.

La situation russe est paradoxale : le bimoteur Ansat a failli être le premier hélicoptère civil à CDVE. Mais le constructeur a craint trop de complications à la certification. Alors que l’hélicoptère vole avec des CDVE, Russian Helicopters travaille désormais sur un système conventionnel.

Thierry Dubois

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Thierry Dubois

chez Aerobuzz.fr
Thierry Dubois est journaliste aéronautique depuis 1997. Ingénieur Enseeiht, il s’est spécialisé dans la technologie – moteurs, matériaux, systèmes, etc. Il collabore régulièrement à plusieurs publications françaises et américaines. Il a rejoint Aerobuzz, en octobre 2009. Thierry Dubois, couvre notamment les hélicoptères civils et l’aviation d’affaires, ainsi que tous les sujets techniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.