Accueil » Le troisième homme du Beluga débarqué

Le troisième homme du Beluga débarqué
premium

Alors que le Beluga XL s'apprête à effectuer son premier vol cet été, depuis un mois, les équipages des actuels Beluga volent désormais à deux. Entre évolution de carrière et retraite, Airbus a pris le temps d'offrir une porte de sortie à ses 24 Officiers mécaniciens navigants (OMN) dont l'essentiel de leurs fonctions est désormais assumé par les "load masters" des différents sites européens du réseau Beluga.   

27.06.2018

"A l’époque, être à trois dans le cockpit était une continuité du Super Guppy.", rappelle Philippe Sabo, directeur d'ATI (Airbus Transport International), la filiale d'Airbus qui opère les cinq appareils à partir de Toulouse. © Airbus

La décision de fermer le secteur OMN sur le Beluga remonte à octobre 2015, vingt ans exactement après sa mise en service avec un équipage à trois. Pourtant, avant d’être totalement remplacé par le XL, l’avion-cargo restera en activité encore quelques années. En fait, contrairement à son prédécesseur, le Super Guppy, il n’a pas besoin d’un troisième homme dans le cockpit pour voler. « Le Beluga est certifié pour être piloté à deux. Il est construit à partir de la cellule de...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

Retrouvez nous en podcast et vidéo

A propos de Jérôme Bonnard

chez Aerobuzz.fr
Journaliste polyvalent, à la fois rédacteur et vidéaste, Jérôme a couvert tous types d'actualités en France comme à l'étranger et a été co-finaliste du Prix Albert Londres en 2012 pour sa couverture du conflit Libyen. Il est surtout passionné par tout ce qui vole depuis son plus jeune âge et pilote sur ULM 3 axes. Il écrit pour Aerobuzz.fr depuis 2018 et consacre la plus grande partie de ses activités au monde aéronautique en réalisant aussi des films.

10 commentaires

  • popoaviateur
    Popoaviateur

    Je ne peux m’empêcher d’avoir une affectueuse pensée pour Gilbert Defer qui a décollé le premier Beluga (PEQ3) et qui nous a quittés en 2017. Et m’inquiéter de ce besoin irréfragable d’écarter les opérateurs humains faute de savoir, et d’avoir su, les diriger vers la modernisation des aspects sociaux de leurs emplois. Essayons de ne pas aller plus loin.

  • Mekanik

    Merci Messieurs les OMN de nous avoir fait partager votre fortes expérience et connaissance. L’exploitation ne sera plus du tout la même et la relation cockpit personnel sol non plus.

  • Chef d'équipe maintenance beluga

    Un très beau métier que celui d’officier mécanicien navigant, merci à eux pour leur travail, compétences aussi bien en tant que loadmaster que mécanicien volant, leur professionnalisme nous a facilité notre tâche de maintenance par leur technicité…
    Un grand merci à eux

  • OMN BELUGA

    Bel hommage pour les OMN BELUGA, mais un petit peu réducteur le rôle de l’OMN dans la conduite avion, « s’occuper de quelques paramètres seulement, comme le dégivrage ». L’OMN BELUGA avait exactement le même rôle que les OMN 747, DC10, 727, Transall, Hercule et autres avions PEQ3. Il participait à la préparation du vol avec les pilotes (étude NOTAM, METEO, etc…), il effectuait la prévol PNT, démarrait les moteurs, lisait les check-lists normales et s’assurait de la bonne exécution de tous les membres d’équipages. Il exécutait, en cas de panne, l’ECAM et la check-list secours en collaboration avec le Pilote monitoring, et c’était lui qui faisait les actions. Il faisait des séances simulateurs en équipage constitué, avec des entrainements et des contrôles de façon à conserver ses compétences et renouveler sa licence, comme les pilotes. Il avait aussi une certaine expertise technique sur laquelle pouvait compter les Pilotes.
    Moitié Pilote, moitié Mécanicien, c’était aussi l’homme (dit souvent le troisième homme) qui apportait un plus dans cette exploitation particulière, très différente des autres, complexe, ou les temps de service sont longs (jusqu’à 14h00), la fatigue présente.
    En 25 ans d’exploitation BELUGA, la compagnie n’a relevé aucun accident, et les OMN, comme les Pilotes d’ailleurs, grâce à leur rigueur et leur compétence en sont pour beaucoup.
    Un OMN BELUGA.

    • Jérôme Bonnard
      BONNARD

      Bonjour, merci pour votre message, au sujet du rôle de l’OMN sur le Beluga, c’est pourtant ce qui nous a été expliqué par Airbus lors de l’Interviews. Cdlt, Jérôme

      • OMN Beluga encore en activité

        Bonjour, c’est hallucinant de voir que le directeur de la compagnie ne sache même pas quel rôle joue un OMN dans un Beluga. Il est pourtant à l’origine de la disparition de ce métier. A t-il voulu minimiser le rôle de l’OMN pour justifier le passage en peq 2 ?

      • OMN BELUGA

        Bonjour Mr Bonnard.
        Pas de soucis. Merci d’avoir fait un reportage sur les derniers OMN, nous apprécions quand même
        Bonne continuation à AERO BUZZER.

  • Morgan-Jeffrey Hugon

    Bonjour, la photo de la pointe avant de l’A350 est à Meaulte et non à Saint-Nazaire ?

  • Marchand

    Merci pour cet hommage à un beau métier,
    Un Omn béluga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.