Accueil » L’AG600, un amphibie géant taillé pour la « route maritime de la soie »

L’AG600, un amphibie géant taillé pour la « route maritime de la soie »
premium
libre

Cet hydravion « made in China » aux dimensions quasi « démentielles » pour notre époque, l’AG600, dominait l’exposition statique du salon Airshow China 2018, organisé à Zhuhai. On commence à en savoir un peu plus sur ce programme d'un autre temps.

15.11.2018

Le consortium chinois AVIC annonce que l’AG-600 pourrait opérer jusqu’à 6.000 mètres, et évoluer à 560 km/h en vitesse de croisière. © François Brévot / Aerobuzz.fr

Du 6 au 11 novembre, Airshow China 2018 aura su tenir en haleine les analystes venus évaluer sur place, l’état de la technologie chinoise. Si le consortium chinois AVIC (Aviation Industry Corporation of China) aura présenté de plus en plus de matériels, en vol, ou au sol, et ce, d’un salon sur l’autre, ses officiels demeurent un peu évasifs dans les explications qu’ils donnent à leur sujet. C’est un peu pourquoi, en 2016, l’AG600 qui déjà, était présenté sur les parkings, entretenait une marge de perplexité dans nos esprits : on attendait de le voir réaliser son premier vol, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’avec ses 36,94 m de longueur, 38,8 m d’envergure, et 12,1 m de hauteur, ce monstre amphibie réincarnait tout ce qu’on peut imaginer de plus improbable de nos jours, dans nos frontières, en matière de développements aéronautiques. On songe à nos géants des mers qui ont disparu de Biscarosse.

36,94 m de longueur, 38,8 m d’envergure et 12,1 m de hauteur, l’AG-600 a une masse maximale au décollage de 53,5 t. © François Brévot / Aerobuzz.fr

Finalement, le 24 décembre 2017, l’AG600 a effectué un premier vol de 64 minutes, en grimpant à 3.000 mètres. Ce vol ayant eu lieu à Zhuhai, là même, où l’avion sera produit en série. A l’heure qu’il est, l’AG600 demeure en phase d’essais, AVIC ayant communiqué peu de données chiffrées.

Qui plus est, on sait que l’AG600 saurait opérer jusqu’à 6.000 mètres, et évoluer à 560 km/h en vitesse de croisière. Celle baleine du ciel est propulsée par quatre AVIC WJ-6C dotés d’hélices JL-6 de six pales composites, et rien n’a été communiqué sur leur puissance.

Sa masse maximale au décollage est de 53,5 tonnes. Il saurait tout de même écoper 12 tonnes d’eau en 20 secondes, et éteindre 4.000 mètres carrés d’incendie, ce qui serait loin d’être une capacité mineure, pour un bombardier d’eau.

Par contre, on en sait bien plus sur le cadre d’emploi opérationnel de l’AG600 : patrouille maritime, ou secours en mer, avec une capacité de survol des eaux à 50 mètres d’altitude seulement, ou en décollant par vagues de 2 mètres de hauteur (!). Il sera sollicité dans le cadre d’un soutien aérien, dans le cadre de l’exploitation de tous les types d’infrastructures installées en mer.

Car l’AG600 est présenté comme potentiel vecteur aérien pour la recherche de ressources exploitables dans les océans, ou pour effectuer des vols cargo aéro-maritimes entre les îles. Immédiatement, on songe à un outil aérien destiné aux installations insulaires implantées en Mer de Chine, et aussi, aux ports du réseau de la « route maritime de la soie », qui de la Chine, en passant par Gwadar (au Pakistan), et par d’autres étapes telles que Djibouti, et ce, jusqu’en Europe, constituera la liaison navale commerciale, stratégique, et permanente, de la République Populaire, dans les années prochaines.

Alors, il est inutile de se demander plus longtemps, pourquoi la Chine a développé ce magnifique diplodocus de 12 heures d’autonomie, capable d’oeuvrer dans le Pacifique, et surtout, à 4.500 km de son point de départ.

François Brévot

A propos de François Brevot

chez Aerobuzz.fr
François Brévot est un reporter globe-trotter, chroniqueur, et photographe, passionné d’histoire contemporaine, aéronautique et spatiale, et de géopolitique. Il écrit en particulier, sur l’aviation militaire moderne ou ancienne, française ou internationale, et de nombreux récits de voyages sur des destinations et musées à caractère aéronautique. Spécialisé sur les nouvelles puissances aériennes, il visite très régulièrement les salons aéronautiques émergents du nouveau Siècle, que ce soit en Russie, en Chine, en Asie, en Turquie, et se passionne pour les nations d’Europe centrale.

8 commentaires

  • Sylvain Bonnet Passemar

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour cet article.
    Salutations.
    Sylvain Bonnet Passemar

  • Steph

    « oui un bel amphibie mais l’article est court nous aussi on souhaiterait en savoir plus merci » … Quel article ?

  • DAURAT

    oui un bel amphibie mais l’article est court nous aussi on souhaiterait en savoir plus merci

  • Carbet

    Bonjour à tous
    Cet AVIC TA600 a vraiment une taille démentielle , un « géant » proche du B737 !
    Et un emport de 12 tonnes d’eau ou 50 passagers , avec une allonge de 5500 km maxi en chargeant beaucoup moins « d’eau » ou de PAX ….. Très certainement .

    Il est en effet bien taillé pour la route de la soie et venir renforcer les supers portes conteners et les trains avec l’avantage d’une livraison presque à domicile si vous avez un lac ou une rivière près de chez vous .
    Presque aussi bon que les drones d’Amazon…… Et presque aussi incertain !

    Cela écrit il a encore à faire ses preuves et à être vendu . L’armée chinoise en pleine expansion en mer de chine sera certainement la seule preneuse .
    Salutations

    • Seb

      Bon courage pour faire atterrir un hydravion en pleine mer 🙂

      • Carbet

        Bonjour Seb
        Si la réponse est pour mon post , où avez vous lu que l’amerrissage était supposé se faire en mer ?
        Les chinois sont en train de créer des bases militaires un peu partout en Mer de Chine en volant des iles , groupes de rochers et lagons aux pays riverains et les aménageant en bases et ports .
        Pour se qui est de se poser en haute mer , les hydravions de la dernière guerre le faisaient régulièrement ……. Des « petits » et des « gros » ……..Rire
        Salutations de Carbet

  • commandant de scie

    Beaucoup de PS2 dansl’architecture de ce magnifique avion, mais quel tour de force et de démonstration de savoir faire de la part de ce constructeur Chinois.
    Le tempo et les lignes du futur sont tracées : faire fi qu’à court terme les grands constructeurs devront s’attendre à un retour de flamme de la part du dragon (le C919 en embuscade entre autres), serait suicidaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.