Accueil » Industrie » L’américain Indigo Partners commande 430 Airbus A320neo

L’américain Indigo Partners commande 430 Airbus A320neo

Au troisième jour du salon aéronautique de Dubai, on attendait « la » commande d’Emirates de 30 A380 et c’est finalement la famille A320 qui remporte la mise avec un contrat parmi les plus importants jamais signés par Airbus portant sur 430 A320neo pour une valeur de 49,5 milliards de dollars.

Indigo Partners est un fonds d’investissement américain qui possède quatre compagnies hard low cost, Indigo Partners c’est Frontier Airlines aux USA, JetSmart au Chili, Volaris au Mexique et Wizz Air en Hongrie, auxquelles sont destinés les 273 A320neo et 157 A321neo commandés au Dubai Air Show 2017. © Airbus

C’est évidemment beaucoup plus qu’un lot de consolation que vient de décrocher Airbus à Dubai. Depuis l’avant-veille de l’ouverture du Dubai Airshow 2017, il n’était question que de cette commande de plusieurs dizaines d’A380 que devait passer Emirates Airlines.

L’A380 devra encore attendre

Il en va de la survie du programme A380 et le client le sait, ce qui ne facilite pas le travail de John Leahy. Mais ce n’est pas au vieux directeur commercial d’Airbus qui a prévu de prendre sa retraite dans les semaines à venir que l’on apprend à négocier.

Airbus cherche un moyen de sauver son A380, mais pas à n’importe quel prix évidemment. Le super jumbo lui coûte déjà cher. L’avionneur a tenté sa chance en lançant au salon du Bourget 2017 une version densifiée, l’A380Plus, qui n’a pas suscité d’intérêt. Emirates ne veut pas faire entrer 80 passagers dans un A380 qui consommerait 3 ou 4% de moins. Il veut un A380neo, avec de nouveaux moteurs qui permettraient de réduire de 15% environ les coûts tout en offrant le même niveau de confort à ses passagers, voire plus.

L’A380 au ralenti

A défaut d’un A380 remotorisé à la sauce « neo », Emirates veut des garanties sur l’avenir du programme. Le transporteur de Dubaï demande à Airbus de s’engager sur le fait que l’A380 continuera à être produit pendant au moins 10 ans encore. A ce jour, rien n’est moins sûr, même si Airbus doit théoriquement encore livrer une petite centaine d’A380 dont 42 à Emirates.

Mais les réductions de cadence de production décidées cette année ne laisse rien présager de bon. La chaine tourne au ralenti. Si elle ralentit encore, c’est l’arrêt. C’est donc dans ce contexte qu’Airbus et Emirates négocient.

Coups de théâtre au Dubai Airshow

Le Dubaï Airshow se présentait comme le théâtre idéal pour mettre en scène le contrat tant annoncé. Sauf que les auteurs de la pièce ne sont pas parvenus à se mettre d’accord sur le scénario et surtout qu’Emirates a réservé un coup de théâtre dont il a le secret en signant avec Boeing une commande de 15,1 milliards de dollars portant sur 40 787-10. C’était le 12 novembre, au premier jour du salon.

Il aura fallu attendre le quatrième jour pour qu’Airbus reprenne la main sur son concurrent, en annonçant, le 15 novembre, une commande record d’un montant de 49,5 milliards de dollars, avec Indigo Partners. Elle porte sur 273 A320neo et 157 A321neo.

A320neo pour hard low cost

Indigo Partners est un groupe américain, basé à Phoenix (Arizona), spécialiste du hard low cost, c’est-à-dire des billets d’avion à tout petit prix, assortis de suppléments en tous genres. Indigo Partners c’est Frontier Airlines aux USA, JetSmart au Chili, Volaris au Mexique et Wizz Air en Hongrie. Les 430 A320 sont destinés à ces quatre compagnies. Wizz : 72 A320neo, 74 A321neo – Frontier : 100 A320neo, 34 A321neo – JetSMART : 56 A320neo, 14 A321neo – Volaris : 46 A320neo, 34 A321neo.

A défaut des 30 A380 d’Emirates annoncés prématurément par la presse spécialisée depuis plusieurs jours, les 430 A320neo d’Indigo Partners permettent à Airbus de reprendre l’ascendant sur Boeing, non seulement au palmarès du salon du Dubaï, mais également sur l’année 2017. Et d’ici la fin de l’année, une commande d’A380 n’est pas à exclure. Une fois le salon passé, les négociateurs vont retrouver un peu plus de sérénité pour tenter de trouver un accord qui convienne aux deux.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport aérien et des problématiques du développement durable l’amène à intervenir fréquemment dans diverses publications spécialisées et grand-public (Air & Cosmos, l’Express, Aviasport… ). Il est le rédacteur en chef d’Aerobuzz et l’auteur de 7 livres. Gil Roy a reçu le Prix littéraire de l'Aéro-Club de France. Il est titulaire de la Médaille de l'Aéronautique.
Journaliste chez Aerobuzz.fr

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

019f8d46d626b1b2f235d3af361f3839==================