Accueil » Le cauchemar du Dreamliner se poursuit pour Boeing et la FAA

Le cauchemar du Dreamliner se poursuit pour Boeing et la FAA

D'après le Seattle Times, deux 787 destinés à la compagnie ANA, client de lancement du 787 en 2004, ont été stockés en Californie jusqu'en octobre 2021, le temps pour Boeing de remplacer des agrafes en titane défectueuses qui compromettaient la sécurité des vols. © Boeing

Les inspections entreprises par Boeing sur son 787 mettent progressivement en lumière de nouveaux défauts. C'est désormais au tour des portes de l'arrière de l'appareil de poser problème. Et après le titane, des défauts de conception des matériaux composites ont été révélés. La FAA est à son tour dans le collimateur du gouvernement US.

Le 19 novembre 2021, les représentants de la Chambre des transports et des infrastructures de la Chambre des représentants des États-Unis ont demandé à l’inspecteur général du ministère des Transports d’évaluer la surveillance de la production du Boeing 787 effectuée par la FAA (Federal Aviation Administration).

L’objectif de cet audit est de déterminer si « le programme d’inspection de la FAA est suffisant pour identifier les problèmes de production », si suffisamment d’inspecteurs sont sur le dossier, si les inspections sont en...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.