Accueil » Les avions d’Airbus sous la menace d’une surtaxe américaine

Les avions d’Airbus sous la menace d’une surtaxe américaine

En juillet 2019, Delta Airline a réceptionné le 50ème Airbus fabriqué sur le sol américain, un A321, dans l'usine de Mobile en Alabama, et exempté de droits de douanes ! © Airbus

L’OMC (Organisation mondiale du commerce) autorise Washington à prendre des sanctions tarifaires dans le traitement du dossier des aides européennes à Airbus. Le président Trump, en pleine campagne électorale, a immédiatement sauté sur cette opportunité. Airbus « prend acte de cette décision » et compte sur une solution négociée.

Il s’agit de la sanction la plus lourde jamais accordée par l’Organisation mondiale du commerce (OMC). « Les prochains jours seront déterminants, il y a une volonté de négociation de la part de l’Europe et il serait plus sage qu’elle aboutisse. » a précisé Airbus à aerobuzz.fr. Faute de quoi les droits de douanes sur l’importation d’aéronefs et/ou de composants d’aéronefs imposés par l’USTR (United States Trade Representatives) seront instaurés à partir du 18 octobre 2019. Au total ces sanctions s’élèvent à...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

8 commentaires

array(3) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) [2]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • par François Bruneau

    A un moment où beaucoup de Boeing sont interdits de vol il ne faudrait pas que ses concurrents privilégient leurs autres clients… Que deviendra l’industrie du transport aérien sans avions récents ?
    Donald Trump est comme tous les populistes, un homme à courtes vues.

    Répondre
  • Mesure symbolique qui ne va rien apporter a l’industrie americaine, au contraire puisque en valeur, les Airbus sont fabriques a partir de composants americains, de meme que les Boeing comportent un grand nombres de composant made in Europe. L’assemblage final d’un avion c’est environ 5% de son prix de vente, mais beaucoup voient en Airbus un avion 100% europeen. Meme dans le domaine militaire, le F35 par exemple fait appel a un grand nombre de composants venus du monde entier (ou presque …}

    Répondre
  • il faut cependant relativiser ces sanctions. Les « vaches à lait » d’airbus ne sont pas concernées.
    Les sanctions portent principalement sur les A380.
    A voir ce que va être la réponse du me^me tribunal concernant les aides du gvt US envers son aviation, en particulier Boeing

    Répondre
    • par Jérôme Bonnard

      Bonjour, il est vrai qu’épargner les « vaches à lait » à permis de ramener la surtaxe à 10% sur les avions européens et d’éviter le pire pour Airbus… Seuls les programmes A380 et A350 étaient visés par les américains, mais les sanctions au final portent sur tous les avions européens… et non principalement sur l’A380.

      Répondre
    • Scusi Signor, l’OMC n’a pas de « tribunal ». Ce sont des décisions « arbitrales » comme celle qui
      – a attribué des millions à Tapie,
      – condamné l’Égypte à des, là aussi, millions sur plainte de veolia (si je ne me trompe) pour manque à gagner parce qu’il était question d’augmenter le salaire minimum,
      – fait verser d’autres millions par un État (souverain, rappelons-le) à Philipp Morris parce qu’il avait fait campagne contre le tabagisme,
      Et c’est ce qui peut nous arriver avec le CETA et autres traités commerciaux.

      Répondre
  • par Pilotaillon, Européen vigilant

    5 à 4 – Avantage US, Balle au centre…

    Dans l’intervalle Boeing s’est emmêlé les pinceaux ou les crayons…
    Attendons l’engagement du prochain jeu avant de conclure à une victoire.
    Le cycle de vie des produit est bien trop long. Pour mémoire, les parties avant du 737 MAX sont communes avec celles du 707 dessiné en ???.

    Qui de notre côté se dévoue pour lancer une appel à Seattle en vue d’installer une chaine de montage en Europe ? Ce sera parfait : on prévoit la réserve foncière suffisante pour construire de grands parkings.

    Quant à vous messieurs les Anglais, vous n’êtes bientôt plus dans la bonne zone économique.
    Pourquoi bouder le plaisir de sourire de la situation…

    Répondre
  • L’Europe pourrait se servir des déboires du 737 pour refuser toute certification d’avion du fabricant Boeing sur le territoire européen et demander un ré-examen des modèles déjà certifiés, puisque apparemment l’organisme certificateur a été trompé sur la qualité des Boeing ….. du moins aussi longtemps qu’il y aura des taxes supplémentaires sur les Airbus !

    Répondre
  • Mort de rire !
    Donc au lieu d’acheter des A320 Néo les compagnies américaines vont acheter des B-737 max ?
    Ha ben non, il est interdit de vol…
    Mouarf !
    Mort de rire !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(3) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) [2]=> int(3) } array(0) { }

array(3) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) [2]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.