Accueil » SOFIA, le B747 à deux bosses de la Nasa

SOFIA, le B747 à deux bosses de la Nasa

Après plusieurs années passées chez Lufthansa Technik, le télescope volant SOFIA a quitté Hambourg pour sa base de Palmdale le 17 mai 2018. © NASA

L'observatoire stratosphérique pour l'astronomie infrarouge, conçu conjointement par la Nasa et la DLR allemande, est venu en visite pour quelques jours à Stuttgart en septembre 2019. Aerobuzz a pu avoir accès au Boeing 747SP "Clipper Lindbergh" largement modifié et vous convie à une visite de cet appareil hors normes.

Le télescope spatial spatial SOFIA (Stratospheric Observatory for Infrared Astronomy) est un avion unique. Il a été conçu pour voler à haute altitude et observer de jeunes étoiles et des systèmes planétaires impossibles à voir depuis la surface de la Terre, même avec les meilleurs télescopes. La vapeur d’eau présente dans l’atmosphère protège le sol, et au passage ses habitants, des rayonnements infrarouges. C’est pourquoi les scientifiques ont eu l’idée d’installer un télescope dans un avion qui volerait à très...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

4 commentaires

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Réponse à BDD13 :
    Les trois miroirs du télescope (le primaire, le secondaire et le tertiaire) sont installés à l’arrière du fuselage du Boeing 747SP, une trappe coulissante s’ouvrant en vol.

    L’électronique et les instruments sont, eux, installés au centre de l’appareil dans un compartiment pressurisé, là où travaillent l’équipage et les scientifiques. Il fallait s’assurer que le vent qui s’engouffre dans le compartiment où il est logé ainsi que les soubresauts du Boeing ne créent pas des vibrations capables de perturber les observations et compromettre le pilotage voire endommager la structure de l’avion.

    Répondre
  • par Bruno Motais de Narbonne

    Il y a très longtemps, les USA avaient un projet non abouti de laser très puissant embarqué sur 747 en vue de détruire des satellites (ou des missiles balistiques ?).
    Peut-il s’agir du même avion ou la même étude structurale ?

    Répondre
    • par Frédéric Marsaly

      Le 747 avion laser (YAL-1) était sur base d’un 747-400F. Ici, il s’agit d’un 747SP plus ancien. L’étude structurelle est forcément différente puisque l’armement du YAL-1 était située dans le nez de l’avion.

      Répondre
  • Il eut été intéressant d’avoir un peu plus de renseignements sur la façon de préserver la pressurisation pour la partie occupée par les techniciens et les opérateurs. Les contraintes structurelles doivent être énormes, je me doute.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.