Accueil » Supersonique : les américains tentent un passage en force

Supersonique : les américains tentent un passage en force

© Boom

L’industrie aéronautique américaine soutenue par son administration travaille au niveau de l’OACI pour imposer, à court terme, une norme qui vise à autoriser l’exploitation d’avions supersoniques malgré un bang sonique persistant. L’Europe tente de résister aux coups de boutoirs US.

Au sein de l’OACI, là où se négocient les normes applicables à l’aéronautique civile, l’Europe et les USA sont engagés dans un bras de fer. Pour les européens, les projets d’avions supersoniques doivent respecter les normes environnementales applicables aux vols subsoniques. Alors que pour les américains, les questions environnementales passent après le développement de nouvelles technologies et les retombées économiques qui en découleraient. L’Europe craint un retour en arrière, face à une Amérique résolue à soutenir son industrie.

Trois projets nord-américains...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

13 commentaires

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Il n’empêche que la vitesse est l’un des sujets qui ont le moins évolué en aviation depuis la création des avions à réaction. On s’est concentré sur la consommation, mais on a souvent sous estimé le besoin des clients de gagner du temps et donc d’aller plus vite. Je suis convaincu que ceux qui arriveront à produire un « concorde » version moderne avec les technologies, matériaux et consommations d’aujourd’hui frapperont un grand coup. Il semble hélas que les américains aient pris en cela une longueur d’avance.

    Répondre
  • il serait bon de se remettre en course face aux USA pour la reconstruction d’un nouvel supersonique , même si il reste coûteux il faut apporter aux compagnies aériennes l’envie d’acquérir ce type d’appareil , et il faut le faire avec des matériaux de très grande qualité mais aussi de robustesse puisque il faudra le prévoir pour une exploitation de longue durée , et il faut retravailler sa consommation en kérosène .
    une fois tout ces points retravailler il sera aisé de voir si le projet peut-être conduit jusqu’à son terme , et il faut une chose essentiel pour entériné tous ça c’est de voir avec les états combien serait vraiment intéressé pour avoir une flotte d ‘ A 380

    Répondre
  • @michael tolini
    oui, enfin les pilotes de SR71 étaient deux, en combinaisons d’astronaute et il fallait 2 ou 3 ravitaillement en vol pour traverser l’atlantique…. le Concorde lui, faisait CDG-JFK en direct, avec 100 PAX à bord, flute de champagne à la main…. Pas grand chose à voir donc….
    Reste à savoir si l’europe aura le courage de tenir tête aux américains… ça parait peu probable malheureusement…

    Répondre
  • par michael tolini

    Petirt rappel historique, quand le Concorde a vole en 1969 a Mach 2.2, Lochkeed avait fait voler 5 ans avant un avion a Mach 3.5 et il est reste pendant des annees la bete noire de l’armee sovietique car il volait plus vite et plus haut que leurs mussiles de l’epoque.

    Répondre
    • Je ne me souviens plus de la suite chronologique de ces premiers vols, mais il y a eu AUSSI l’échec cuisant de ces bombardiers stratégiques hypersoniques aussi et qui ont été vite abandonnés.
      Certains de ces avions avaient des panneaux d’aile entièrement usinés dans la masse d’une grosse plaque de titane. Evidemment un coût absolument prohibitif pour un avion civil.
      Ce n’est pas au niveau de la compétence des ingénieurs et des compagnons, que se situe une différence entre les USA et l’Europe mais sur la capacité budgétaire.

      Répondre
    • @Tolini : rien à voir, les ricains à M 3.5 n’étaient pas en costume cravate, ne dégustaient pas du foie gras ni de l’osciètre et ne buvaient pas du Dompé Oenotech au milieu de l’atlantique, nous oui… De toute façon ils sont incapables d’apprécier !

      Répondre
  • On a toujours les plans du Concorde, on pourrait en relancer la fabrication. Chiche?

    Répondre
  • J’espere bien que l’EASA leur coupera les c..illes, comme les yankees ont procédés pour Concorde !

    Répondre
  • Après s’être servi de l’argument du bruit pour détruire l’avenir de Concorde ils voudraient, maintenant qu’ils ont mis au point un avion suffisamment différent pour ne pas être accusé de plagiat, nous imposer leurs nuisances ! J’espère que nos gouvernements ne les laisserons pas faire !

    Répondre
    • Ce n’est pas un plagiat. Le cahier des charges est quasi le même donc c’est normal que la solution technique et le dessin générals soient proches. LE TU144 c’était pareil. Après on fait avec les moyens et les connaissances techniques en sa possession. Surement l’explication de la forme moins harmonieuse de l’aile du 144.
      J’ai hate de voir cet avion. Imaginez le concorde avec les matériaux et l’ingénierie actuelle.

      Répondre
  • par claude Damiolini

    La preuve de l’avance technologique des américains 50 ans apres le concorde?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

array(2) { [0]=> int(9) [1]=> int(1270) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.