Accueil » Galileo, plus performant que le GPS… mais pas tout de suite

Galileo, plus performant que le GPS… mais pas tout de suite
premium

La constellation de satellites Galileo rend l'Europe indépendante du GPS américain. Si ses promesses sont tenues, il devrait apporter une meilleure précision, une couverture accrue et de la redondance à l'aviation. Mais il faut d'abord écrire des règles de certification. Et, dans le cas de l'aviation, utiliser aussi le système EGNOS d'« augmentation » de Galileo et du GPS. Aerobuzz.fr a demandé à un avionneur (ATR) et à un équipementier (Garmin) ce qu'ils attendaient de Galileo.

24.04.2018

Le poste de pilotage de l'ATR 72-600. ATR et Thales travaillent sur un récepteur double GPS-Galileo. © Thales

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Thierry Dubois

chez Aerobuzz.fr
Thierry Dubois est journaliste aéronautique depuis 1997. Ingénieur Enseeiht, il s’est spécialisé dans la technologie – moteurs, matériaux, systèmes, etc. Il collabore régulièrement à plusieurs publications françaises et américaines. Il a rejoint Aerobuzz, en octobre 2009. Thierry Dubois, couvre notamment les hélicoptères civils et l’aviation d’affaires, ainsi que tous les sujets techniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *