Accueil » La gestion du trafic aérien entre dans la quatrième dimension

La gestion du trafic aérien entre dans la quatrième dimension

Le premier vol au monde, utilisant une nouvelle technologie optimisée de gestion du trafic aérien en quatre dimensions vient d’avoir lieu avec succès en Europe. Le projet est baptisé « I-4D » (Initial-4D).

L’I-4D est un premier pas vers le développement de l’un des piliers essentiels du programme SESAR
[Le programme SESAR (Single European Sky ATM Research) est un partenariat public-privé visant à améliorer le contrôle du trafic aérien dans le ciel européen, éliminer les problèmes de congestion qui paralysent les aéroports et réduire l’impact environnemental du transport aérien dans le monde. L’[I-4D est l’un des projets d’un vaste programme visant à atteindre les objectifs définis par SESAR.[/note] qui tend à concilier...

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

Les formules prémium

Accès 48h

Tous les articles en accès libre pendant 48h, sans engagement
4.5 €

Abo 1 an

Soyez tranquille pour une année entière d’actus aéro
69 €/ an

Abo 1 mois

Testez l’offre Premium d’Aérobuzz pendant 1 mois
6.5 €/ mois

Abo 6 mois

Un semestre entier d’actualités premium
36 €/ semestre
Trouve l’offre prémium qui vous correspond

5 commentaires

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • La gestion du trafic aérien entre dans la quatrième dimension
    Les systèmes de gestion 4D des trajectoires ne sont pas une révolution. Le CAUTRA utilisé en France depuis les années 80 n’est pas autre chose qu’un système de traitement des trajectoires en quatre dimensions (balise, niveau, heure)… De l’art de faire du neuf avec du vieux.

    @rouletabille et lavidurev : La question concernant la météo est excellente. Elle ne concerne pas d’ailleurs que I4D mais aussi tous les programmes d’automatisation du contrôle. Il est clair que le contrôle aérien est appelé à s’automatiser de plus en plus dans les années à venir. Attention quand même à ne pas renouveler les erreurs du passé, en particulier :
    – sur la « sortie » de l’opérateur humain de la boucle de contrôle. Il paraît indispensable de garder celui-ci au sein du système, dans le cas où il lui faudrait reprendre la main (le plus souvent dans des conditions difficiles météo ou autres).
    – sur la formation et l’entraînement des opérateurs humains qui devront, lorsque le système ne saura plus faire (et ça arrivera nécessairement, aucun système n’étant infaillible), leur livrera un situation complexe à gérer alors même qu’ils y sont peu préparés puisqu’ils auront l’habitude de se reposer sur les automatismes.
    Je pense qu’en matière d’automatisation, il y a sans doute énormément d’enseignements à tirer d’Hbasheim, du Mont Saint Odile ou du Rio Paris.

    @Benoit : Je doute que l’aviation générale soit concernée par ce type de programme (et de toutes façons, elle n’aurait sans doute pas les moyens financiers pour s’équiper). Il faut donc effectivement s’attendre à plus de ségrégation entre IFR et VFR.

    Répondre
  • La gestion du trafic aérien entre dans la quatrième dimension
    cette quatrieme dimension prend t-elle en compte les changements météo ? ne pas oublier qu’en ce qui concerne l’ Europe, nous sommes dans un pays de micro climats.
    sauf erreur, ne sont -ils pas à l’ origine d’une bonne partie des accidents ? directement, ou indirectement ? d’ où l ‘intérêt de les prendre en compte;
    on aimerait avoir des précisions, et dans l’ affirm ative, les moyens employés sont-il applicables à l’ avaition de tourisme. ?

    Répondre
  • La gestion du trafic aérien entre dans la quatrième dimension
    C’est beau…

    En attendant en Espagne les contrôleurs font grêve du zèle: pas de raccourci pour les avions, pas de niveau plus économe en carburant. ET ça fait plusieurs années que ça dure…

    Bref c’est beau mais c’est pas pour demain.
    Seb

    Répondre
  • La gestion du trafic aérien entre dans la quatrième dimension
    C’est magnifique effectivement et ce n’est pas fini.
    Un jour viendra où l’avion régulera automatiquement sa vitesse en fonction de l’appareil qui le précède et prendra tout aussi automatiquement une trajectoire adéquate en toute sécurité et efficacité.
    Bravo à tous ces ingénieurs ces techniciens et toutes ces personnes qui s’investissent pour le futur et celui de nos enfants et petits enfants et sans lesquels cela ne serait pas possible…Merci à vous …

    Répondre
  • La gestion du trafic aérien entre dans la quatrième dimension
    C’est magnifique… MAIS si le contrôleur ne maitrise pas la trajectoire future de l’avion de ligne, comment peut-il assurer la séparation avec le trafic VFR?

    Je sens que la ségrégation des trafics va encore se renforcer, n’est-ce pas?

    Bons vols,

    Benoit

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

array(1) { [0]=> int(3) } array(0) { }

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.