Accueil » Le 737 Max va emprunter au 787 son implantation moteur

Le 737 Max va emprunter au 787 son implantation moteur

Boeing optimise la conception du 737 MAX. La version remotorisée du 737 NG va bénéficier d’une série de retouches plus ou moins significatives, allant d’un allongement du cône arrière au rehaussement de 20 cm du train avant.

23.04.2012

Boeing vient de faire un point sur les récentes options de conception du futur 737 MAX, la version remotorisée du 737 NG. La première concerne l’optimisation de l’aérodynamique du fuselage arrière. Le cône arrière sera allongé et la section située au-dessus de la gouverne de profondeur sera épaissie pour améliorer la stabilité du flux d’air. Selon le constructeur, ces modifications éviteront le recours aux générateurs de vortex placés à l’arrière de l’appareil. Boeing estime que ces améliorations se traduiront par une diminution de la traînée.

Par ailleurs, les nouveaux moteurs LEAP-1B de CFM International qui sont l’âme du 737 MAX seront intégrés à la voilure de façon similaire aux moteurs montés sous les ailes du 787 Dreamliner. Un nouveau pylône, ainsi qu’une extension d’environ 20 cm (8 pouces) du train avant maintiendront les nacelles à une hauteur comparable à celles de l’actuel 737, et ce malgré un diamètre de moteur supérieur. Lors de la présentation initiale du futur 737, beaucoup s’étaient interrogés (notamment sur Aerobuzz) sur la diminution de la garde au sol. Les voilà partiellement rassurés. La conception des portes de train avant sera modifiée en fonction de cette révision. Le nouveau moteur étant plus gros, le train principal, la voilure et le fuselage seront renforcés.

Boeing a également opté pour des spoilers à commande électrique en remplacement du système mécanique actuel dans un souci de gain de poids. Dans le même ordre d’idée, le 737 MAX sera également doté d’un système électronique de prélèvement d’air qui permettra d’optimiser les systèmes de pressurisation en cabine et de protection antigivre.

La conception du 737 MAX devrait être verrouillée d’ici à la mi-2013. « Nous continuons par ailleurs nos essais en soufflerie afin de confirmer les performances du 737 MAX à basse et grande vitesses », a ajouté Michael Teal, ingénieur en chef du projet et directeur adjoint du programme Boeing 737 MAX. « Compte tenu des résultats obtenus lors des essais préliminaires et des travaux de conception, nous sommes de plus en plus convaincus de notre capacité à fournir à nos clients les économies de carburant dont ils ont besoin, tout en minimisant les risques de développement de ce programme. » Une modification potentielle des winglets du 737 MAX fait également l’objet d’essais en soufflerie afin de vérifier si un nouveau design peut être bénéfique à l’avion. « L’incorporation de toute nouvelle technologie dans la conception du 737 MAX doit apporter des avantages substantiels pour nos clients moyennant une prise de risques minimum pour nos équipes. »

C’est clair. Tout comme Airbus avec son A320 NEO, Boeing veut jouer gagnant en limitant la mise.

La rédaction

A propos de Martin R.

chez Aerobuzz.fr
Martin R. est le développeur et webmaster d’Aerobuzz depuis sa création en 2009. Développeur de formation, il a fait ses classes chez France Telecom. Il lui arrive d’oublier ses codes le temps de rédiger un article sur un nouveau produit multimedia ou sur un jeu.

3 commentaires

  • mnbee

    Le 737 Max va emprunter au 787 son implantation moteur
    Bonjour à tous,

    L’antique mono couloir de boeing fait de la résistance à coup de rétrofit plus ou moins important ….

    A quand la vrai nouveauté ?

    Mnbee

  • check

    Le 737 Max va emprunter au 787 son implantation moteur
    Il n’a jamais été question d’un allongement du train principal mais un allongement du train avant seulement (20 cm). Un allongement de la case de train avant probable ne nécessite ni un alourdissement ni un coût supplémentaire exorbitant.

    il est clair que l’A320 aura moins de modification que son rival 737-MAX mais ce premier ne sera pas exempt d’un renforcement de la voilure, du train, du fuselage et d’un nouveau mat moteur qui aura pour conséquence un gain de masse à vide pour ces deux machines.

  • Moltobalèze

    Le 737 Max va emprunter au 787 son implantation moteur
    Le 737 MAX : c’est bien plus qu’une « simple remotorisation » du 737.
    Avec des gros travaux d’aérodynamique et de structure associés.

    Car « Optimiser l’aérodynamique de l’empennage », c’est quand même revoir une bonne partie des qualités de vol … et avec une campagne de certif à la clé.

    Reprendre les attaches moteurs du 787 cela constitue une belle modification sur la voilure du 737.
    A laquelle on associe des spoilers à commandes éléctriques.

    Rallonger le train ne se limite pas au pylone mais à tout l’ensemble trains et cases de train (et pas seulement le train avant !) :
    trains plus long = bras de leviers différents = efforts à transmettre différents = des travaux sur la structure
    mais aussi train plus longs = modifs des cases de trains (et pas uniquement des trappes sauf à fournir au pilote un gros chausse-pied !) = modifs structurelles importantes du fuselage et de la voilure !

    Nul ne doute de la capacité de Boeing à mettre en oeuvre ces modifications, mais la communalité avec les 737 « anciens » va devenir faible.
    Et le discours sur la limite des risques est audible car le gros des perfos aéro det des qualités de vol sont conservés.
    Mais à ce jeu, il semble qu’Airbus ait bien moins de modifs sur son NEO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.