Accueil » Les derniers des OMN français

Les derniers des OMN français
premium

Dans les années 70 et 80, ils étaient plus de 1.600 en activité. Moins d’une trentaine en 2018, jusqu’au 3 mai 2018, date à laquelle les derniers officiers mécaniciens navigants (OMN) français ont volé pour la dernière fois sur l’Airbus « Beluga ». Ultime clap de fin pour cette profession à part entière qui a du sans cesse se remettre en question face aux technologies qu’elle a pourtant contribué à développer.

13.06.2018

Le large et complexe tableau à bord du 747-200. D’un seul coup d’œil, l’OMN surveillait la bonne santé de l’avion sur toutes les phases du vol. © Cominac

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

 

Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Jérôme Bonnard

chez Aerobuzz.fr
Journaliste polyvalent, JRI (journaliste reporter d’image), et pilote sur ULM multiaxes, Jérôme est aussi vice-président de l'AJPAE (Association des Journalistes Professionnels de l'Aéronautique et de l'Espace). Il a couvert tous types d'actualités en France comme à l'étranger pour différents médias TV ( France 24, Arte, Itele, M6, Public Sénat...). Il a été co-finaliste du Prix Albert Londres 2012 pour sa couverture du conflit Libyen en 2011. Il est surtout passionné par tout ce qui vole depuis son plus jeune âge. Il réalise des reportages (Aerostar TV), ainsi que des films courts pédagogiques et découvertes (FFPLUM, FFAM, Ozelys...). Il vient de rejoindre l'équipe d’Aerobuzz.fr…

11 commentaires

  • François Gerland

    Au cours de ma carrière, j’ai eu la chance de voler avec des OMN sur Caravelle III et XII, Mercure, A300 et B747. L’évolution des cockpits ayant amené, par une volonté délibérée, la fin de cette profession dans la quasi totalité du transport aérien civil, j’ai également connu et pratiqué l’équipage à deux pilotes. Rien ne remplacera jamais la présence d’un OMN à bord de nos avions. Ces collègues que j’ai toujours admirés apportaient avec eux des qualités humaine et une profonde connaissance de leur machine particulièrement sécurisantes. Merci à Jérôme Bernard de me donner ici l’occasion de les remercier une nouvelle fois pour leur fabuleux travail.

  • C’est un métier que j’ai adoré exercer pendant 10 ans sur B727 et à la Postale. L’équipage à 3 une vraie richesse et plus sympa qu’à 2 quand le copi (ou le captain) est mal luné !
    La vraie question est la place de l’homme dans tout cela. La NASA aurait bien aimé faire du tout automatique dans les années 60, les pilotes ont freiné fort et le premier alunissage a été terminé en manuel. Ils ont donc bien eu raison de réclamer des systèmes sur lesquels on peut reprendre la main.
    Aujourd’hui les drones sont partout, on ne peut empêcher cette évolution vers la robotisation généralisée; chacun son truc : moi je préfère être aux commandes et dedans plutôt que spectateur face aux merveilles de la technologie.

  • Michel Trémaud
    Michel TREMAUD

    Les « OMN » Beluga étaient à l’origine d’anciens OMN Super Guppy devenus « Loadmasters » sur Beluga.

    Outre la gestion de la charge (masse et centrage, arrimage, …), des actions de gestion des systèmes leur étaient dévolues pour étoffer la fonction … et tirer avantage de leur expérience.

    Le cockpit du Beluga restant celui d’un A300-600, il n’y avait donc pas de panneau OMN ni de réel besoin d’un CM3.

    Une telle fonction CM3 « adaptée » a également existé à Air France sur les premiers A310 ( par adjonction d’un panneau ECAM et adaptation des SOP’s) et à Egypt Air (par la seule adaptation des SOP’s).

    Je comprends que la composition d’équipage sera différente sur le Beluga XL ( Loadmaster sans fonctions de CM3 ?).

    Néanmoins, je me garderais bien de lier ce commentaire à toute résurgence d’une discussion (close) sur la composition des équipages et/ou l’automatisation.

  • Je rejoins les commentaires de Messieurs Debroise er Bordenave, la tendance est de tout automatiser mais il faudra toujours UN pilote à bord !

  • Joël-Pol STEFF

    Permettez moi de vous signaler qu’il existe encore des OMN civils en France, la DGAC ayant approuvé le programme présenté par l’association Le Noratlas de Provence qui a qualifié deux nouveaux OMN ces dernières années et un autre est en cours de formation afin de pouvoir être qualifié.

  • DEBROISE

    J’apprécie le commentaire de mon ami Bordenave, pour alimenter le débat les ONM militaires ne sont pas que des responsables de chargement.
    Après plus de 8000 heures d’essais sur plus de cent types d’aéronefs différents, j’ai toujours préféré voler en équipage à deux avec un MNE; nos cultures sont différentes et complémentaires, ce qui est très positif dans les situations difficiles.
    L’équipage sans mécano a vu le jour dans les années 80, avec l’A320; de nombreux ONM ont été transformés en copilotes; cela avait peut-être une ambition de reclassement, cela confirmait la complémentarité des deux formations .
    Les progrès techniques permettent d’envisager des avions sans pilote; les récents événements à la SNCF montrent que les automatismes présentent certaines lacunes, que se passera-il quand il n’y aura plus de cerveau humain dans l’avion?
    Amicalement.
    Pierre-Yves Debroise.

    • Tonio

      L’equipage à deux à vu le jour avant l’A320 sur les premiers B737. À noter que sur les (K)C 135 F puis FR la fonction OMN (selon la doctrine US du SAC) n’existait pas, à la différence du B707. L’équipage standard comprenait 2 pilotes, un Nav et un ORV (opérateur ravitaillement en vol) issu du corps des OMN. Dans certaines phases de vol, telles vols de contrôle, sorties VP etc j’ai découvert une charge de travail qui pouvait être assez pesante sans OMN. L’expérience acquise par les ORV précédemment OMN était toutefois précieuse sur le jump seat.

  • Bordenave

    On oublie un peu vite les OMN militaires sur Transall, Atlantic ou Puma ainsi que les MNE de chez Airbus du CEV ou de l’Alat… Encore 2 en formation cette année à l’EPNER….

    • Willem

      Les OMN militaires font aussi office de responsable du chargement (Loadmaster), dans le militaire, tant qu’il y aura du transport tactique, il y aura des loadmaster. Mais dans le civil la fonction de mécano navigant est en effet vouée à disparaitre, grâce (à cause) des avancées en termes de FADEC

    • Pascal DAUSSIN

      Présents aussi sur C-130, E-3F SDCA et chez ATR

  • popoaviateur
    popoaviateur

    Question : Les Beluga vont donc continuer à voler en attendant l’arrivée du XL mais avec équipage à deux, ou avec trois pilotes ?
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.