Accueil » Qantas mise sur Airbus et l’A350-1000 pour son projet Sunrise

Qantas mise sur Airbus et l’A350-1000 pour son projet Sunrise
premium

La compagnie aérienne australienne a annoncé préférer l’A350-1000 face au 777-8X de Boeing dans l'hypothèse où elle lancerait son projet Sunrise de vols très longs courriers (jusqu’à 21 heures). Qantas pourrait commander une douzaine d'avions adaptés à ses lignes hors normes.

2.01.2020

Qantas a choisi l'Airbus A350-1000 pour son projet "Sunrise". Si le projet se confirme l'avionneur européen devra proposer des caractéristiques techniques compatibles pour de tels vols commerciaux. © Airbus / dreamstime.com

Qantas avait lancé un appel d'offre en 2017 sur les avions ultra long-courriers capables de voler plus de 20 heures sans escale, et de relier n’importe quelle ville d’Australie, y compris celles situées sur la côte Est, à l’Europe. Si la compagnie australienne va jusqu’au bout de son projet Sunrise (elle doit rendre sa décision finale en mars 2020), elle pourrait commander au moins 12 Airbus A350-1000. Elle précise toutefois qu’à ce jour, il n’y a pas de commande ferme....

Ce contenu est réservé aux abonnés prémium

  Identifiez vous pour voir le contenu !

A propos de Jérôme Bonnard

chez Aerobuzz.fr
Journaliste polyvalent, à la fois rédacteur et reporte d'images, Jérôme a couvert tous types d'actualités en France comme à l'étranger et a été co-finaliste du Prix Albert Londres en 2012 pour sa couverture du conflit Libyen en 2011. Il est surtout passionné par tout ce qui vole depuis son plus jeune âge et pilote sur ULM multiaxe. Il a rejoint l'équipe rédactionnelle de Aerobuzz.fr en 2018 et consacre la plus grande partie de ses activités au monde aéronautique.

3 commentaires

  • stanloc

    Si on se place uniquement sur le plan écologique, la question est :
    Le modèle de base peut franchir jusqu’à 16.100 KM (ou plus) avec 350 à 410 passagers en configuration 3 classes
    Sur ces 400 passagers combien ont vraiment besoin de faire 16 000 km pour satisfaire quelle envie ou nécessité ? C’est là que se situe le vrai changement dans notre façon de vivre si on veut économiser les sources d’énergie de la planète.
    Si on se place sur le plan financier on peut regarder si l’économie des taxes d’atterrissage et autres frais inhérents à une escale pour refaire le plein, ne se justifie pas car cette économie peut se répercuter sur le prix du billet. C’est aussi un cycle de moins dans la vie de l’avion

  • Elyo

    Mais cela impliquerait un décollage de plus qui est la phase de vol la plus énergivore

  • maricel varon

    Quand on pense qu’un avion depense en moyenne 70% de carburant pour transporter son propre carburant, on peut legitimement se demander si sur le plan ecologique ca vaut le coup pour economiser 3H45 de temps de trajet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.