Accueil » Transport Aérien » Turbulences mortelles à bord d’un 777 de Singapore Airlines

Turbulences mortelles à bord d’un 777 de Singapore Airlines

Aussi exceptionnel soit l'événement auquel a été confronté le Boeing 777-300ER du vol SQ321 de Singapore Airlines, le transport aérien déplore d'autres morts en vol à causes de fortes turbulences. © Singapore Airlines

Le vol Singapore Airlines SQ321, reliant Londres-Heathrow à Singapour, a rencontré de graves turbulences en route. Le Boeing 777-300ER s'est dérouté vers Bangkok où il a atterri à 15 h 45, heure locale, le 21 mai 2024. La compagnie déplore plusieurs blessés et un mort à bord.

211 passagers et 18 membres d’équipage se trouvaient à bord du Boeing 777-312(ER) 9V-SWM. Des images vidéo prises à bord montrent que les mouvements de l’avion ont été assez forts pour projeter une personne au point de percuter le plafond de la cabine et d’ouvrir les coffres à bagages. Néanmoins les autorités aéroportuaires de Bangkok évoquent un décès suite à un arrêt cardiaque pour un passager britannique.

Le phénomène des turbulences violentes causant des blessures graves n’est pas nouveau. Dans une étude de 2008, le BEA avait déjà recensé 48 évènements survenus en France ou à l’étranger à des avions exploités, immatriculés ou construits en France qui avaient fait, entre 1995 et 2007, un mort et 28 blessés parmi les passagers et 21 blessés graves parmi le personnels navigant. 27 de ces évènements s’étaient déroulés en air nuageux dont 23 dans des cumulonimbus mais 17 en ciel clair…

De nombreux autres évènements sont survenus depuis dont voici quelques exemples récents. Le 18 décembre 2022, 36 personnes, dont 11 gravement, ont été blessées à bord d’un A330 de la compagnie Hawaiian. En mars 2023, le passage d’un jet d’affaires Challenger 300 dans des turbulences au-dessus du Connecticut avait entraîné la mort d’un des cinq passagers. En décembre 2023, on a compté 14 blessés à bord d’un A380 entre Perth et Dubaï et en mars 2024, 50 passagers d’un 787 de la compagnie Latam ont été blessés entre Sidney et Auckland. 12 d’entre eux ont nécessité une hospitalisation.

Beaucoup s’attendent à ce que croiser des phénomènes météorologiques exceptionnellement forts devienne plus fréquent avec le réchauffement climatique et garder sa ceinture attachée ne suffit pas toujours pour éviter les blessures.

Frédéric Marsaly

Frédéric Marsaly, passionné par l'aviation et son histoire, a collaboré à de nombreux média, presse écrite, en ligne et même télévision. Il a également publié une douzaine d'ouvrages portant autant sur l'aviation militaire que civile. Frédéric Marsaly est aussi le cofondateur et le rédacteur en chef-adjoint du site L'Aérobibliothèque.

2 commentaires

La possibilité de commenter une information est désormais offerte aux seuls abonnés Premium d’Aerobuzz.fr. Ce choix s’est imposé pour enrayer une dérive détestable. Nous souhaitons qu’à travers leurs commentaires, nos lecteurs puissent apporter une information complémentaire dans l’intérêt de tous, sans craindre de se faire tacler par des internautes anonymes et vindicatifs.

  • Comme toujours les médias pérorent … voilà que le défunt était cardiaque ce qui serait – peut-être – la raison de son décès.
    Il faut tirer de cet incident une leçon : boucler la ceinture, même lâche, dès que l’on est assis …

    Répondre
  • par Guillaume FERAL

    Il nous reste à attendre trois mois pour voir si ce même vol avec les mêmes passagers s’annonce approchant Singapour

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les commentaires sont reservés aux Abonnés premium

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.