Accueil > Transport Aérien > La France à la remorque du transport aérien mondial en 2015

11 commentaires Transport Aérien

La France à la remorque du transport aérien mondial en 2015

Alors que l’Association du transport aérien international (IATA IATA International Air Transport Association. L’association régit le transport aérien international. ) évalue la croissance du transport aérien mondial à 6,5% pour 2015, la France doit se contenter d’une hausse de son trafic de seulement 3,5%. Elle est plombée par la faiblesse de son marché national et le repli du pavillon français.

JPEG - 197.7 ko
En 2015, sur le marché domestique, le pavillon français a perdu 0,5 point (en nombre de passagers).
© Gil Roy / Aerobuzz.fr

Pendant des décennies, le marché domestique français a fait des envieux en Europe. C’était il y a longtemps, à l’époque d’Air Inter, au tout début du TGV, avant que les low cost étrangères s’implantent sur les aéroports français. Les efforts de l’Etat pour empêcher leur développement n’ont fait que retarder l’échéance. Et surtout, en tentant artificiellement de protéger le pavillon français, les pouvoirs publics n’ont fait que l’affaiblir. Le retard pris au démarrage ne se rattrapera pas et malgré la volonté d’Air France AIR FRANCE Le groupe Air France a transporté 77,45 millions de passagers en 2012 (+1,8% / 2011) avec un coefficient de remplissage de 83,1% (+1,2% / 2011). , Transavia avec sa flotte embryonnaire n’est pas prête à jouer dans la cour des grandes. Même à domicile ! Les chiffres sont là…

En 2015, le marché national français a augmenté de +0,9%. Il a repassé la barre des 30 millions de voyageurs. Mais cette croissance, aussi faible soit elle, ne bénéficie pas aux compagnies françaises qui ont encore perdu du terrain par rapport à leurs concurrentes européennes. En 2015, le différentiel de croissance s’établit à 1,8 point en faveur des étrangères, estime la DGAC DGAC Direction Générale de l’Aviation Civile  : « En part de marché, le lent effritement du pavillon français s’est poursuivi en 2015 (-0,5 point en pax, -0,2 point en PKT), avec une quasi stabilité à l’international mais une baisse un peu plus marquée sur le marché intérieur (-0,5 point en pax, -0,3 en PKT) ». Ce bilan ne peut qu’encourager une fois de plus les transporteurs français à demander au gouvernement de mettre en œuvre les mesurer proposées par le député Le Roux dans son rapport sur la compétitivité du pavillon français.

Sur l’ensemble de l’année écoulée, la DGAC a comptabilisé près de 150 millions de passagers sur les aéroports français, ce qui, selon son point de vue, « constitue un bon millésime pour le trafic français avec un taux de croissance (+3,5%) supérieur à ceux de 2014 (+2,9%) et 2013 (+2,5%)  ». Ces résultats demeurent toutefois sensiblement inférieurs à ceux du trafic européen.

ACI Europe (Airport Council International) a recensé 1,95 milliards de passagers en Europe en 2015, soit une augmentation de +5,2%. La croissance est de +5,6% dans l’Union européenne, soit 2,1 points de plus qu’en France. Au niveau mondial, pour sa part, l’Association du transport aérien international (IATA IATA International Air Transport Association. L’association régit le transport aérien international. ) annonce que la demande (mesurée en kilomètres-passagers payants, ou RPK RPK RPK : kilomètre-passager payant – mesure du trafic réel de passagers. ) a augmenté de +6,5 % pour l’ensemble de l’année, par rapport à 2014. «  Ce sont les meilleurs résultats depuis la reprise de 2010 après la crise financière mondiale, et ces chiffres sont bien supérieurs à la moyenne de croissance annuelle sur les 10 dernières années, qui s’établit à +5,5 % ».

En dépit de l’affaiblissement des facteurs économiques fondamentaux en 2015 par rapport à 2014, la demande dans le secteur passagers a été stimulée par des tarifs aériens plus faibles, estime IATA. « Après ajustement pour les distorsions causées par la hausse du dollar américain, les tarifs mondiaux de l’an dernier étaient d’environ 5 % inférieurs à ceux de 2014 ». Selon la DGAC les prix des billets d’avion au départ de la France toutes destinations confondues ont baissé de -0,6%. Ce résultat agrégé masque des évolutions contrastées. « Les prix des billets d’avion ayant en effet continué à augmenter en 2015 sur le réseau domestique (+3,2%) et à diminuer sur le réseau international (-1,7%). Sur le réseau domestique, le renchérissement est plus important pour les voyages intra-métropolitains (+3,6%) que vers l’Outre-mer (+1,6%) ».

Plus que de nouvelles mesures protectionniste, la transport aérien français a besoin d’un champion.

Gil Roy

A propos de Gil Roy

Gil Roy a fondé Aerobuzz.fr en 2009. Journaliste professionnel depuis 1981, son expertise dans les domaines de l’aviation générale, du transport (...)
Journaliste chez Aerobuzz.fr

11 Commentaires

  • Pierre

    Il faut tordre le cou aux idées reçues ainsi qu’aux acquis, traquer les dépenses inutiles et se familiariser avec les mots anticipation, efficacité et responsabilisation.
    Nous volons 1000 h par an en Asie (déclarées...), à comparer avec mes collègues Européens.
    Je ne m’en porte pas plus mal et mes revenus sont en conséquence.
    Le temps des principes et des actions personnelles est révolu !
    Ouvrez les yeux et venez voir se qui se passe hors de France (pas en escale, venez y vivre et travailler).
    A mes détracteurs qui vont me fusiller dans l’instant : il y a un juste milieux entre notre mode de pensée et notre savoir agir face à celui qui nous envahira à court ou moyen terme en provenance de.....PARTOUT à commencer par les rosbeefs !
    Il faut cesser de se plaindre et agir efficacement.
    Le mur des lamentations ou mur du c . . , conduit inévitablement au mur du crash !
    Commençons par retrousser nos manches et unir nos efforts comme nos grands parents résistants l’ont fait pour nous pendant l’occupation il y a ...70 ans !
    A leur mémoire !
    cqfd
    Pierre

    ps : je sens que vais encore me faire pleins de potes :)

    Signaler un abus
    • Mike

      1.000% d’accord avec Pierre.
      Le problème, c’est que les français sont trop têtus et trop sûrs d’eux.
      Et pourtant ils n’ont aucune raison.
      Tant pis.

      Signaler un abus
    • de l’air !

      Bonjour Pierre,

      Juste une petite question , quel âge as tu, depuis combien de temps voles tu à ce rythme, et Combien de temps penses tu pouvoir le tenir ?
      Si ce n’est pas indiscret , qu’en pense ta famille ?

      Cordialement JR

      Signaler un abus
    • gerard weber

      Merci Pierre pour ta leçon de lucidité.
      c’est vrai que 1000h est bien plus sur ce que vole les pilotes des compagnies antiques.
      réfléchissons tout de même en prenant du recul.
      Le métier a beaucoup évolué et on est encore très loin des horaires de travail des autres catégories de travailleurs qui sont plutôt sur 1700h,
      Il y a des paradigmes qu’il faut remettre à plat sous peine de disparition totale.
      Les positions de certains syndicats de pilotes ressemblent à celles des entreprises horlogères qui n’ ont pas voulues se remettre en cause quand un français a présenté à un salon la première montre électronique.
      Moralité de l’ affaire : déclin total de l’ industrie horlogère française au bénéfice des japonais ....
      Il y a une constante dans l’ histoire humaine qui est l’ adaptation au milieu, et non le contraire....

      Signaler un abus
    • Alain

      Le sidérurgiste qui fait ses 1700H annuelles dans la chaleur des coulées continues aurait-il un métier moins fatiguant qu’un pilote aux 1000H de vol où pour une part il ne fait que contrôler le boulot du pilote automatique ?

      Et le routier international devant éviter tous les pièges de la route ?

      Signaler un abus
    Répondre
  • guynemer13

    Pas du tout, Pierre, pleinement partagé

    Signaler un abus
    Répondre
  • Hervé ROCLE

    Les compagnies aériennes ont choisit de lâcher les prescripteurs qu’étaient les agences de voyages avec la commission zéro, dans ce cas, pourquoi privilégier une compagnie nationale qui n’est plus un partenaire ?
    l’opacité des tarifs aériens, les surcharges carburant (alors que le pétrole est au plus bas), les taxes aériennes qui ne sont pas les mêmes pour tous les TO, toutes les compagnies, tous les aéroports... sans compter les grèves des pilotes ou des aiguilleurs du ciel au moment des congés pour défendre des acquis et des conditions de travail d’un autre temps (ou les pilotes étaient payés comme des ministres ou des chirurgiens chef de service) et représentaient une caste au sein d’une entreprise d’état qui ne connaissait pas les pertes d’exploitation renflouées par le contribuable.
    aujourd’hui, chacun doit être attentif à l’autre, on demande des efforts à tous, et la mentalité des pilotes d’AF doit s’adapter, (regardez la SNCM).
    Bien sûr, les actionnaires devront accepter de partager plus qu’ils ne le font. bien sûr nos élus et haut-fonctionnaires devront lâcher de leur privilèges (regardez les gouvernants des pays nordiques).
    oui le web et les réseaux sociaux rendent tout un peu plus transparent, et celui qui trouve les failles pour éviter la transparence a de plus en plus de difficultés (regardez Cahuzac).
    si chacun devenait un peu plus vertueux et travaillait un peu plus collectif, sans pour autant tomber dans le communisme primaire, alors peut être un jour, tout le monde ira mieux, chez Air France AIR FRANCE Le groupe Air France a transporté 77,45 millions de passagers en 2012 (+1,8% / 2011) avec un coefficient de remplissage de 83,1% (+1,2% / 2011). , et partout ailleurs...

    Signaler un abus
    Répondre
  • ROULOT

    Bonjour,
    Comme tous projet , il faut un pilote dans l avion, une vision, une strategie, un plan a 5..10..15 ans (Sachant que nos avions sont construit pour duree 30 ans).
    Nous avions tous depuis l Aeropostale, Interieure, Europe, internationnale.....apres l absence de Cap....la France c est perdu, on recherche naviguateur !!!!!!!
    On court apres la rentabilité a court theme, et le fond de commerce fond comme neige au soleil, sans parler des pertes de competences dans tous les domaines...car la cle est aussi d avoir des industriels pour produire des avions a la taille economique.
    Ils est temps de revoir la copie.
    Bon vol.

    Signaler un abus
    Répondre
  • Cyril G.

    Mais bon sens ! Réfléchissez ! Pourquoi encore mettre les pilotes sur le devant de la scène de cette situation, alors que la réelle cause c’est l’état qui par ses 60% de taxation sur la charge salariale plombe toute l’économie française, et les leader de l’aérien sont EasyJet EASYJET La compagnie low cost britannique easyJet a transporté 55,47 millions de passagers en 2012 (+6,7% par rapport à 2011) avec un taux de remplissage de 87,5%. En France, elle possède des bases à Paris-Orly, Bale-Mulhouse, Lyon, Nice et Toulouse. & Rynair, qui profitent de 25% de charges salariales en Irlande.

    En outre, on peut aussi critiquer, pour Air France AIR FRANCE Le groupe Air France a transporté 77,45 millions de passagers en 2012 (+1,8% / 2011) avec un coefficient de remplissage de 83,1% (+1,2% / 2011). , la gestion calamiteuse des multiples énarques qui ont été placés là depuis plus de 30 ans, et qui gèrent la compagnie comme des sagouins. Pourquoi les compagnies leader ont des taux d’effectif navigants supérieur à 75% de leur personnel total (easyjet, 20000 PN, 2500 sol) quand Air France est au total inverse ( 25000 pn, 45000 sol) ? Qu’es ce qui justifie 20 fois plus de personnes au sol qu’easyjet pour une flote double ?

    Enfin, pour ce qui est des heures de vol, les pilotes long courrier sont déjà dans les 1000h annuelles (85h de moyenne mensuelle), et les moyen courriers ne peuvent faire autrement que de subir l’organisation de la navette qui oblige à attendre l’arrviée des long courriers pour pouvoir repartir. Donc quand un easyjet fait un stop de 25-30mn une navette AF fait plus d’une heure d’attente.

    Sur ce bon vol.

    Signaler un abus
    Répondre
  • Franck

    Pour info Cyril, les navigants d’Easyjet EASYJET La compagnie low cost britannique easyJet a transporté 55,47 millions de passagers en 2012 (+6,7% par rapport à 2011) avec un taux de remplissage de 87,5%. En France, elle possède des bases à Paris-Orly, Bale-Mulhouse, Lyon, Nice et Toulouse. basés en France sont sous contrat français et non anglais. Ils ont des salaires plus élevés qu’AF.
    Ces salariés cotisent en France et contribuent à l’économie locale. Je parierais plus sur une organisation du travail plus en avance que celle de notre compagnie nationale comme vous le précisez à la fin (25-30 mn à l’arrêt).

    Signaler un abus
    Répondre

Laisser un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Haut